Les chefs de partis fédéraux lors du débat « Face-à-face 2019 » sur les ondes du diffuseur privé TVA. De gauche à droite, nous retrouvons Yves-François blanchet (Bloc québécois), Andrew Sheer (Parti conservateur), l’animateur Pierre Bruneau, Justin Trudeau (Parti libéral) et Jagmeet Singh (NPD). (Photo Joël Lemay/Pool /Agence QMI)

Campagne électorale 2019 : premier débat des chefs en français

Share

Le premier débat des chefs, qui se déroulait mercredi soir sur les ondes du réseau de télévision privé TVA, a donné lieu à des échanges parfois musclés au cours desquels les deux meneurs de la campagne fédérale, le premier ministre sortant Justin Trudeau (libéral) et le conservateur Andrew Scheer ont reçu la majorité des attaques.

Rappelons que quatre des principaux partis étaient présents – libéraux, conservateurs, néo-démocrates et bloquistes, car, selon les règles de ce débat, seuls les partis qui ont des députés élus au Québec ont droit de cité.  

C’est pourquoi Elizabeth May (Parti vert) et Maxime Bernier (Parti populaire du Canada) n’y étaient pas. Ils seront des débats de la semaine prochaine, le 7 octobre en anglais et le 10 en français sur les ondes de nos réseaux publics nationaux, CBC/Radio-Canada et sur Radio Canada International.

Justin Trudeau (PLC) , Andrew Scheer (PC), Jagmeet Singh (NPD) et Yves-François Blanchet (BQ) (Photo : Radio-Canada)

Les points forts de débat d’hier soir  

Maniant le mieux le français, le chef bloquiste Yves-François Blanchet avait un certain avantage, contrairement à M. Scheer.

Justin Trudeau a dû défendre le bilan de son gouvernement des quatre dernières années, alors que le chef conservateur a trébuché sur l’avortement et le climat.

Le chef libéral a été attaqué pour son utilisation de deux avions de campagne.

(Photo: iStock)

Aide médicale à mourir

Justin Trudeau a pris l’engagement de revoir la loi sur l’aide médicale à mourir au cours des six premiers mois du prochain mandat, si son parti est reporté au pouvoir.

De son côté, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh, dont l’aisance en français a été soulignée par l’ensemble des observateurs, a fait cavalier seul. Il s’est prononcé clairement en faveur de l’accès à cette approche de la fin de vie.

Cabinet gynécologique avec chaise et autre matériel médical dans une clinique moderne (Photo : iStock)

Avortement

Andrew Scheer a été le plus directement ciblé de questions sur l’avortement.

Tant durant le débat que lors du point de presse, le chef conservateur n’a jamais fait état de ses convictions personnelles. Catholique pratiquant, il s’est déjà ouvertement opposé à l’avortement, mais il se dit aujourd’hui prêt à diriger un gouvernement pragmatique.

Manifestation contre le projet de loi 21 sur la laïcité au centre-ville de Montréal (Photo : Graham Hughes/PC)

Loi 21

Cette loi québécoise crée plusieurs remous dans le reste du Canada. Tour à tour décriée comme étant raciste, obscurantisme, témoin d’un repli sur soi, des villes canadiennes se proposent d’entamer des procédures contre cette législation à portée provinciale québécoise.

Jagmeet Singh a dit être contre la loi 21 en ajoutant qu’il respecte la juridiction québécoise.

Lors d’un échange avec Yves-François Blanchet, Justin Trudeau a souligné qu’un gouvernement libéral se réserverait le droit d’intervenir, car cette loi sur la laïcité s’opposait aux droits des minorités.

M. Blanchet a rétorqué que des taxes et impôts versés à Ottawa par des Québécois qui serviraient à la contestation d’une loi adoptée au Québec lui créait problème.   

Quelques citations qui ont fait mouche

Avortement

« C’est important pour les gens de savoir, personnellement, toi, Andrew Scheer, est-ce que vous croyez qu’une femme devrait avoir le choix? »

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Le Bloc québécois et la division Québec-Canada

« Je suis d’accord avec M. Trudeau, c’est exactement ce que vous faites, M. Blanchet. Vous essayez toujours de créer des chicanes […] En fait, c’est dégueulasse ce truc de vouloir toujours essayer de créer des chicanes. »

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Les deux avions de campagne du chef libéral

« Il y a seulement un chef, ici, qui a deux avions de campagne, et c’est vous. Un pour vous et les médias, et un pour vos costumes et vos canots. »

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Électrification des transports

« On doit reconnaître une autre affaire. Le véhicule le plus populaire au Québec, c’est le F-150. Les Québécois et Québécoises vont continuer d’acheter le pétrole. Et j’ai fait mon choix : je préfère le pétrole de chez nous que celui des États-Unis. »

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

(Photo : Lionel Bonaventure/Getty Images)

Taxation des géants du web

Le Parti libéral vient d’effectuer un virage à 180 degrés en affirmant qu’il taxerait les GAFA et Netflix pour leurs activités au Canada. Andrew Scheer l’a qualifié d’hypocrite.

« Wô! Écoutez, il vient de me traiter d’hypocrite. Je vais souligner que c’est le gouvernement Harper qui avait dépensé le plus en publicités partisanes que n’importe quel autre gouvernement. On a massivement réduit ces dépenses en publicités partisanes parce que les gens en avaient assez avec l’ère Harper. »

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Cadre financier des conservateurs non encore dévoilé

« Là, M. Scheer est en train de critiquer sans partager son cadre fiscal. Il a refusé de partager là où il va couper. Pourquoi? Parce qu’on a vu ce film avec Doug Ford, qui a refusé de partager son cadre fiscal, et qui, ensuite, coupe, coupe, coupe en éducation, en services, en services pour les francophones. »

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Plus :

La vérif : ont-ils tous dit la vérité? (Radio-Canada)

Share
Catégories : Économie, Environnement, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Campagne électorale 2019 : premier débat des chefs en français»
  1. Avatar Marie dit :

    On a fait un débat familial a la maison, car nos enfants dont d’âge a voter.
    Ouf. On a discuté énormément de la loi 21. Pour conclure, que je me sens juger maintenant, par les jeunes et des chefs politiques.
    Selon le NPD, je suis raciste. Selon le libéral, je fais de la discrimination. Et les conservateurs, même pas le goût dans parler.
    J’ai des amies algériennes, qui sont éducatrices comme moi, et qui ne porte pas de signes religieux, car on n’est pas là pour enseigner la religion. C’est drôle, se sont mes amies, elles sont musulmanes, mais au reste du Canada, je suis raciste. Il y a une différence entre porter un uniforme dans nos fonction de travail et la religion que je pratique.
    Parlons de discrimination m.libéral, quand je pourrai me faire servir en français lorsque je voyage dans mon beau pays canadien, on pourra peut-etre parler ensemble de ce que c’est vraiment la discrimination.
    Et cher partie conservateur. J’ai une grande oppinion sur l’avortement, car malheureusement, j’en au vécu une ok y a trois ans. Un choix que j’as un fait, qui m’a beaucoup peiné. Je suis tombé enceinte après 13 ans de vasectomie. Et oui, on fait partie du 0.000001%de la société à qui ça arrive. Et oui, il a recommencer sa vasectomie. J’ai passé proche de mourrir de ma grossesse il y a 13 ans. Pour des raisons médicales, j’ai fait le choix de rester en vie pour mes deux grandes filles, et ça fait de moi une mauvaise personne. On est plus dans l’ancien temps, ou les femmes mourraient de leur grossesse.