Les enfants des Premières Nations continuent d’être surreprésentés parmi les enfants durement frappés par la pauvreté au Canada. (Photo : Spencer Platt/Getty Images)

1,3 million d’enfants vivent en situation de pauvreté au Canada

Ce chiffre, issu du nouveau rapport de Campagne 2000, est révélateur d’un mal profond qui gangrène de nombreuses familles au Canada, malgré les politiques fédérales plutôt favorables à l’accroissement des subventions aux enfants et aux familles de la classe moyenne.

Rachel Gouin, porte-parole de la Ligue pour le bien-être de l’enfant du Canada, membre du réseau Campagne 2000. Crédit : Campagne 2000

La Ligue pour le bien-être de l’enfant du Canada est membre du réseau Campagne 2000. Rachel Gouin, une de ses porte-parole, présente dans l’entrevue qui suit les grandes lignes de ce rapport.

Quelques constats dégagés par le rapport

  • 1,3 million d’enfants frappés par la pauvreté au Canada, dont 18,6 % ont moins de 18 ans.
  • 462 300 des enfants concernés ont moins de 6 ans.
  • Les enfants des Premières Nations, inuit, métis, des minorités visibles et des familles immigrantes sont surreprésentés.
Écoutez

parmi les causes de cette pauvreté, campagne 2000 mentionne :

  • Pour les Premières Nations, le colonialisme, les déplacements, les écoles résidentielles, les inégalités de financement qui ont contribué par le passé, et qui contribuent encore aujourd’hui à accentuer la pauvreté.
  • Pour les nouveaux arrivants, il y a plusieurs facteurs, dont les difficultés de logement, difficultés à trouver un emploi, problème de santé, le fait d’être une famille monoparentale, modicité des revenus.

Ce sont des contraintes qui peuvent avoir des effets dommageables pour les enfants : traumatismes, échec scolaire, effets à long terme sur la santé mentale et physique, précise Rachel Gouin.

« L’allocation canadienne pour enfant bonifiée du gouvernement libéral a contribué à une réduction de 11 % (145 730 enfants) de la pauvreté au Canada en 2015 et 2017, mais de 30 à 40 % des familles qui vivent sur les réserves au pays n’y accèdent pas, pourtant ils en ont le plus grand besoin. Les enfants dont les parents n’ont pas un statut régulier au Canada n’y ont pas également accès », constate-t-elle.

C’est ainsi que Campagne 2000 suggère que des efforts soient entrepris pour améliorer l’accès à cette allocation.

Les enfants d’immigrants, dont les parents ne sont pas en situation régulière au Canada, sont fortement touchés par la pauvreté. Crédit : iStock

Certaines provinces plus touchées que d’autres

La pauvreté infantile ne touche pas de la même façon les provinces canadiennes.

Avec un taux de 31,2 %, le Nunavut présente l’un des taux les plus élevés au pays, tandis que le Québec présente le taux le plus bas, soit 15,2 %.

Dans l’ensemble des provinces et territoires, il y a des poches de pauvreté au sein de certaines communautés bien ciblées.

Parmi les solutions susceptibles de permettre d’inverser cette tendance, Campagne 2000 propose au gouvernement, en plus d’améliorer l’accès aux allocations familiales,

  • de bonifier les transferts qui viennent rehausser les revenus des familles,
  • d’augmenter le salaire minimum,
  • d’accroître les services publics et de les rendre plus accessibles (régime public d’accès aux médicaments, service de garde universel, d’investir dans un dividende pour la dignité, à travers par exemple un supplément de près de 1800 $ par adulte et par enfant qui vivent en contexte de pauvreté).

De telles mesures sont susceptibles de conduire à la réduction de 50 % de la pauvreté au Canada d’ici 10 ans, mentionne Mme Gouin.

La pauvreté infantile est définie par le gouvernement du Canada selon un panier de consommation.

Rachel Gouin estime que cela ne permet pas de donner l’heure juste sur la situation, étant donné que certains enfants des réserves risquent de ne pas figurer dans le décompte. C’est pourquoi Campagne 2000, pour mesurer la pauvreté, privilégie l’utilisation de la mesure de faibles revenus qui est basée sur le recensement, et qui offre des résultats plus fiables.

Catégories : Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*