Dans le film Créer en français, l’Association des écoles supérieures d’art du Québec (ADESAQ) donne la parole à la relève artistique afin qu’elle se prononce sur la contribution de l’art à la valorisation de la langue française. Crédit : Istock.

Créer en français : un documentaire au service de la langue française au Québec

Share

Le film Créer en français est actuellement diffusé sur les ondes de Savoir Média. C’est un documentaire qui permet d’assurer la vitalité de la langue française, avec des enjeux qui peuvent être très variables d’une école d’art à l’autre, selon les rapports que les étudiants et leurs enseignants entretiennent avec la langue française, soutient Chantal Boulanger, la directrice de l’Association des écoles supérieures d’art du Québec (ADESAQ).

Chantal Boulanger, directrice de l’Association des écoles supérieures d’art du Québec. Crédit : ADESAQ.

Cette association a reçu l’appui du Fonds de valorisation de la langue française en vue de la réalisation du documentaire.

« Plusieurs institutions et écoles se sont intéressées au projet parce que la plupart des écoles sont intéressées par la qualité de la langue française […] Le projet a intéressé rapidement neuf écoles supérieures dans le fait français alors qu’elles forment les acteurs de notre expression culturelle et qu’elles agissent comme moteur du renouvellement de la création francophone », a-t-elle relevé.

L’idée pour l’ADESAQ, qui a produit le film, est de s’appuyer sur les œuvres de jeunes créateurs issus de la musique, du cirque, de la danse, etc. pour établir l’état des lieux de la création en français.

« Nous sommes partis de l’idée bien connue que les artistes jouent un rôle primordial pour notre identité culturelle, dont le plus grand vecteur c’est la langue française. On se disait que si le parcours des étudiants en art se fait en français, on favorise nécessairement son utilisation dans le parcours professionnel des artistes », a ajouté Mme Boulanger.

Écoutez

Affiche du documentaire Créer en français Crédit : ADESAQ

Contexte de recul de la langue française

Dans un contexte où le français semble en recul à Montréal au profit de l’anglais, et que le déclin du français est perceptible dans la province depuis quelques années, le film est l’occasion de faire le point pour mieux adapter la stratégie de valorisation en fonction des enjeux auxquels sont soumis les jeunes créateurs.

« Il y a des enjeux qui sont différents d’une école à l’autre », constate la présidente de l’ADESAQ, qui mentionne qu’à l’École nationale de l’humour, à l’École nationale de la chanson ou au Conservatoire d’art dramatique, la langue française constitue un outil de création.

« Quand la langue française constitue la matière première pour créer des œuvres, la question de l’utilisation du français dans ces écoles ne présente pas un enjeu par rapport à la langue anglaise. Il s’agit surtout d’enseigner et d’apprendre aux étudiants comment utiliser la langue française comme outil de création », a dit Chantal Boulanger.

Par contre, dans d’autres écoles, à l’instar de l’École nationale du cirque, l’École de danse contemporaine de Montréal, l’École supérieure de ballet du Québec, le Conservatoire de musique de Montréal, Musitechnic et l’INIS, la présidente de l’ADESAQ indique qu’on devrait parler plutôt de « l’importance de l’utilisation de la langue française » sur une base quotidienne, dans les activités.

« Si les écoles accueillent des étudiants étrangers, il faut aussi recruter des enseignants venant de l’international qui n’ont pas comme langue maternelle le français. À cause du contexte social qui favorise l’anglais sur Internet et dans différentes œuvres, on trouve pertinent de valoriser le français comme outil de travail, d’étude, etc. »

Le documentaire accorde la parole aux étudiants et à leurs professeurs qui se prononcent sur leurs expériences par rapport à l’utilisation du français dans la production. Ils parlent de la façon dont ils se positionnent par rapport au français en comparaison avec l’anglais.

Source : ADESAQ
Sur le même sujet :

Le français est moins utilisé pour l'accueil des clients dans les commerces. Yasmine Mehdi dresse un portrait de la situation à Gatineau.
Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*