Robert Gauvin, lors de la cérémonie de son assermentation au poste de vice-premier ministre, ministre du Tourisme, du Patrimoine, de la Culture, ministre en charge de la Francophonie, au sein du caucus progressiste-conservateur, au Nouveau-Brunswick, le 9 novembre 2018. La Presse canadienne/ James West

Nouveau-Brunswick : le gouvernement pris au piège de sa réforme en santé ?

Le vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick Robert Gauvin a annoncé sa démission du caucus conservateur suite à la décision du gouvernement provincial de fermer de nuit les urgences dans six hôpitaux de la province.

M. Gauvin a décidé de quitter le caucus progressiste-conservateur pour siéger comme député indépendant, en contestation de cette décision qui aura des « conséquences désastreuses » pour la population. « Cette réforme-là est une attaque contre la ruralité du Nouveau-Brunswick. Le premier ministre a le droit de décider si je suis votre vice-premier ministre, mais pas le droit de décider si je suis votre député ou non », a affirmé l’élu de Shippagan-Lamèque-Miscou lors du point de presse.

La décision de fermer les urgences de 22 h à 8 h dans certains hôpitaux a suscité de vives réactions dans la province, au cours des derniers jours. Les francophones, qui s’estiment déjà lésés par les politiques provinciales de santé, ont remis en cause ce boulet de plus qui vient aggraver leur situation.

À l’annonce de sa sortie du gouvernement, M. Gauvin, qui défend les intérêts des francophones au sein de l’équipe du premier ministre Blaine Higgs, a dénoncé les stratégies du gouvernement qui consistent à le museler sur cette question d’intérêt particulier pour la communauté qu’il représente et pour la population en général. Il a mentionné qu’aussi bien les francophones que les anglophones touchés par cette réforme l’ont sollicité par téléphone pour exprimer leurs inquiétudes et implorer son soutien.

Les nombreuses mises en garde des partis de l’opposition contre les implications négatives d’une telle décision, ainsi que la menace de renverser le gouvernement dès la première occasion, n’ont pas réussi à faire plier le premier ministre Higgs. La démission du vice-premier ministre augure-t-elle de mauvaises perspectives pour le gouvernement ? À en croire les analystes de Radio-Canada, il ne serait pas étonnant que le gouvernement minoritaire soit renversé, dès les premières semaines du mois de mars prochain, en raison des appuis qui semblent s’amenuiser au fil des jours.

Si cette décision de fermer les urgences de nuit se maintenait, elle entrerait en vigueur dès le 11 mars.

Le premier ministre Blaine Higgs a réagi à cette démission plus tard vendredi. Il a dit comprendre que Robert Gauvin « sente le poids de toute une région sur ses épaules » au sein du gouvernement, et a maintenu sa détermination à aller de l’avant avec sa réforme, dans un contexte marqué par une pénurie généralisée de la main-d’œuvre.

« Les émotions sont fortes, il faut donner un peu de temps pour que les pressions puissent tomber. Le changement, c’est quelque chose qu’il faut absorber, mais il faut laisser du temps aux gens pour réfléchir. Il nous faut tous participer aux solutions », a affirmé le premier ministre Higgs. Il a dit croire en un avenir radieux pour sa province, mais a réitéré que cela doit passer par un plan et des changements en profondeur. « Les gens doivent se brancher, mais non pas voter sur les émotions, mais sur les solutions », a-t-il conclu.

En complément :

Robert Gauvin quitte le caucus progressiste-conservateur de Blaine Higgs

Six hôpitaux ferment l’urgence de nuit : mécontentements au Nouveau-Brunswick.

La pénurie d’infirmières frappe un autre hôpital au Nouveau-Brunswick : l’unité de soins palliatifs de l’hôpital régional de Campbellton est temporairement fermée, tout comme l’unité d’obstétrique de l’hôpital de Bathurst.
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*