L’histoire de l'évolution humaine regorge de découvertes archéologiques. (Crédit photo : Reuters/Shannon Stapleton)

Une anthropologue canadienne tente de percer les origines de l’humanité

L’anthropologue Isabelle Ribot, de l’Université de Montréal, fait partie d’une équipe internationale de recherche qui étudie l’ADN de squelettes de l’Afrique de l’Ouest. Elle vient de cosigner un article dans la revue Nature qui révèle les différences et les liens génétiques entre les Africains d’aujourd’hui et des populations très anciennes.

L’Afrique, considérée par les spécialistes comme le berceau de notre lointain ancêtre l’Homo sapiens, regorge de secrets. Chaque mission archéologique éclaire un peu plus nos connaissances en la matière. Les recherches menées par l’anthropologue québécoise et ses collègues ont été effectuées dans un site, à Shum Laka, au Cameroun.

Après y avoir prélevé l’ADN de quatre enfants inhumés il y a 8000 et 3000 ans, l’équipe dirigée par des scientifiques de la Harvard Medical School a permis de séquencer le génome entier de l’ADN ancien. Elle a découvert qu’ils font partie d’une population distincte à celle qui peuple la région aujourd’hui.

Qui est l’Home sapiens ?

L’origine de l’espèce Homo sapiens est généralement située entre 400 000 et 500 000 ans, même si la région où elle est apparue – probablement l’Afrique – et la population qui lui a donné naissance – probablement des Homo erectus – ne font pas encore l’unanimité parmi les anthropologues.

C’est au Proche-Orient, dans les grottes de Qafzeh et de Skhul (Israël), qu’ont été découverts les plus anciens hommes de morphologie moderne. Ils sont datés de 100 000 ans environ et sont les témoins d’une première sortie d’Afrique.

Enfin, entre 40 000 et 35 000 ans, les hommes modernes (Homo sapiens sapiens) sont présents sur tout l’Ancien Monde, avant d’occuper, il y a probablement moins de 15 000 ans, le continent américain.

(Source : Encyclopédie Universalis)

« L’analyse montre l’existence d’au moins quatre grandes lignées humaines très anciennes qui ont contribué à la variation des populations d’aujourd’hui, écrit David Reich, généticien de la Harvard Medical School et l’un des auteurs de l’étude. Ces principales lignées se sont séparées les unes des autres il y a environ 250 000 à 200 000 ans. »

Selon les données scientifiques, les Camerounais sont les descendants de populations qui ont remplacé au fil du temps des peuples plus anciens ayant vécu dans la région plus de cinq millénaires avant. Ces conclusions surviennent alors que les anthropologues ont découvert qu’aucun des individus échantillonnés à Shum Laka ne possède de liens étroits avec la majorité des locuteurs du bantou, le groupe de langues africaines présentement le plus répandu dans la zone géographique.

L’étude (disponible uniquement en anglais) souligne qu’il a fallu somme toute peu de temps pour que s’établissent des différences profondes entre les habitants de l’Afrique d’il y a des milliers d’années et ceux d’aujourd’hui. « Cela met en évidence le pouvoir de l’ADN ancien qui permet de lever le voile sur un passé humain dissimulé par les mouvements contemporains de populations. »

Avec les informations de l’Université de Montréal

Christine et Pierre-Luc nous racontent comment s’est passée la rencontre entre les Homo sapiens et les néandertaliens, il y a plus de 30 000 ans.

Lire aussi :

Archéologie : l’agriculture et les Autochtones bien présents au site de La Fourche à Winnipeg

Mystères de l’expédition Franklin en Arctique: de nouveaux indices font surface

Un Québécois derrière la découverte en Asie de la plus ancienne peinture figurative du monde

Catégories : Histoire, International, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*