Google va développer le premier studio de la plateforme de jeux vidéo Stradia dans ses locaux du centre ville de Montréal. (Ryan Remiorz/The Canadian Press)

Google s’installe à Montréal pour développer son service de jeux vidéo Stadia

Alors que le lancement de sa nouvelle plateforme de jeux vidéo en ligne Stadia est prévu pour le 19 novembre, Google vient d’annoncer que son tout premier studio de création dédié au projet ouvrira ses portes à Montréal.

L’annonce a été faite par Jade Raymond, une Québécoise dont la réputation dans le monde des jeux vidéo n’est plus à faire.

Employée de Google depuis mars dernier, Mme Raymond a comme tâche de superviser les efforts de création de jeux exclusifs à la nouvelle plateforme de l’entreprise. C’est elle qui doit mettre sur pied ce premier studio interne qui se sera situé dans les locaux actuels de Google au centre-ville.

C’est le troisième studio que Jade Raymond doit mettre sur pied. Elle a déjà réalisé des exercices similaires pour le compte d’Ubisoft et d’Electronic Arts notamment. La différence avec Google est que cette fois-ci, elle doit créer le portfolio au complet.

« C’est super excitant parce qu’on essaie de faire de nouveaux types de jeux, pour tirer profit du fait que notre plateforme est infonuagique et qu’on est donc complètement libérés de devoir tenir compte de la puissance de l’équipement dont dispose le joueur à la maison », affirme Mme Raymond à La Presse canadienne.

Stadia sera accessible sur toutes les plateformes. (Stephen Lam/Reuters)

Avec Stadia, Google cherche à se différencier de la concurrence, Sony, Microsoft ou Nintendo, qui développent aussi de nouvelles plateformes de jeux vidéo.

Ainsi, le concept de Stadia est de dématérialiser la plateforme, tous les calculs s’effectuent sur des serveurs centraux opérés par Google. L’utilisateur n’aura pas besoin d’acheter une console, mais aura seulement besoin d’une bonne connexion Internet, d’une manette et d’une clé Chromecast, un appareil permettant de lire des flux multimédias en temps réel, développé par l’entreprise américaine.

En mars dernier, Google a dévoilé Stadia, son nouveau service de jeux vidéo dématérialisé en flux continu, et a annoncé la création de Stadia Games and Entertainment, son propre studio de jeux vidéo supervisé par la Montréalaise Jade Raymond. Le reportage de Vincent Maisonneuve.

Mme Raymond souhaite créer du contenu exclusif sur cette plateforme de jeux entièrement en ligne. Dans sa présentation, la responsable de Stadia Games and Entertainment a fait part de son désir de « changer la façon dont les jeux sont faits ».

Cela commence par notre culture. Stadia s’engage à favoriser un milieu de travail diversifié et inclusif. Ces diverses perspectives façonneront les jeux que nous allons créer ensemble. Nous nous engageons à créer un environnement qui permettra aux développeurs qui travaillent chez Stadia de créer de nouvelles expériences de jeu uniques.Jade Raymond, responsable de Stadia Games and Entertainment

Jade Raymond a pour mission de mettre en place le projet Stadia. (Stephen Lam/Reuters)

Pour l’instant, l’équipe de Mme Raymond n’est composée que de cinq personnes, mais cela risque de changer rapidement avec le lancement officiel de la campagne de recrutement cette semaine.

Toutefois, la dirigeante ne souhaite pas fonder « une équipe de 1000 personnes », elle veut en restreindre la taille.

Le studio montréalais planifie de commencer avec des réadaptations de jeux déjà existants en attendant de pouvoir proposer du contenu exclusif et totalement innovant.

Avec les informations de La Presse canadienne

Catégories : Internet et technologies
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*