Comment un harceleur a-t-il pu suivre son ex-compagne et commander à distance sa voiture ?-iStock

Un harceleur a pu suivre son ex-compagne et commander à distance sa voiture

Share

La technologie de surveillance numérique est en plein essor. Elle a atteint la sphère domestique. Elle peut être un outil de violence conjugale. Plusieurs cas de harcèlement électronique ont été rapportés notamment sur les réseaux sociaux par des ex-conjoints. Une utilisation de simples applications assure aux agresseurs et harceleurs une surveillance rapprochée et continue de leurs victimes. Un Australien a pu ainsi suivre en temps réel son ex-compagne, et démarrer et arrêter à distance la voiture de celle-ci.

Un homme de 38 ans qui s’est séparé de sa copine après une relation de six mois a concocté un système de surveillance électronique qui la géolocalise et retrace ses mouvements. Selon la chaîne australienne ABC, cet homme a utilisé des logiciels espions qui déterminent l’emplacement du téléphone intelligent de la femme. Il a également utilisé une application branchée à sa Land Rover. Une voiture qu’il a aidé à acheter quand ils étaient ensemble, ce qui lui a donné accès aux informations d’immatriculation de la voiture, lui permettant ainsi d’installer l’application. La chaîne ABC n’a pas identifié l’application, mais ses fonctions sont similaires à celles de l’application « InControl » de Land Rover, qui permet aux propriétaires de voitures de démarrer leur véhicule à distance, d’ajuster les températures et de suivre leur emplacement.

En cette ère de numérisation tous azimuts, où une foule de capteurs intelligents et d’applications mobiles peuvent se greffer, les harceleurs, voire les agresseurs, disposent de moyens technologiques accessibles au grand public qui leur permettent d’épier la vie privée de leur victime, de s’immiscer dans leur intimité et même de contrôler certains de leurs actes.

Suivre à distance les voitures des victimes de harcèlement est une forme émergente de plus en plus répandue de « l’abus numérique », selon des associations qui luttent contre la violence conjugale.

Plusieurs formes d’« abus numérique », des produits dérivés du florissant marché de surveillance électronique, sont simples à réaliser, notamment avec un téléphone intelligent. La violence numérique envers des ex-compagnes est sournoise et difficile à combattre. Les agresseurs disposent d’informations personnelles et d’accès à l’identité numérique de leurs victimes.

Les harceleurs profitent également des failles (dont les faux comptes) des réseaux sociaux, et particulièrement Facebook, pour lancer leurs « missives électroniques » vers leurs victimes.

Comment lutter contre cette violence numérique qui contamine la vie des victimes, souvent des femmes? Parmi les moyens qui pourraient être mis en place :

  • Exiger des sociétés éditrices des applications et des appareils de surveillance électronique de ne pas utiliser les données des personnes tierces sans leur consentement explicite.
  • Adapter le code pénal, encore en déphasage avec ces nouvelles technologies, aux violences numériques. La victime australienne, traumatisée d’être espionnée et traquée, a intenté une poursuite judiciaire contre son ex-compagnon. Il encourt, après une récente mise à jour du Code pénal australien, une peine de 15 ans de prison.

Zoubeir Jazi 
column-banner-zoubeir

Share
Catégories : Internet et technologies, Web et Nouvelles technologies
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*