PHOTO VALERIE BAERISWYL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Crise en Haïti : un juge serait-il le prochain Président?

Share

Un accord est intervenu, samedi, entre les opposants à l’actuel Président Jovenel Moïse, et la société civile pour organiser la transition vers un gouvernement qui serait dirigé par un nouveau Président ainsi qu’un nouveau Premier ministre.

Selon l’ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans des manifestations organisées dans les principales villes en Haïti pour exiger la démission du président, un mouvement paralysant les activités économiques du pays. Rappelons que Montréal est le lieu de résidence d’une communauté d’origine haïtienne très importante.

« Nous avons trouvé une entente, nous avons trouvé un consensus. Maintenant, nous disons à Jovenel de tourner les talons parce qu’aujourd’hui les Haïtiens ont montré qu’ils sont adultes », a déclaré Youri Latortue, sénateur de l’opposition, à l’issue des négociations.

Deux mois après le début des manifestations parfois violentes à travers le pays réclamant la démission du Président Jovenel Moïse en poste depuis 2017 et après deux jours de discussions parfois houleuses dans un hôtel de la capitale, les opposants au président de la République se sont donc accordés pour choisir son successeur parmi les juges de la Cour de cassation et le prochain premier ministre au sein des partis de l’opposition.

Aucun calendrier n’a été précisé samedi soir quant à la concrétisation de cet accord qui représente tout de même une avancée significative vers un dénouement de la crise politique.

En octobre dernier, des manifestants dans les rues de Port-au-Prince exigeaient la démission du président Jovenel Moïse. (Photo : AP/Rebecca Blackwell)

Pas d’ingérence internationale, réclament des Haïtiens

Bernard Craan, membre du collectif Passerelle qui a organisé la rencontre de deux jours affirme que les Haïtiens sont capable de gérer la crise sans ingérence extérieure.

« Cette solution haïtienne sera loin d’être parfaite, on aura besoin de l’assistance internationale, mais pas de l’intervention internationale, pas de l’ingérence de l’international », a souligné M. Craan.

Selon lui, les Haïtiens veulent en finir avec ce qu’ils appellent la soi-disant aide internationale ainsi que l’impérialisme américain que l’on accuse de soutenir le président Jovenel Moïse.

Le ressentiment envers les Américains ne date pas d’hier en Haïti. Les États-Unis ont occupé ce territoire de 1915 à 1934 pour protéger leurs intérêts économiques stratégiques dans ce pays instable politiquement.

Les Américains ont aussi longtemps soutenu la dictature sanglante de François et Jean-Claude Duvalier (Papa et Bébé Doc), de 1964 à 1986.

Haïti : Jovenel Moïse demande de l’aide aux États-Unis

Le président haïtien a demandé au gouvernement américain de lui fournir une aide humanitaire, dans la foulée des manifestations qui ne se sont pas essoufflées pour une cette septième semaine consécutive. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

RCI avec l’Agence France Presse et la contribution de Radio-Canada

En complément

Haïti : la grogne populaire pourrait tourner cette fois à la guerre civile – RCI 

Haïti : un autre journaliste abattu – RCI 

Recommandation d’éviter de se rendre en Haïti maintenue par le Canada – RCI 

Share
Catégories : Histoire, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*