Scène du 2e débat des chefs. Crédit : PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JUSTIN TANG

Débat des chefs : absence de pugnacité et de nouveauté, ni gagnant ni perdant

Share

Le deuxième débat des chefs en anglais, le 9 octobre, a permis aux candidats en lice de croiser le fer sur les sujets susceptibles de retenir l’attention des Canadiens et d’avoir un effet sur l’issue du scrutin du 21 octobre.

Le chef conservateur en mode rattrapage

Andrew Scheer, qui avait fait piètre figure lors du premier débat en français diffusé la semaine dernière, s’est montré quelque peu bagarreur d’entrée de jeu.

Il a usé d’allégories, notamment autour du blackface de Justin Trudeau qui a alimenté la chronique au cours du dernier mois, pour fustiger la personnalité multiple du chef libéral et pour l’accuser de tromper les Canadiens.

M. Scheer a remis sur la table ses sujets favoris depuis le début de la campagne, dont l’affaire SNC-Lavalin et son incidence sur le congédiement de la ministre Jody Wilson-Raybould et sur le départ de Jane Philpott. Un congédiement qui serait venu, selon lui, en ajouter à la discorde avec les communautés autochtones, dans un contexte où le Canada cherche à panser les plaies profondes du passé.

Justin Trudeau et Andrew Scheer se sont parlé directement à plusieurs reprises lundi. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / SEAN KILPATRICK

Justin Trudeau a répondu avec calme, et a souligné l’importance de préserver les emplois des Canadiens, tandis que le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet a tiré des boulets en direction d’Andrew Scheer, l’accusant d’avoir une part de responsabilité dans les pertes enregistrées par le géant québécois de l’ingénierie.

Revenant sur la question de l’avortement, M. Trudeau a interpellé M. Scheer sur sa position qui ne « laisserait aucune possibilité de choix aux femmes ».

Pour sa part, la chef du Parti vert Élisabeth May a fait part de sa satisfaction de voir des hommes se préoccuper ainsi des droits des femmes. Elle a de plus souligné son absence au dernier débat en français sur la chaîne TVA. Ainsi, les jeunes Canadiennes n’ont pu apprécier les positions de la seule femme en lice.

Mme May a remis en question l’engagement du gouvernement libéral qui a usé des fonds publics pour acheter le pipeline Trans Mountain, soutenant qu’il n’aurait jamais dû le faire, en raison des enjeux environnementaux qui en découlent et des préoccupations reliées aux droits et aux attentes des peuples autochtones.

Élisabeth May du Parti vert s’est préoccupée des questions environnementales et des droits des femmes. Crédit photo : LA PRESSE CANADIENNE / JUSTIN TANG

Comme à l’accoutumée, Justin Trudeau a mis de l’avant l’intérêt pour le Canada de préserver les emplois et de renforcer l’économie, tout en prenant des mesures pour lutter contre les changements climatiques. C’est ainsi qu’il a nouveau parlé de la tarification du carbone et de la taxation des plus nantis pour servir la cause environnementale et venir en aide au plus démunis.

Une tribune pour Maxime Bernier?

Maxime Bernier du Parti populaire, connu pour ses positions controversées sur l’environnement, estime qu’il serait difficile pour Justin Trudeau, dans les conditions actuelles, d’atteindre les objectifs fixés dans la lutte contre les changements climatiques. Il a été apostrophé par le chef du Nouveau parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh.

Ce dernier a remis en question ses prises de position sur les réseaux sociaux, au sujet notamment de la jeune militante Greta Thunberg, qu’il aurait traitée avec peu d’égard. Il a aussi mentionné que les changements climatiques ne sont en rien le fait de l’homme. M. Singh a souligné clairement que Maxime Bernier ne « méritait pas d’avoir une tribune » pour exprimer de telles contradictions.

En réponse, le chef du Parti populaire a interrogé Jagmeet Singh sur la notion de diversité. Selon lui, cette notion ne devrait pas se limiter aux minorités, mais s’étendre pour permettre des avis diversifiés sur différents enjeux. Une façon de souligner l’importance d’accorder à ses idées une place dans un contexte de démocratie et de liberté d’expression.

Maxime Bernier et Jagmeet Singh échangent sur l’environnement et la diversité d’opinion. Crédit photo : LA PRESSE CANADIENNE / JUSTIN TANG

D’autres questions, comme la loi québécoise sur la laïcité, ont fait l’objet d’échanges intenses entre les chefs. M. Scheer a réaffirmé sa volonté de ne pas intervenir dans ce dossier, tandis que le chef du NPD a quelque peu revu sa position, au cas où la contestation de la loi 21 irait jusqu’à la Cour suprême. Mais il est clair que sa position initiale était qu’il n’interviendrait pas. C’est une attitude hésitante qui laisse les Canadiens sur leur faim.

Quant à Justin Trudeau, il estime qu’il est important de reconsidérer la question, si les plaintes arrivaient à la Cour suprême. Il mentionne qu’il n’interviendra pas en ce moment précis, ce qui constitue une position susceptible de ménager tous les Canadiens.

Dans l’ensemble, le débat a été parfois chaud, mais aussi souvent tiède. Bien que le chef conservateur ait repris du poil de la bête, il reste difficile de se prononcer sur les répercussions sur les électeurs.

Selon les analystes, il n’y a pas eu de grand gagnant, encore moins un grand perdant. Le mordant et la pugnacité qui caractérisent d’habitude les échanges en pareille circonstance ont fait défaut dans ce débat qualifié de cacophonique, à l’approche singulière. Ses multiples modératrices ont été plus préoccupées par les 20 minutes de temps de parole des intervenants que par l’idée de servir de véritables courroies de transmission entre les candidats.

Avec Radio-Canada

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*