Des chercheurs canadiens et américains confirment, à travers une étude commencée il y a plus de 30 ans, qu’il y a un lien entre l’alimentation, le développement et la progression de certains cancers. Crédit : Istock.

Régimes riches en gras saturés, source d’accélération du cancer de la prostate!

Une étude menée conjointement par des chercheurs américains et canadiens attire l’attention sur le fait qu’un régime riche en gras saturé pourrait faire en sorte que le cancer de la prostate progresse à un rythme accéléré et entraîne la mort très rapidement.

David Labbé, chercheur à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM.) Crédit : David Labbé

David Labbé, l’un des chercheurs dans cette étude entamée depuis les années 1980, a expliqué les mécanismes d’accélération de ce cancer, après avoir observé les résultats de l’étude préliminaire menée avec ses collègues auprès de groupes de patients ayant une alimentation riche en gras saturé et d’autres qui ont consommé moins de ces gras qui sont généralement d’origine animale (viande de bœuf, de porc, de poulet consommé avec la peau, etc.), sur une période assez longue.

L’étude, publiée dans Nature Communications, montre une prolifération anormale des cellules induite par la reprogrammation cellulaire reliée au cancer de la prostate. Cela s’observe chez les hommes ayant une diète riche en gras, plus particulièrement en gras saturé, relève le chercheur à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM).

M. Labbé explique que cette reprogrammation pourrait faire en sorte qu’à la suite de la prolifération des cellules, le cancer soit plus agressif et potentiellement mortel. C’est ainsi qu’il souligne qu’un régime pauvre en gras saturé chez les hommes qui présentent un cancer de la prostate à un stade précoce pourrait avoir un effet bénéfique et retarder la progression de la maladie.

« Dans cet article, nous avons démontré que la consommation de gras saturé aggrave le cancer de la prostate en provoquant une réaction semblable à la surexpression de MYC. Il s’agit de l’un des gènes appelés oncogènes qui jouent un rôle dans l’apparition et la progression du cancer. La surexpression du gène MYC refaçonne profondément les programmes cellulaires et produit une signature transcriptionnelle distinctive. MYC est un facteur clé de la tumorigénèse, c’est-à-dire qu’il induit des propriétés malignes dans les cellules normales et favorise la croissance de cellules cancéreuses », a expliqué le chercheur.

Écoutez

L’étude commencée au Dana-Farber Cancer Institute aux États-Unis a permis d’interroger 319 patients sur leur fréquence de consommation, sur leur consommation de gras (diète riche ou faible en gras), du type de gras consommé (saturés, mono-insaturés ou polyinsaturés). Les chercheurs ont procédé à une intégration de l’information alimentaire aux données sur l’expression des gènes des patients. Ils ont ainsi pu découvrir que la consommation de gras animal, particulièrement de gras saturés, imitait la surexposition de MYC. (Source : communiqué)

M. Labbé observe qu’une prostate atteinte de cancer contient à la fois des tissus tumoraux et normaux, et que l’étude a démontré que la consommation de gras saturés ne touche que le programme transcriptionnel dans les tissus tumoraux.  Crédit : iStock

Les chercheurs considèrent que la diminution du risque d’assister à une reprogrammation cellulaire conduisant à la progression du cancer de la prostate pourrait être observée, si les patients en venaient à réduire leur consommation de gras saturés. Le professeur Labbé note que les gras saturés sont à l’origine de l’obésité et de l’augmentation de graisses corporelles, deux éléments qui sont aussi importants dans le développement du cancer de la prostate.

C’est ainsi qu’il a fait appel à l’indice de masse corporelle dans le but de s’assurer que la consommation de gras saturés à elle seule est susceptible d’induire une progression vertigineuse du cancer de la prostate chez l’homme.

« Même après avoir éliminé l’obésité de l’équation, les patients présentant des taux élevés de MYC associés à la consommation de gras saturés sont encore trois fois plus susceptibles de mourir d’un cancer de la prostate. Des études épidémiologiques ont déjà rapporté que l’apport en gras saturé est associé à la progression du cancer de la prostate. Notre étude fournit un fondement mécanique à ce lien et une base pour développer des outils cliniques visant à réduire la consommation de gras saturés et à augmenter les chances de survie », conclut David Labbé, qui a commencé l’étude en bénéficiant de l’encadrement du Dr Myles A. Brown, directeur du Center for Functional Cancer Epigenetics et du professeur Emil Frei III de la Havard Medical School. (communiqué)

En définitive, les chercheurs soutiennent que les traitements épigénétiques vont cibler l’activité transcriptionnelle de MYC, tout comme les interventions diététiques vont cibler les dépendances métaboliques régulées par MYC. Ils mentionnent la possibilité de freiner la progression vers une maladie mortelle, sur la base d’informations spécifiques concernant l’activité physique du patient susceptible de les aiguiller sur l’intervention spécifique à mener. Mais, selon leurs propres observations, il va falloir pour cela qu’ils mènent des études supplémentaires.

Avec des informations de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM)
Sur le même sujet :

Après 20 ans de recherches, le Dr Abdenour Nabid et son équipe démontrent qu’il est possible de réduire de 36 à 18 mois la durée du traitement d’hormonothérapie sans diminuer le taux de survie de certains patients atteints du cancer de la prostate. Plus de 630 patients et 10 hôpitaux, dont le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, ont participé à une étude qui permet d'établir un nouveau protocole qui améliore la qualité de vie des patients qui souffrent d'un cancer de la prostate à haut risque.

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*