Photo : PC

Décès au Yukon du créateur du whisky avec un orteil humain, le Sourtoe Cocktail

Share

(Downtown Hotel)

Le capitaine Dick Stevenson, inventeur dans les années 1970 du célèbre Sourtoe Cocktail, au Yukon, dans un hôtel de Dawson City, est décédé. Selon sa fille, Dixie Stevenson, il est décédé à Whitehorse tôt jeudi matin à l’âge de 89 ans.

Stephen Lancaster, le gérant de l’hôtel Dawson, où on continue de servir le fameux cocktail, explique que les clients du saloon Sourdough et les résidents de la petite ville arctique sont profondément attristés par la mort de Dick Stevenson.

Dick Stevenson, propriétaire de l’établissement, était connu sous le surnom de « Capitaine Dick ». Au sujet de sa spécialité qu’il avait servie à des dizaines de milliers de clients, il avait coutume de dire : « On peut le boire vite, on peut le boire lentement, mais les lèvres doivent toucher l’orteil. »

Le capitaine Dick Stevenson est assis chez lui dans cette photo datant de 2017 et il est entouré de souvenirs du  Sourtoe Cocktail, soit un registre des membres du club et quelques orteils humains séchés. (Wayne Vallevand/CBC)

Une tradition qui a presque 50 ans

Le Dowtown Hotel à Dawson City

L’invention mondialement connue du capitaine Dick continue d’attirer des foules de braves assoiffés à l’hôtel Downtown de Dawson City.

Commandez-en un et vous obtiendrez un verre de whisky avec un vieil orteil humain noueux qui bouge dans le verre. Laissez l’orteil toucher vos lèvres et vous êtes dans le club Sourtoe avec un certificat pour le prouver.

Officiellement, plus de 93 000 clients sont aujourd’hui membres du « Sourtoe Cocktail Club » dont Dick Stevenson avait eu l’idée en 1973 après avoir trouvé un orteil humain gelé préservé dans un pot qui traînait dans un hangar qu’il venait d’acheter.

Découvrez les origines de la tradition du Sourtoe Cocktail et ce qu’en pensent les clients…

Décès de Dick Stevenson, l'inventeur du whisky servi avec un orteil humain, le Sourtoe Cocktail

Capitaine Dick fait don de ses gros orteils!

Deux ans avant sa mort, il avait demandé que ses deux gros orteils soient préservés pour les prochaines tournées des clients de son hôtel. « Ils doivent encore attendre quelques années », avait-il dit en riant.

« Je suis presque sûre d’être la seule fille de toute l’histoire à devoir, selon la volonté de mon père, s’assurer que ses orteils sont enlevés et séchés. En fait, je suis en route pour le centre-ville. Je dois acheter des récipients et du sel à marinade », a dit Dixie Stevenson.

Elle indique que c’était le souhait le plus important de son père. Elle a des instructions détaillées sur la façon de procéder.

Elle explique que son père ne voulait pas de funérailles ni de service commémoratif. Il préférait que les gens fassent ce qu’ils voulaient, et peut-être même qu’ils lèvent un verre de whisky ou de Yukon Jack en son honneur.

Une cliente embrasse un orteil humain déshydraté tenu par Sue Taylor, «Toe Captain», avant d’être placé dans son verre et de boire le «Sourtoe Cocktail», à Dawson City, au Yukon, le dimanche 1er juillet 2018. (Photo CP)

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

Share
Catégories : Arts et spectacles, Économie, Histoire, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*