Repousser les limites du discours criminalisé pourrait étouffer la discussion sur des sujets délicats, comme l'extrémisme et la radicalisation, dans les collectivités où cette conversation est la plus nécessaire. (Ben Curtis/Associated Press)

Faut-il exposer plus nos étudiants aux idées extrémistes sans les censurer ?

Share

Le nouveau gouvernement conservateur albertain de Jason Kenny a décidé de s’attaquer à ce qu’il estime être de la censure, de l’intolérance et de la discrimination à l’endroit de certains individus ou croyances politiques et entend exiger une plus grande liberté d’expression sur les campus universitaires de cette province de l’Ouest canadien.

Le premier ministre de l’Alberta Jason Kenney (CBC)

Dans une série d’incidents ces dernières années en Alberta et ailleurs au pays on a vu des établissements d’enseignement postsecondaires refuser des demandes d’individus ou de groupes qui voulaient venir s’exprimer devant des étudiants.

Selon le gouvernement Kenny, ces refus ou révocations remettent en question la liberté d’expression sur les campus concernent directement des idées proches de la droite conservatrice. Le gouvernement Kenney donne aux universités jusqu’au 15 décembre pour établir des politiques claires qui suivent les principes de Chicago.

Les principes de Chicago ont été rédigés en 2014 par le Comité sur la liberté d’expression de l’Université de Chicago et ils réitèrent l’importance d’une plus grande liberté d’expression possible sur les campus. Selon ses promoteurs, les universités, par nature, doivent s’abstenir de limiter la propagation d’idées mêmes blessantes ou désagréables.

Or, dans le passé en Alberta, des groupes antiavortement notamment se sont plaints que leurs propos étaient muselés. Avec les changements annoncés, plusieurs des restrictions qui leur étaient imposées par les universités pourraient tomber.

Les université doivent-elles chercher à exclure des idées car elles déplaisent?

Photo : Université Laval

S’opposer à ce que des étudiants soient exposés aux idées extrémistes est-ce une bonne politique?

Dru Marshall (CBC)

La rectrice de l’Université de Calgary, Dru Marshall, explique qu’elle a choisi de rédiger une nouvelle déclaration sur la liberté d’expression qui fait référence aux différentes politiques en place plutôt que d’élaborer une nouvelle politique à part entière.

« Je ne pense pas que cela fera un grand changement », dit-elle. « Les Universités sont un endroit où on se heurte parfois à des idées qui ne sont pas les siennes et qui mettent mal à l’aise de temps en temps, c’est normal », ajoute Dru Marshall.

Elle ajoute : « la beauté des universités, c’est que ce sont des endroits où l’on peut élargir ses horizons, sa pensée, et admettre que tout le monde ne pense pas de la même façon et que, si on a une opinion, elle doit pouvoir être énoncée et exprimée clairement pour pouvoir être discutée respectueusement.»
Faut-il revoir et corriger la liberté d’expression dans nos universités?

Le gouvernement conservateur en Ontario fait lui aussi pression au nom de la liberté d’expression

Doug Ford (David Donnelly/CBC)

Rappelons que l’an dernier, alors qu’il était fraîchement élu lui aussi, le Parti conservateur de l’Ontario avait aussi indiqué aux collèges et universités de l’Ontario qu’ils devaient procéder à révision de leur politique sur la liberté d’expression. Le gouvernement de Doug Ford précisait, en août 2018, que le financement des institutions pourrait même diminuer si cette nouvelle exigence n’est pas satisfaite.

En Alberta et Ontario, certains s’inquiètent cependant de voir les partisans de théories racistes ou d’idées choquantes tirer profit des pressions réformatrices de ces deux gouvernements conservateurs provinciaux.

Selon Shama Rangwala, chargée de cours à l’Université de l’Alberta, les idées intolérantes sont souvent renforcées ou « légitimés par la crédibilité des établissements qui les accueillent ». Or, elle estime que l’objectif des conservateurs n’est pas de promouvoir la liberté d’expression, mais de créer des espaces de paroles très conservateurs pour promouvoir des théories comme le génocide blanc ou des théories nationalistes blanches, très anti-immigrantes.

Les Ontariens craignent que le décret de Doug Ford concernant les règles sur la liberté d’expression dans les campus ouvre la porte à des groupes qui tiennent des propos haineux, estime Chris Glover, le porte-parole néo-démocrate pour les collèges et les universités.

Un manifestant tient une pancarte qui dit « Faites peur aux fascistes » lors d’une manifestation le 20 janvier 2017 sur le campus de l’Université de Washington, où le commentateur d’extrême droite Milo Yiannopoulos faisait un discours. (The Associated Press)

RCI avec La Presse canadienne et la contribution avec les informations de Jean-Sébastien Bernachez, Michel Désaultels, Laurent Pirot et Simon-Pierre Poulin de Radio-Canada

En complément

Le gouvernement albertain exige une plus grande liberté d’expression sur les campus – Radio-Canada 

Liberté d’expression en classe : une université ontarienne s’excuse – Radio-Canada 

La liberté d’expression a ses limites, soutient un expert – Radio-Canada 

Share
Catégories : Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*