Selon un rapport d’OXFAM, en 2019, les plus riches du monde, soit seulement 2153 personnes détenaient plus de richesses que tous les pauvres réunis, soit plus de la moitié de l’humanité. Crédit : Istock.

2153 personnes plus riches que 4,6 milliards de pauvres : à qui la faute?

Le monde est confronté depuis quelques années à une inégalité » extrême », constate la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT). Cette inégalité a pour corollaire la pauvreté et la marginalisation qui touchent de plus en plus de communautés sur la planète.

Cette pauvreté est palpable au Canada, où les enfants des communautés autochtones, des minorités visibles, des nouveaux immigrants et des familles monoparentales en sont les principales victimes.

Dans son rapport 2019, l’ONG OXFAM dépeint une situation des inégalités préoccupante dans le monde, où de nouvelles poches de pauvreté voient le jour autour d’enjeux qui existent et d’autres qui émergent.

Commentant ce rapport, l’ICRICT parle « d’une nouvelle génération d’inégalités » qui s’est créée autour de l’éducation, de la technologie et du changement climatique », qui frappe de plein fouet une bonne partie de l’humanité.

Est-ce la faute au capitalisme? Aux politiques des États plutôt favorables aux programmes d’austérité, à la préservation des intérêts des plus nantis au détriment des intérêts des plus démunis, des avantages des géants du numérique au détriment de ceux des petites et moyennes entreprises nationales? Devrait-on aussi montrer du doigt les pratiques frauduleuses de certaines grandes multinationales et l’évasion fiscale?

Dans différents pays, ceux qui s’estiment lésés sont de plus en plus nombreux et ils le font savoir par des manifestations et d’autres démonstrations. Cela est visible lors de grands rendez-vous économiques et climatiques et de forums internationaux. Il s’agit de mobilisations citoyennes pour dénoncer les inégalités sociales qui fragilisent davantage la situation des plus démunis.

C’est du moins le constat de l’ICRICT qui, en dénonçant un système mondial à plusieurs vitesses, permet à tous de se faire une idée sur ceux qui en tirent les ficelles.

Ayant ainsi désigné à sa manière les coupables, l’organisme se permet de prescrire une thérapie.

Deux personnes debout à deux niveaux différents, en guise de symbole des inégalités. Crédit : iStock

Nécessité de réformer le système fiscal international

La lutte contre les inégalités grandissantes dans le monde passera à coup sûr par une taxation plus juste et plus équitable. En fonction de leur taille et de l’incidence de leurs activités dans divers domaines, les plus gros joueurs devraient payer leur juste part d’impôt.

En le faisant, ils permettraient aux gouvernements mondiaux d’investir dans les services sociaux de base qui font défaut à plusieurs communautés, soit la santé, l’éducation, les moyens de transport, les pensions, etc. Cela permettrait aussi de faire face aux conséquences de la crise climatique et de s’adapter, soutient Magdalena Sepulveda, la directrice générale de Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights, et membre de l’ICRICT.

C’est une question d’équité, car il s’agit avant tout de sortir d’un système de taxation « caduc » et « injuste » qui met les multinationales à l’abri de l’impôt, et de rétablir un certain équilibre. L’ICRICT mentionne à ce sujet que le fait pour certaines de ces entités de se soustraire à l’impôt, en recourant aux paradis fiscaux, élargit encore plus le fossé des inégalités.

C’est pour cette raison qu’un nouveau système de fiscalité international devrait « aller au-delà du principe de pleine concurrence » et « envisager d’imposer les multinationales en tant qu’entreprises unitaires », en plus de « distribuer les bénéfices mondiaux » entre les pays. C’est ainsi qu’on mettra un terme à la perception des bénéfices sous forme de dividendes et de gains en capital par des particuliers qui trônent à la tête de grosses entreprises.

« Puisqu’une multinationale fonctionne en réalité comme une seule entité, elle devrait être traitée de cette façon à des fins fiscales. Il faut donc calculer le total des bénéfices mondiaux d’une multinationale, puis les répartir entre les pays selon une formule basée sur les ventes, l’emploi et les utilisateurs (pour les entreprises numériques). Ce système est déjà utilisé aux États-Unis où les gouvernements des États ont le pouvoir de fixer les taux d’imposition directs et indirects », constate Jayati Ghosh, membre de l’ICRICT, et professeur d’économie à l’Université Jawaharlal Nehru (New Delhi).

L’ICRICT compte profiter de la prochaine réunion à Paris, fin janvier, du Cadre inclusif de l’OCDE, qui regroupe 137 pays, pour exiger une réforme en profondeur de la fiscalité internationale. En prélude à cette réunion, l’organisme lance un appel aux dirigeants qui participent au sommet économique de Davos afin qu’ils servent de relais à leur recommandation.

« Après des décennies d’inaction, l’OCDE a fait des propositions importantes qui remettent en question le fondement même du système de fiscalité internationale, à savoir la capacité des multinationales à déclarer leurs bénéfices dans les filiales de leur choix. Dans ce débat, cependant, nous ne jouons pas sur un pied d’égalité. Les pays riches ont plus de ressources humaines, politiques et financières pour faire prévaloir leur point de vue. Avec la plus grande concentration de sièges sociaux de multinationales, ils sont aussi ceux qui sont les plus influencés par la pression du monde des affaires, aux dépens de leurs propres citoyens et du reste du monde », affirme José Antonio, président de l’ICRICT, dans le communiqué.

L’équité fiscale est un objectif qui devrait interpeller tous les pays, dont les contours ne devraient pas être dictés par un pays plus fort où se concentrent les principales multinationales, car il y va du bien-être de tous, que ce soit en pays développé ou en pays en développement, conclut l’ICRICT.

Avec des informations de l'ICRICT.

Sur le même sujet :

26 milliardaires détiennent la richesse de 3,8 milliards de personnes. Explications.
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*