Crédit photo : Radio-Canada/Nicolas St-Germain.

Une mystérieuse maladie liée au cannabis frappe les grands utilisateurs au pays

Share

Les spécialistes reconnaissent qu’ils savent peu de choses sur la cause de cette maladie appelée SHC (Syndrome d’hyperémèse cannabinoïde) ou pour quoi cette maladie respiratoire affecte certains gros consommateurs de cannabis et pas d’autres au Canada.

L’augmentation des hospitalisations liées au SHC souligne, selon les cliniciens, le besoin d’éduquer les consommateurs de cannabis pour les sensibiliser aux symptômes liés à cette maladie rarement mortelle, mais qui peut avoir des effets à long terme tels que des lésions rénales.

Santé Canada affirme qu’on détecte cette maladie aux urgences habituellement chez les consommateurs quotidiens de cannabis qui présentent des symptômes de nausées sévères, de douleurs abdominales et de vomissements constants.

Une théorie sur la cause du SHC concerne les récepteurs de cannabinoïdes dans le cerveau, qui pourraient être surchargés en raison d’une forte consommation de cannabis, ce qui pourrait entraîner un dysfonctionnement.

« Le cannabis a un certain effet sur les nausées et nous savons donc qu’il a un effet sur ces récepteurs dans le cerveau », a déclaré le Dr Atul Kapur, urgentologue à Ottawa et coprésident du comité des affaires publiques de l’Association canadienne des médecins d’urgence (ACME).

Une douche chaude pour calmer les symptômes

Les crises abdominales qui peuvent durer des heures ou des jours sont parfois soulagées par des douches chaudes.

Les médicaments antinausée typiques comme le Gravol ont peu d’effet, et les recommandations de traitement incluent la réhydratation, l’arrêt complet de la consommation de cannabis et un suivit psychologique.

Le haldol, un antipsychotique utilisé pour diminuer l’excitation dans le cerveau, peut avoir un effet positif, tout comme la lotion de capsaïcine, qui est dérivée de piments chili et qui peut imiter l’effet de la douche chaude.

Des cas usités aux urgences depuis quelques années

« Le traitement de l’hyperémèse du cannabis à l’urgence est un phénomène courant », a déclaré le Dr Eddy Lang, médecin urgentiste et chef du service de médecine d’urgence à Calgary.

« Ils viennent à nous parce qu’ils ont des vomissements incessants qui durent des heures et des heures. Et c’est très effrayant pour les patients. »

Le Dr Lang indique que sur les 800 à 1000 patients vus chaque jour dans les services d’urgence de Calgary, il ne serait pas surpris qu’ils traitent plus de 5 à 10 cas de SHC.

« Il s’agit donc d’une petite somme, inférieure à 1 %, dit-il. Mais ce n’est pas insignifiant. »

Selon le Dr Eddy Lang, la SCH est un phénomène courant dans les salles d’urgence de Calgary. (Soumis par le Dr Eddy Lang)

Un syndrome sous-diagnostiqué au Canada et aux États-Unis?

Des articles parus la semaine dernière, dans le Journal de l’Association médicale canadienne et dans le Boston Globe, spéculaient que la SCH est sous-diagnostiquée au Canada et aux États-Unis, mais le manque de données sur cette maladie empêche d’avoir une idée claire de son ampleur.

Parmi les 5,3 millions de Canadiens qui ont consommé du cannabis cette année, 6 % des personnes interrogées l’ont fait quotidiennement, selon les données les plus récentes de Statistique Canada.

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), 40 % des 23 410 séjours à l’hôpital pour « méfaits causés par la consommation de substances » en 2017-2018 étaient liés au cannabis, mais on ne dispose pas de données précises pour la SCH.

Polynésie française : Guy Laliberté détenu pour avoir cultivé du cannabis

Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil, lors d’une conférence de presse en avril 2015 Crédit photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz.

RCI avec les informations d’Adam Miller de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Légalisation du cannabis : des parents toujours aussi inquiets un an plus tard – RCI 

Cannabis et autres drogues retrouvés dans les eaux usées – RCI 

Cannabis récréatif et rendements en entreprise : plus de peur que de mal? – RCI 

Share
Catégories : International, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*