Photo : IS/iStock

Le Québec en quête de stratégies pour combattre l’intimidation

Share

L’intimidation reste bien présente dans nos sociétés, malgré les mesures prises pour l’éradiquer, constate le ministre de la Famille Mathieu Lacombe

Les cas de décès enregistrés au Canada ces dernières années et plus récemment à Hamilton, en Ontario, témoignent d’un fléau qui est difficile à contenir.

Au Québec, on assiste à une mobilisation tous azimuts pour trouver les moyens les plus efficaces contre cette forme de violence aux conséquences désastreuses pour les victimes et leurs familles.

François Legault Photo : La Presse canadienne

La question préoccupe la classe politique, et tout d’abord le premier ministre du Québec François Legault. Plusieurs membres du gouvernement, organismes et autres partenaires sociaux ont été conviés par le ministère de la Famille à une journée de consultation sur la lutte contre l’intimidation.

« On a le devoir de faire plus pour lutter contre l’intimidation partout au Québec. C’est un sujet qui me touche particulièrement, car il affecte principalement les jeunes. Je veux remercier tous ceux qui ont participé aux consultations. Votre expertise et vos vastes connaissances vont permettre de nourrir nos réflexions sur cette problématique », a relevé le premier ministre.

La démarche permettra d’analyser la question, de débattre de différents enjeux et de dégager des conclusions pour aider le gouvernement à affiner sa stratégie d’intervention.

Cette consultation s’inscrit dans la suite d’une première initiative lancée au début du mois d’octobre dans le but de recueillir en ligne les avis du public sur la lutte contre l’intimidation et la cyberintimidation. Le gouvernement est aussi descendu sur le terrain pour être au fait de la réalité, en donnant notamment la parole aux jeunes des écoles qui sont souvent les premières victimes de l’intimidation.

La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine observe à ce sujet que « dans les milieux scolaires, plusieurs initiatives visant la promotion de l’esprit sportif ont été mises de l’avant pour contrer la violence et l’intimidation ».

« Cette approche vise à aborder cette question de manière positive et préventive par des comportements bienveillants. Il nous faut poursuivre nos efforts en ce sens et élargir leur portée à l’ensemble de notre société. Je suis heureuse de travailler avec mes collègues de l’Assemblée nationale et nos différents partenaires pour que nos milieux de vie soient toujours plus sécuritaires et inclusifs. Pour cela, l’implication de tous est essentielle. C’est pourquoi je désire remercier chaque personne de son apport personnel », a-t-elle affirmé.

Les organismes ont pu, à l’occasion de la tournée dans les régions, faire valoir leurs points de vue. Un apport apprécié à sa juste valeur par le ministre de la Famille.

« Les histoires troublantes qui font trop souvent les manchettes nous touchent beaucoup et nous interpellent. Avec votre aide et celle de toutes les personnes qui ont participé à la démarche de consultation publique, toujours en cours, nous serons en mesure de proposer de nouvelles mesures pour améliorer la situation de milliers de personnes à travers le Québec », a dit le ministre de la Famille Mathieu Lacombe dans le communiqué.

Avec des informations du gouvernement du Québec
Sur le même sujet :

Pour les ados d’aujourd’hui, l'intimidation ne s'arrête pas une fois l'école terminée. Elle se poursuit en ligne. Des cas récents, à Alma et à Bécancour, relancent le débat sur les risques des réseaux sociaux pour les jeunes. Et les experts affirment que la solution passe par une meilleure éducation, à l'école et à la maison. Le reportage de Marie-Laurence Delainey.
Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*