Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a assuré que la ratification du nouvel ALENA est une priorité. Winnipeg 21.012.2020 - La Presse Canadienne / Mike Sudoma

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a assuré que la ratification du nouvel ALENA est une priorité. Winnipeg 21.012.2020 - La Presse Canadienne / Mike Sudoma

Le Canada va de l’avant avec la ratification du nouvel ALENA

La ratification du nouvel accord de libre-échange nord-américain est une question de jours. Le premier ministre Justin Trudeau vient d’annoncer que le Canada ira de l’avant avec sa ratification.

À la reprise des travaux du Parlement, prévue lundi prochain, le gouvernement présentera un projet de loi pour ratifier l’accord deux jours plus tard.

Selon le premier ministre, des millions de Canadiens dépendent d’un commerce stable et fiable avec le plus grand partenaire commercial du pays.

« Ratifier le nouvel ALENA est notre priorité […] C’est extrêmement important qu’on avance avec la ratification et c’est notre intention de procéder rapidement. » – Justin Trudeau

La ratification éliminerait le dernier obstacle à la préservation du commerce continental, après que le président américain Donald Trump a imposé au Canada et au Mexique, en 2017, une renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui prévalait depuis 25 ans.

La semaine dernière, le Sénat américain, à majorité républicaine, a adopté le nouveau pacte, qui s’appelle l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Le gouvernement libéral attendait que les États-Unis ratifient officiellement l’accord avant de présenter son propre projet de loi. Le Mexique a adopté l’entente en juin dernier.

Assis de gauche à droite : l'ancien président méxicain Enrique Pena Nieto, Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Canadien Justin Trudeau à la cérémonie de signature de l'Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) à Buenos Aires en Argentine le 30 novembre 2018 - La Presse Canadienne / Sean Kilpatrick

Assis de gauche à droite : l’ancien président mexicain Enrique Pena Nieto, le président américain Donald Trump et le premier ministre canadien Justin Trudeau à la cérémonie de signature de l’ACEUM à Buenos Aires en Argentine le 30 novembre 2018 – La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le nouvel accord a été critiqué par les partis d’opposition. La préservation du système de gestion de l’offre ainsi que les garanties liées à l’utilisation de l’aluminium canadien dans la fabrication de biens font partie des reproches de l’opposition.

Dans un contexte minoritaire, le gouvernement de Justin Trudeau devra chercher des appuis parmi les partis d’opposition afin de procéder à la ratification.

« Notre leader parlementaire en Chambre, Pablo Rodriguez, est en train d’avoir des discussions avec ses homologues des autres partis pour souligner à quel point la ratification responsable et rapide doit se faire », a fait savoir le premier ministre.

Il y a trop d’emplois dans le pays qui dépendent de l’ACEUM. Il y a trop de travailleurs qui ont besoin de cet accès aux États-Unis. Il y a trop d’investisseurs et d’entreprises qui comptent sur l’accès au marché américain, a-t-il ajouté, comme un message à l’endroit des partis d’opposition qui pourraient être tentés de voter contre le projet de loi.

Avec les informations de Radio Canada et La Presse canadienne

En complément :

Un nouvel accord Canada-États-Unis-Mexique (site du gouvernement canadien)

Les États-Unis, le Mexique et le Canada ont finalement trouvé un terrain d'entente qui ouvre la voie à la ratification formelle du nouvel accord de libre-échange liant les trois pays. Les précisions de Philippe-Vincent Foisy.

Catégories : Économie
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*