L’accident cérébral vasculaire touche annuellement 500 enfants au Canada. Crédit : Istock.

10 000 enfants canadiens concernés par l’AVC pédiatrique

Share

Gabrielle deVeber lance un cri du cœur pour que l’accident cérébral vasculaire (AVC) chez l’enfant soit mieux soigné.

Favoriser l’accès aux soins 

Gabrielle deVeber est neurologue spécialisée en AVC à l’Hôpital pour enfant de Toronto. Ses travaux diversifiés, menés en partenariat avec la regrettée Dre Maureen Andrew de l’Université McMaster, portent sur l’origine des caillots dans le cerveau des enfants et sur l’AVC.

Ces études ont conduit à la mise sur pied d’un registre national des AVC pédiatriques au pays, en l’absence de recherches systématiques sur l’AVC pédiatrique au début des années 1990. Mme deVeber a aussi contribué à la création d’un registre international plus vaste en 2002.

Ses travaux soulèvent un problème majeur sur ce mal qui concerne 10 000 enfants canadiens et en touche environ 500 chaque année.

« Nous avons inscrit les nourrissons et les enfants victimes d’un AVC au Canada en collaborant avec les 16 hôpitaux spécialisés en pédiatrie au Canada. Cela a permis d’inscrire plus d’un millier d’enfants victimes d’un AVC dans les années 1990 et nous avons pu avoir une bonne idée de l’incidence des AVC chez les enfants grâce à notre système national de santé », relève Mme deVeber dans le communiqué de presse.

La neurologue a parlé devant un parterre de 700 délégués, au Congrès à Ottawa, dans le but de souligner les enjeux reliés à l’AVC pédiatrique.

Remontant aux sources de la recherche canadienne sur ce sujet, la chercheuse a mentionné que l’AVC pédiatrique est souvent silencieux et que, dans les années 1990, les traitements étaient plutôt rares et difficiles. Le mal touche aussi bien les bébés, les enfants que les adolescents.

Des enquêtes auprès de 630 hôpitaux et 34 centres de soins au pays révèlent des lacunes en ce qui concerne les soins. Plusieurs de ces hôpitaux et centres ne disposent pas d’équipements à la pointe de la technologie pour l’imagerie médicale, l’intervention chirurgicale et la réadaptation.

Un enfant qui reçoit des coups de poing à la tête peut subir des dommages au cerveau susceptibles de provoquer un AVC. Crédit : Istock.

Facteurs de risque et prise en charge

Comme c’est le cas pour bien des problèmes de santé, le dépistage précoce des signes précurseurs d’un AVC chez l’enfant est primordial dans la prise en charge qui permet de limiter les dommages au cerveau. Mais l’approche est compliquée en raison de la fragilité de la structure des organes de l’enfant.

« Les enfants ne sont pas de petits adultes quand il s’agit de leur sang, de leurs artères, de leur cœur et de leur cerveau », souligne la Dre deVeber.

Les messages de sensibilisation au sujet de l’AVC pédiatrique devraient être accentués, car le problème peut surgir à tout moment, après une rupture de vaisseaux sanguins dans le cerveau ou à cause d’une obstruction par un caillot sanguin. L’enfant qui présente subitement un poignet affaibli ou qui marche en boitant devrait susciter plus d’attention, car cela pourrait cacher un problème plus profond relié à l’AVC.

Les facteurs de risque englobent les maladies du cœur, les troubles de coagulation du sang, l’irrégularité des artères, la drépanocytose, la leucémie et autre maladie auto-immune qui attaque les artères du cerveau.

Compte tenu de l’ampleur du problème au Canada, il serait nécessaire d’investir plus de ressources dans la recherche afin d’améliorer la prise en charge et les traitements, tout en offrant plus de formation pour augmenter le nombre de professionnels intervenant dans ce domaine. C’est ce que recommande Mme deVeber, qui constate par ailleurs que seuls Toronto et Calgary disposent de solides programmes d’AVC pédiatrique au Canada.

« Nous avons décerné des diplômes à 20 neurologues pédiatriques au Canada depuis 1995 et bon nombre d’entre eux se sont rendus dans différentes parties du monde – aux Philippines, en Allemagne et ailleurs en Europe, en Amérique du Sud et en Asie. Il ne nous reste qu’une poignée de neurologues pédiatriques formés pour prodiguer des soins de l’AVC », a-t-elle dit dans le communiqué de presse.

Aujourd’hui, l’approche mise davantage sur le traitement neuroprotecteur et sur le traitement d’urgence. Le but est de fermer l’anévrisme ou de retirer les vaisseaux mal formés, de minimiser les dommages dans le cerveau et de prévenir les récidives.

Dans des cas graves, l’AVC chez l’enfant peut laisser des séquelles, dont la faiblesse d’un côté du corps, des difficultés d’élocution, des troubles de l’humeur, de la vue et de la mémoire et des dérèglements de la déglutition.

Source : Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*