Photo : iStock

Les transporteurs aériens en cour pour casser le règlement canadien sur la protection des passagers

Share

La Cour d’appel du Canada a accepté d’entendre un regroupement de 290 compagnies aériennes de la planète qui contestent le nouveau Règlement sur la protection des passagers aériens qui est entré partiellement en vigueur cet été.

Elles veulent faire annuler les règles qui renforcent l’indemnisation des voyageurs victimes de retards ou de bagages endommagés.

Ces transporteurs font valoir que le nouveau règlement, qui est entré en vigueur le 15 juillet, outrepasse l’autorité de l’Office des transports du Canada et contrevient à la Convention de Montréal, un traité international qui encadre le transport aérien.

En vertu des nouvelles règles, les passagers peuvent recevoir une indemnité allant jusqu’à 2400 $ si le transporteur ne respecte pas leur réservation et jusqu’à 2100 $ si leurs bagages sont égarés ou endommagés. Une indemnité pouvant aller jusqu’à 1000 $ pour les retards et d’autres indemnités pour les vols annulés entreront en vigueur en décembre.

Une offensive planétaire

Les 290 compagnies, dont Air Canada, Air France et British Airways, épaulées par une douzaine d’autres associations et entreprises dans le secteur aérien, menacent d’augmenter le prix des billets de tous leurs passagers si elles sont forcées de dédommager leurs clients en raison d’un retard ou de mauvais services rendus dans le cadre de leurs activités au Canada.

D’après cette charte, en cas de vol de bagages ou de dommages, les passagers pourraient recevoir une indemnité allant jusqu’à 2100 $. À partir du 15 juillet également, un passager qui se verrait refuser l’embarquement pour cause de surréservation serait admissible à une indemnisation allant de 900 à 2400 $.

Puis, à partir de décembre, les compagnies devraient verser jusqu’à 1000 $ en cas de retard ou d’annulation en plus de fournir aux passagers nourriture et boissons gratuitement. Elles devront en outre leur proposer d’autres vols en cas d’annulation, y compris auprès de compagnies concurrentes.

Les nouvelles règles s’appliqueraient à tous les vols au départ et à destination du Canada.

Appel contre la nouvelle charte devant la Cour d’appel fédérale

Les 290 compagnies demandent au tribunal d’invalider plusieurs clauses de cette nouvelle charte des voyageurs. Selon elles, les dédommagements prévus contreviendraient à la Convention de Montréal. Cette entente internationale fixe les règles d’indemnisation que les pays signataires, comme le Canada, peuvent imposer.

Selon un porte-parole de l’Association internationale du transport aérien (AITA), certaines des compensations canadiennes vont trop loin, car elles placeraient le Canada à part des autres pays.

Selon Fred Lazar, un expert de l’industrie du transport aérien à l’École Schulich de l’Université York, en Ontario, le Canada serait sans la nouvelle charte en retard en fait sur d’autres pays dans la protection de ses passagers.

Photo : Radio-Canada

Les compagnies aériennes pourraient-elles contourner la charte?

Selon le groupe de défense des droits des passagers aériens (DPA), la nouvelle charte canadienne des droits des passagers ne représente pas une grande menace aux compagnies aériennes, car les voyageurs pourront en réalité difficilement se prévaloir de leurs nouveaux droits.

Selon le DPA, les règles canadiennes n’obligent pas un transporteur à indemniser ses passagers pour des retards ou des annulations s’ils sont causés par des problèmes mécaniques découverts au cours d’une vérification d’avant vol.

Peut-être plus problématique, il incombera aux passagers dans bien des cas et non au transporteur aérien de prouver qu’un retard prolongé, une annulation ou un refus d’embarquement étaient « sous le contrôle du transporteur » et n’étaient pas requis pour des raisons liées à la sécurité, par exemple.

Selon le DPA, l’enquête du passager au Canada risque donc de se transformer en parcours du combattant puisqu’il lui faudrait avoir accès à certaines informations de l’entreprise pour bâtir sa preuve, telle que les bases de données sur les affectations des équipages et les journaux de maintenance des aéronefs.

Ce groupe s’en prend aussi à l’idée que la nouvelle réglementation permettra aux compagnies aériennes de laisser leurs passagers sur le tarmac à bord d’un appareil pour une période pouvant aller jusqu’à 3 heures et 45 minutes, et sans compensation. Ce sont des règles « inhumaines » pour les passagers, estime le DPA.

Le DPA fait valoir que sur le territoire de l’Union européenne, une compagnie aérienne dispose de deux fois moins de temps.

REGARDEZ : Pour tout savoir sur les récompenses de la Charte proposées aux passagers

RCI avec la contribution de Radio-Canada

En complément

La colère des passagers d’Air Transat prisonniers de leurs avions – RCI 

Légiférer afin que les clients de compagnies aériennes ne vivent pas ça au Canada! – RCI 

À la défense des passagers aériens obèses – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*