Réunion du Conseil de la Confédération, à Saskatoon, le 11 juillet 2019. photo : Jonathan Hayward, La Presse canadienne. (Archives)

Conseil de la fédération : l’Ouest et l’Est canadiens vers la réconciliation?

Share

Les premiers ministres des provinces et territoires du Canada tiennent leur réunion dans un contexte marqué par une quasi-fracture entre les provinces de l’Ouest et de l’Est.

Les premiers ministres de la Saskatchewan Scott Moe, du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs et de l’Ontario Doug Ford, lors d’une rencontre tenue dimanche, en préparation au Conseil de la fédération. Crédit : Chris Youg/La Presse canadienne.

Cette réunion spéciale se tient à l’instigation du premier ministre de l’Ontario Doug Ford, dans le but de trouver une nouvelle unité entre les provinces canadiennes de l’Ouest et de l’Est. La scission est perceptible depuis la dernière élection fédérale, dont les résultats ont illustré une fraction qui a fait dire au premier ministre réélu Justin Trudeau que les Canadiens, et surtout les Québécois, lui avaient « adressé un message clair ».

À propos du Québec, ses attentes sont nombreuses. Son premier ministre François Legault rencontrera pour la première fois le premier ministre du Manitoba Brian Pallister, après une semaine marquée par des empoignades verbales entre les deux provinces.

Le premier ministre du Manitoba a déclaré, la semaine dernière, que tous ceux qui se sentaient quelque peu mal à l’aise par rapport à la Loi 21 du gouvernement Legault sur la laïcité de l’État étaient les bienvenus dans sa province.

Cette déclaration a suscité une vive réaction du premier ministre québécois et du chef par intérim du Parti québécois et porte-parole en matière de laïcité Pascal Bérubé. En résumé, ils ont interpellé le premier ministre du Manitoba sur l’importance d’investir dans le financement des services aux Franco-Manitobains, au lieu de s’ingérer dans les affaires internes du Québec.

À l’amorce de la rencontre à Mississauga, en banlieue de l’Ontario, les deux premiers ministres semblent faire preuve de modération. C’est du moins ce que laissent percevoir leurs déclarations lundi matin.

Brian Pallister s’est engagé à dégager des ressources additionnelles pour bonifier l’offre de services aux Franco-Manitobains, et il a réaffirmé l’importance d’un dialogue constructif avec le premier ministre du Québec sur des dossiers d’intérêt commun.

Le premier ministre du Québec est allé dans le même sens, soulignant le nécessité d’une hausse des transferts en santé, dans le cadre de la péréquation, de 3 % à 5,2 % par an.

Énergie Est est un projet qui devait permettre de transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour, des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Il a été abandonné en raison de la contestation populaire au Québec. (Crédit photo : Radio-Canada)

Expansion de pipelines et péréquation : deux dossiers qui divisent

Cette question de la péréquation est au centre des crispations entre le Québec et l’Alberta, où le premier ministre Jason Kenney a fustigé l’hostilité du Québec à l’expansion de projets de pipeline de l’Ouest vers l’Est. M. Kenney a estimé que cette hostilité n’est pas de nature à favoriser le transfert de ressources financières issues du pétrole albertain vers le Québec, qui en a besoin pour répondre aux attentes en santé.

Compte tenu de toutes ces frictions, et que bien d’autres provinces ont remis en cause le caractère liberticide de la Loi 21, malgré une certaine détente, la rencontre s’annonce houleuse et riche en débats.

Dans un contexte où les provinces et territoires doivent trouver le chemin de la réconciliation afin d’atteindre divers objectifs, cette réunion apparaît comme un pari risqué, mais important et stratégique, pour le premier ministre de l’Ontario Doug Ford.

Bien qu’il ait convoqué cette réunion spéciale, c’est le premier ministre du Manitoba qui la préside. Néanmoins, son succès ne manquera pas de rejaillir sur l’image du premier ministre Ford et de redorer son blason, après un début de mandat entaché par de nombreux ratés.

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*