Ce qui est dommage, c’est qu’il y a une forme de ghettoïsation de la presse ethnique, confinée dans un système à deux vitesses dans lequel on accorde une légitimité plus grande aux médias établis qui eux, ne touchent que très rarement à des enjeux importants pour les Canadiens issus de l’immigration, de première comme de seconde génération.   (Photo: iStock)

Campagne électorale 2019: doit-on parler de racisme et de multiculturalisme?

Share

La blogueuse et auteure Anita Li propose une réflexion intéressante dans l’édition de cette semaine du webzine Opinions politiques de l’Institut de recherche en politiques publiques sur l’état des lieux des salles de nouvelles au Canada en matière de diversité.

(https://policyoptions.irpp.org/)

Sous le titre « Canadian media lacks nuance, depth on racial issues » (Trad. : les médias canadiens manquent de nuances et de profondeur dans les dossiers traitant des enjeux raciaux), madame Li ajout que les rédactions sont en très grande majorité composées de personnes blanches.

Cette iniquité amène donc à une couverture moins inclusive et pas vraiment représentative de la diversité ethnique canadienne.

(Photo: iStock)

Un fait connu, une élection à couverture monochrome

Il y a longtemps que ce phénomène est connu et documenté. On le constate également dans les émissions de divertissement – téléromans, téléséries – où il y a très peu de rôles principaux pour des comédiens autres que de descendance européenne.

C’est presque un copié-collé en information souligne madame Li.

Pilier de la démocratie canadienne, les médias, télévisions, radios, agences de presse et médias électroniques n’ont pas pris le virage de la diversité.

Taux de participation à la baisse

Vecteur intéressant, Anita Li voit un lien de cause à effet entre cette réalité et les faibles taux de participations des personnes de couleur aux différents scrutins, fédéraux, provinciaux comme municipaux tout en ajoutant que cela se perçoit également dans la crise actuelle des médias locaux qui peinent à survivre.    

Anita Li (Photo: irpp.org)

« If you don’t see yourself reflected in the news, and you don’t see the connection between your community and policy issues, how motivated would you be to vote? How convinced would you be that you could effect change in your country — especially if the media rarely bothers to portray your perspective? »

(Trad : Si vous ne vous vous reconnaissez pas dans les informations, si vous ne sentez pas qu’il y a un lien direct entre votre communauté et les questions de politique, quel serait votre motivation à aller voter? Comment pourriez-vous être convaincu que vous pouvez être un moteur de changement dans votre pays, surtout quand les médias ne présentent que très rarement votre perspective, vos points de vue.)     

Journal chinois de Toronto

Et les médias ethniques?

Les groupes ethniques au Canada ne sont des blocs compacts.  Les médias ethniques sont des outils essentiels pour parler d’enjeux spécifiques qui intéressent leur communauté. Ils se doublent également d’une fonction d’aide à l’intégration.

Ce qui est dommage, c’est qu’il y a une forme de ghettoïsation de la presse ethnique, confinée dans un système à deux vitesses dans lequel on accorde une légitimité plus grande aux médias établis qui eux, ne touchent que très rarement à des enjeux importants pour les Canadiens issus de l’immigration, de première comme de seconde génération.   

(Photo: iStock)

Faible participation des gens de couleur, écueil en vue pour le Canada

Nous le disions plus haut, chez les gens de couleur, les taux de participations sont faibles. Selon Anita Li, cette situation pourrait être vraiment problématique si le Canada n’y fait pas face rapidement.

Selon Statistique Canada, 20% des Canadiens de 15 à 64 ans s’identifiaient comme faisant partie d’une « minorité visible » en 2011. Ils pourraient être 40% en 2036.

Le Canada a été le tout premier pays à faire du multiculturalisme un élément central de sa politique officielle dès 1971. On nous reconnaît mondialement de grandes valeurs d’arbitrages dans les dossiers du pluralisme, nous ne devons pas nous reposer sur ces belles paroles.  

Avec une vague de populisme et de propos incendiaires qui se pointent l’élection du 21 octobre pourrait être un jalon important pour la couverture médiatique au Canada et d’éviter les euphémismes dans leurs reportages. (Photo: iStock)

Vague de populisme

Avec une vague de populisme et de propos incendiaires qui se pointent l’élection du 21 octobre pourrait être un jalon important pour la couverture médiatique au Canada et d’éviter les euphémismes dans leurs reportages.

Il faut parler de racisme dit-elle quand racisme il y a et non pas de « propos racialement déplacés ».

« The media here must stop talking about Canada as if it’s an Anglo monoculture and start reflecting the multiculturalism that we proudly lay claim to but seldom live up to. »

(Trad.; les médias doivent absolument mettre un terme à leur couverture canadienne sous l’angle de la monoculture anglophone et refléter le multiculturalisme que nous revendiquons fièrement, mais auquel nous n’arrivons que rarement à la hauteur). 

Vous aurez accès au texte originel « Canadian media lacks nuance, depth on racial issues » en cliquant ici.

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*