Opéra de Montréal : Carmen-Rambrou. Crédit : Mikaël Theimer

Le Conseil des arts de Montréal en quête d’un milieu culturel plus inclusif

C’est ce qui justifie la signature d’une entente avec huit institutions culturelles dans la grande région métropolitaine.

Cette convention, qualifiée d’historique, ouvre la voie à de nouveaux partenariats entre le Conseil des arts de Montréal et ces institutions du milieu culturel.

Nathalie Maillé, DG du Conseil des arts de Montréal Crédit : Nathalie-Saint-Pierre

« C’est une entente historique en ce sens que c’est huit institutions, ce n’est pas qu’une seule. C’est un partenariat avec chacune de ces institutions. Nous avons identifié des enjeux stratégiques pour Montréal sur lesquels le Conseil des arts est très préoccupé et avance. Cette entente va permettre qu’avec ces institutions, qui ont des expertises assez exceptionnelles, on puisse travailler et faire en sorte que le milieu culturel en bénéficie », affirme la directrice générale du Conseil des arts de Montréal.

Nathalie Maillé espère des retombées positives en ce qui a trait à la représentation de la diversité dans les arts et la culture à Montréal. Elle souhaite que ce secteur soit le reflet de la société multiculturelle qu’est devenue Montréal au fil des ans.

En plus d’inclure les arts autochtones dans leur programmation, ces structures doivent prendre en compte les créations des autres groupes sociaux issus de l’immigration et présenter une offre riche, diversifiée et représentative de ces minorités.

C’est aussi une façon d’améliorer non seulement le portrait de la représentation de ces groupes sociaux dans le secteur artistique, mais aussi l’occasion de faciliter « l’accessibilité à la culture aux groupes marginalisés », relève Mme Maillé, qui en fait un des objectifs prioritaires de l’organisme qu’elle dirige.

« Depuis 2018, on travaille sur trois grands enjeux : d’abord l’inclusion. Nous sommes à Montréal, on se doit d’être en phase avec la population montréalaise, on doit l’être sur les scènes, on doit l’être dans des lieux où se trouve le public, on doit s’assurer de cette diversité culturelle là. Les arts autochtones, qui sont reconnus depuis trop peu longtemps, font partie de ces préoccupations-là. Les publics souvent marginalisés, quand on parle de public avec des différences, quand on parle de handicap, quand on parle de surdité, etc. Ensuite tout l’enjeu en ce qui concerne la présence des artistes de Montréal dans les quartiers culturels de Montréal. C’est un enjeu très important pour la ville de Montréal de s’assurer que nos artistes montréalais sont partout sur le territoire de l’île de Montréal. L’intergénérationnel est un enjeu. Comme dans tous les secteurs économiques, des générations nouvelles  prennent la barre de la direction d’organisations, donc il faut un transfert de connaissances. Et finalement, un dernier enjeu c’est tout ce qui concerne le numérique », relève la DG  du Conseil des arts de Montréal.

Dans l’entrevue suivante avec Alice Chantal Tchandem, Nathalie Maillé souligne l’importance du partenariat conclu avec chacun des organismes

Dans le cadre de l’initiative, le Musée des beaux-arts de Montréal travaillera à favoriser l’inclusion et une représentation équitable des diverses cultures.
Crédit photo : MBAM

Écoutez

Atelier de cocréation du Musée McCord pour les publics scolaires afin de les sensibiliser aux réalités et enjeux autochtones.
Crédit photo : Frédérick Rousseau

Voici quelques-uns des objectifs de la convention pour chaque organisme :

  • Cinémathèque québécoise : soutenir l’acquisition de compétences technologiques et les initiatives de valorisation des données;
  • Musée des beaux-arts de Montréal : partager une vision innovante de la diversité et de l’inclusion par le biais de l’événement TEDx Montréal et du projet de recherche « Repenser le Musée »;
  • Les Grands Ballets : accueillir des chorégraphes, collectifs et organismes de création-production en résidence;
  • Musée McCord Stewart : favoriser l’intégration de nouvelles pratiques autochtones et renforcer les liens avec les créateurs autochtones;

  • Orchestre métropolitain : échanger pour créer des partenariats entre les milieux scolaires, culturels et communautaires, lancer de nouvelles activités de médiation culturelle sur l’ensemble du territoire de Montréal;
  • Orchestre symphonique de Montréal : mettre en commun des apprentissages en philanthropie et discuter avec les membres du conseil d’administration de l’orchestre;
  • Opéra de Montréal : transmettre les principales étapes de la réalisation d’un projet avec un partenaire, de la conception à la mesure d’impact;
  • Théâtre du Nouveau Monde : accueillir une troupe en résidence, offrir des ateliers de jeu théâtral, s’initier à la production d’un spectacle, créer des points intergénérationnels entre les créateurs.

Source : communiqué de presse.

Catégories : Arts et spectacles, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*