Zéro déchet, le nouvel objectif. (Crédit photo : iStock)

Le zéro déchet est-il réalisable?

À l’heure des changements climatiques et des défis écologiques, est-il faisable de consommer sans émettre de déchets? Plusieurs villes du monde tentent d’y parvenir, notamment Montréal. Elle s’est récemment dotée d’un plan en la matière. On en parle avec Laurence Lavigne Lalonde, responsable de la transition écologique au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal.

La ville de Montréal fait partie du réseau international C40, un groupe qui rassemble 94 villes dont l’objectif est de lutter contre le dérèglement climatique. Créée en 2005 par l’ancien maire de Londres Ken Livingstone, cette organisation se donne plusieurs défis comme celui de tendre vers le zéro déchet d’ici 2030.

« L’un des objectifs du C40, c’est de détourner 70 % des matières de l’enfouissement d’ici 2030, explique en entrevue Laurence Lavigne Lalonde. À la ville de Montréal, notre objectif est de détourner 85 % de matières générées sur le territoire dans le même délai. »

Écoutez l’entrevue avec Laurence Lavigne Lalond (6 minutes et 48 secondes) :

Objectif : zéro déchet

C’est un programme ambitieux, admet-elle, mais tendre vers le zéro déchet signifie surtout de s’assurer d’éliminer moins de matières en valorisant celles générées sur le territoire, que ce soit les plastiques ou les verres.

« Pour ce qui est des matières compostables, on veut s’assurer qu’elles ne sont plus envoyées en enfouissement qui détruit les sols et qui est un émetteur de méthane et autres gaz pollueurs. »

À ce titre, Mme Lavigne Lalonde veut aussi accompagner les citoyens, les entreprises et les institutions montréalaises à produire moins de déchets. « La ville de Montréal déploie environ sept collectes, les ordures ménagères bien sûr, mais aussi le compost, les matières recyclables ou de constructions », dit-elle.

« On a aussi un travail de sensibilisation à faire pour que les citoyens s’engagent davantage, ajoute-t-elle. Il faut faciliter les manières de faire pour les gens et trouver des façons adaptées à leur réalité. »

Charte des matières recyclables (Crédit photo : Recyc-Québec)

La responsable de la transition écologique rappelle que la métropole s’est engagée à déposer un règlement visant à interdire prochainement tous les plastiques à usage unique. « Si on veut que les citoyens et les collectivités participent, on doit les encourager avec les bons outils et les aider en interdisant certains matériaux qui ne sont pas valorisés ou valorisables. Il existe des plastiques qui ne sont présentement pas recyclables. »

Dans le plan de gestion des matières résiduelles, Montréal s’est également engagée à s’attaquer au gaspillage alimentaire et au gaspillage des textiles. Ces derniers sont connus pour être très polluants.

« Au Québec, il n’existe pas vraiment de débouché pour ces matières généralement enfouies, raconte Mme Lavigne Lalonde. D’autres provinces canadiennes utilisent par exemple les textiles pour faire du rembourrage, ce que l’on n’a pas droit de faire au Québec. Il faut donc travailler avec les différents paliers de gouvernement, autant provincial que fédéral, pour voir quels sont les plastiques que l’on permet sur notre territoire. Il va falloir penser à cela pour bien traiter les matières. »

Virage vert ou vague marketing? Le mouvement zéro-déchet prend de l'ampleur au pays. Entrevue avec la fondatrice du Circuit Zéro Déchet, Cindy Trottier.

Lire aussi :

Réduction des déchets : n’oubliez pas vos vieux cellulaires

Débarrasser les plages des déchets : Air Canada sollicite l’aide du public

Parc de Jasper : des déchets abandonnés sur le glacier Columbia

Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*