Plus de 20 types de cancers sont détectés chaque année au Canada. Parmi les plus fréquents, le cancer de la prostate et le cancer du sein. Crédit : istock

Cancers au Canada : plus de 200 000 nouveaux cas et 80 000 décès tous les ans

En prélude à la Journée mondiale contre le cancer le 4 février, la Société canadienne du cancer (SCC) annonce la fusion avec Cancer de la Prostate Canada (CPC).

Ces deux organismes de bienfaisance cherchent à accroître leurs activités dans la lutte contre le cancer.

Selon l’Agence de santé publique du Canada, plus de 200 000 Canadiens sont affectés chaque année par une forme de cancer et 80 000 en meurent, malgré un taux de mortalité du cancer en baisse partout au pays depuis 1988.

Le nouvel organisme se donne pour mission d’accroître ses services et sa présence auprès des personnes malades, ainsi qu’auprès d’organismes œuvrant dans ce secteur.

« Alors qu’il existe plus de 300 organismes de bienfaisance qui œuvrent dans le domaine du cancer au Canada, les donateurs s’attendent à ce que nous redoublions d’efforts et à ce que nous travaillions davantage ensemble, pour que leurs dons aient un impact toujours plus important en vue d’aider les personnes qui sont touchées par le cancer. Grâce à cette fusion, nous allons regrouper les forces de deux organismes qui partagent de nombreux objectifs en commun », affirme Andrea Seale, chef de la direction de la SCC qui va diriger la nouvelle entité fusionnée.

Les missions qu’ont en commun CPC et la SCC regroupent entre autres : la prévention du cancer, le financement de la recherche, l’assistance aux personnes souffrant de cancer afin qu’elles ne se sentent pas seules.

« En nous associant, nous gagnerons en efficacité tout en augmentant l’impact que nous exerçons sur les personnes touchées par le cancer de la prostate, en faisant mieux connaître la maladie et en multipliant les activités de sensibilisation sur des enjeux importants tels que la détection précoce, le dépistage et le soutien aux survivants », a ajouté Mme Seale.

Le cancer du poumon représente 25 % de tous les cancers diagnostiqués au Canada. Crédit : iStock.

Quelques données sur le cancer au Canada
  • Le cancer est reconnu comme un problème de santé important par le gouvernement du Canada.
  • Il représente la principale cause de mortalité au pays.
  • Plus de 200 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.
  • 80 000 personnes en meurent tous les ans.
  • C’est près de la moitié des personnes au pays qui recevront un diagnostic de cancer au cours de leur vie, et le quart en décéderont.
  • Parmi les cas les plus courants, il y a le cancer du poumon (cause de plus de 25 % de tous les décès reliés à un cancer au Canada), le cancer colorectal, le cancer du sein (cancer le plus répandu chez la femme) et le cancer de la prostate (cancer le plus courant chez l’homme).
  • Les Canadiens et les Canadiennes de 50 ans et plus sont les plus à risque de développer un cancer.
  • La plus grande proportion de décès est recensée chez les 80 ans et plus (34,1 %).
  • Le taux de mortalité de tous les cancers est en baisse au pays.
  • L’incidence du cancer de la thyroïde, du cancer du foie et du mélanome chez l’homme comme chez la femme a augmenté de plus de 2 % par année.
Avec des informations de la Société canadienne du cancer et de l’Agence de santé publique du Canada.

Sur le même sujet :

106 Canadiennes ont développé un cancer lié à un modèle d'implants mammaires banni, l'an dernier, par Santé Canada. Mais au Québec, des femmes qui se demandent si elles sont à risque n'arrivent pas à savoir quel type d'implants leur a été posé. Après 5 ans, les cliniques ne sont pas tenues de conserver cette information dans leurs dossiers. Le reportage d’Esther Normand de l'émission La Facture.

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*