Dollarama compte plus de 1200 magasins au Canada. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / PAUL CHIASSON

Les magasins canadiens à un dollar Dollarama achètent Dollarcity d’Amérique du Sud

Share

Dollarama a annoncé jeudi avoir acquis 50,1 % des parts dans le détaillant à bas prix latino-américain Dollarcity.

En date du 31 mars, Dollarcity exploitait un réseau de 180 magasins, dont 44 au Salvador, 54 au Guatemala et 82 en Colombie.

Le détaillant montréalais a indiqué, le mois dernier, que le prix d’achat estimé oscillait entre 111 millions et 124 millions de dollars canadiens. Le conseil d’administration comprendra cinq administrateurs, soit trois représentants de Dollarama et deux du groupe fondateur de Dollarcity.

L’objectif de Dollarama est de faire bondir son nombre de magasins à 600 d’ici 10 ans et prouver qu’elle peut exporter sa formule gagnante de vente au détail hors des frontières du Canada.

L’expansion vers l’étranger pour éviter la stagnation

La stagnation du pouvoir d’achat des Canadiens, la disparition de la concurrence et l’appétit insatiable des clients pour les rabais font que les magasins de Dollorama continuent de croître au pays, même en pleine crise du commerce de détail. Même si l’entreprise projette d’ouvrir 500 nouveaux magasins d’ici 8 ans, ses dirigeants veulent éviter le plafonnement de ses ventes dans un marché à faible croissance démographique.

D’où sa stratégie d’investir dans l’achat d’une majorité des actions de Dollarcity en Amérique latine, une firme avec laquelle elle a déjà des ententes commerciales. Dollarama avait notamment signé un accord avec cette entreprise en 2013 pour partager son expertise commerciale et lui fournir des services d’approvisionnement.

L’analyste de Cannacord Genuity Corp, Derek Dley, croit que cette transaction offre à Dollarama une autre avenue de croissance à long terme. La transaction lui permet d’entrer sur le marché latino-américain, où les ventes au pied carré sont plus élevées que dans ses magasins canadiens, selon l’analyste.

La formule gagnante de Dollarama : l’abondance à bas prix

Fondé en 1992 par Larry Rossy, d’origine libanaise, Dollarama est une entreprise de type magasin à prix unique qui achète beaucoup de ces articles bon marché aux États-Unis et en Chine.

Si son concurrent Walmart mise sur les bas prix, Dollarama mise avant tout sur l’abondance d’un produit à bas prix. La stratégie consiste à faire en sorte qu’un client qui dépense 20 $ ressorte avec dans les mains un gros sac plein.

Dollarama permet maintenant à ses clients d’acheter en ligne – et en gros – certains de ses produits et de se les faire livrer, moyennant des frais. Après un projet pilote au Québec, le détaillant de Montréal offre depuis peu ce service en gros de façon permanente partout au Canada.

Un achat minimal d’une caisse de produit est généralement requis. Par exemple, un paquet de 12 stylos qui se vend 2,50 $ en magasin n’est pas offert sur Internet. Mais on peut se procurer une caisse de 24 paquets de 12 stylos, pour 60 $, soit 21 ¢ par stylo.

Au moins 25 % des clients de Dollarama gagnent 100 000 $ et plus par année.

Dollarcity exploitait, en date du 31 mars, 44 magasins au Salvador, 54 au Guatemala et 82 en Colombie. Photo : Dollarcity

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France-Presse et la contribution d’Isabelle Craig et de Patrick Masbourian de Radio-Canada

En complément

Changement de garde chez Dollarama : Larry Rossy cède la place à son fils – Radio-Canada 

Dollarama se prépare à une offensive en Amérique latine – Radio-Canada 

Dollarama rappelle plus de 50 000 jouets : présence d’un produit chimique dangereux – RCI 

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*