En 2018-2019, 2936 femmes et 1615 enfants ont été hébergés dans les maisons québécoises membres de la Fédération. (Photo : iStock)

Les maisons d’hébergement et le sous-financement chronique

Une motion présentée par l’opposition péquiste a été appuyée par le parti au pouvoir à Québec.

La députée de Gaspé Méganne Perry Melançon a en effet demandé officiellement au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) de délier les cordons de la bourse et de revoir à la hausse le financement des maisons d’hébergement de la province.

« Malheureusement, notre situation financière est désormais criante. On doit fermer des chambres, diminuer l’offre de service externe, gérer les listes d’attente. On ne peut plus accompagner autant de femmes dans leurs démarches. »
Sylvie Bourque, présidente de la Fédération des maisons d’hébergement (Photo : iStock)

Sous-financement chronique et sécurité des femmes et des enfants

Au cœur du texte de la députée péquiste, il était dit que « (le gouvernement devait) constater le sous-financement chronique des maisons d’hébergement, qui place de nombreuses femmes et enfants en situation de danger ».

Tous les députés présents lors du vote ont appuyé la motion.

La raison d’être des maisons d’hébergement consiste à accueillir gratuitement les femmes et les enfants qui font face à des difficultés ou à des situations hors de leur contrôle, souvent des cas de violence conjugale, mettant leur vie en danger.

En déposant sa motion, Mme Perry Melançon a rappelé le terrible incident du 23 octobre dernier à Montréal au cours duquel un père a tué ses deux enfants avant de s’enlever la vie.

(Fédération des maisons d’hébergement pour femmes)

Des centaines de demandes d’aide refusées en 2018-2019

Triste constat, en 2018-2019, les maisons d’hébergement au Québec ont dû refuser près de 10 000 demandes d’aide d’urgence faute d’argent et de places disponibles.

« On a été témoin collectivement de tragédies familiales d’une tristesse infinie qui auraient pu être évitées si on leur avait offert un soutien. »
Méganne Perry Melançon, députée de Gaspé

Demande de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

Après le dépôt de cette motion et l’appui unanime de l’Assemblée nationale, les porte-paroles de la Fédération des maisons d’hébergement ont demandé au Québec d’ajouter 50 millions de dollars en réinvestissement dans ce service qualifié d’essentiel. La ministre de la Santé Danielle McCann ne s’est pas prononcée sur la question.

« Mes collègues et moi, nous allons tout faire vraiment pour supporter ces ressources essentielles. »

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

Quant à la présidente de la Fédération des maisons d’hébergement, Sylvie Bourque, bien qu’elle soit « encouragée » par le dépôt de la motion et le vote subséquent, elle ajoute qu’elle doit rencontrer la ministre McCann la semaine prochaine.

Grande détresse et épuisement

Lors de ce point de presse, Mme Bourque a souligné la détresse des femmes en maisons d’hébergement.

« Elles ont en commun d’avoir été exploitées, vendues, échangées, dénigrées, contrôlées, harcelées, agressées. Malheureusement, notre situation financière est désormais criante. On doit fermer des chambres, diminuer l’offre de service externe, gérer les listes d’attente. On ne peut plus accompagner autant de femmes dans leurs démarches. »

Sylvie Bourque, présidente de la Fédération des maisons d’hébergement

En 2018-2019, 2936 femmes et 1615 enfants ont été hébergés dans les maisons québécoises membres de la Fédération.

« On a été témoin collectivement de tragédies familiales d’une tristesse infinie qui auraient pu être évitées si on leur avait offert un soutien. » – Méganne Perry Melançon, députée de Gaspé (Photo : iStock)

Plus :

Aider les femmes victimes de violence conjugale à s’affranchir, la mission de La Dauphinelle (RCI)

Plus de trois victimes sur quatre de meurtres domestiques au Canada sont des femmes (RCI)

La Rue des Femmes – 20 ans en santé relationnelle (RCI)

Les maisons d’hébergement pour femmes crient à l’aide (Radio-Canada)

Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*