L’Association de la construction du Québec a fait savoir ses besoins en main-d’œuvre pour les 10 prochaines années. Ces besoins sont importants et les conseillers en ressources humaines se tiennent aux côtés des entrepreneurs pour les accompagner dans leurs stratégies de recrutement. Crédit : Istock.

Le Québec veut 20 000 travailleurs en construction pour les 10 années à venir

Share

La pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction a été évaluée par la firme Raymond Chabot.

Selon le portrait publié par l’Association de la construction du Québec (ACQ), la pénurie actuelle ira en s’accentuant au fil des ans.

En 2019, cette pénurie a atteint un sommet historique. Selon les analyses, 25 000 travailleurs ont manqué dans le secteur, où il a été difficile d’atteindre les moyennes d’heures normales travaillées.

Les besoins resteront importants aussi bien en 2023 qu’en 2028. Ils vont osciller entre 17 500 et 24 000 pour permettre d’atteindre réellement les moyennes d’heures dites normales. Pour les 10 prochaines années, il va falloir en moyenne 20 000 travailleurs supplémentaires pour répondre aux attentes.

Les besoins varient en fonction des spécialités. Ils semblent plus criants chez les briqueteurs-maçons, les peintres, les tuyauteurs, les opérateurs de pelle, les électriciens et les opérateurs d’équipements lourds.

Il faudra une stratégie de recrutement ciblée pour trouver les personnes aptes à répondre aux besoins dans des métiers aussi variés et pointus que la mécanique d’ascenseur, la soudure, la pose de revêtement et de systèmes intérieurs, entre autres.

Les entrepreneurs en construction redoutent les difficultés qu’entraîne la pénurie. L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et bien d’autres spécialistes en recrutement vont assister les entrepreneurs dans leurs tournées au Québec en leur prodiguant des conseils, et en présentant les meilleurs programmes pour ce qui est de la formation et de la rétention de la main-d’œuvre.

Les difficultés à embaucher ont été davantage ressenties au cours des 12 derniers mois. Certains postes, dont ceux de compagnon et d’apprenti, ont été plus difficiles à pourvoir. Cela a obligé les entreprises à reporter ou à étaler des contrats et à recourir à de nouveaux employés moins expérimentés qu’ils ont formés.

Cette situation a eu un réel impact sur le rendement et la compétitivité des entreprises. Certaines, faute de travailleurs, ont dû refuser des contrats. Des patrons ont eu à travailler eux-mêmes en plus de leur travail habituel, tandis que d’autres ont accusé des retards importants dans la livraison de leurs contrats.

Source : Association de la construction du Québec ( ACQ)

Sur le même sujet :

Le gouvernement québécois veut s'attaquer à la pénurie de main-d'oeuvre en encourageant notamment les travailleurs expérimentés à rester ou à revenir sur le marché de l'emploi. Près de 900 millions de dollars sur 5 ans avaient été annoncés dans le premier budget du gouvernement Legault. Le ministre du Travail Jean Boulet présentera son plan demain. Le reportage de Mathieu Dion.
Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*