Photo : Desmoblog

VIA Rail paralysé et le CN étranglé par des barrages autochtones anti-gazoduc

VIA Rail annonce que le transport de passagers est interrompu sur l’ensemble du territoire canadien en raison de la paralysie de ses services ferroviaires sur ses trajets les plus achalandés dans l’est du pays (Montréal-Toronto et Toronto-Ottawa) en raison d’un barrage anti-gazoduc près de Belleville, en Ontario.

VIA Rail promet d’ offrir aux passagers un remboursement complet de tous les voyages annulés. Le transporteur canadien précise cependant qu’en raison du volume de transactions, le traitement du remboursement pourrait prendre jusqu’à 15 jours.

Le transporteur de marchandise CN annonce pour sa part une interruption progressive de ses services ferroviaires dans l’est du Canada jusqu’à ce que cessent les blocages dus aux manifestations autochtones, notamment en Ontario.

Le CN affirme que ces mesures pourraient entraîner sous peu des licenciements temporaires au sein de son personnel dans l’est du Canada.

Le CN explique que la situation affecte des envois allant du propane aux matières premières, et qu’elle perturbe la seule liaison ferroviaire entre l’Est et l’Ouest du Canada et le Midwest américain.

Tous les trains de Via Rail sont annulés à la gare centrale de Montréal vendredi matin. (Verity Stevenson/CBC)

Le transport pris en otage

Des manifestants autochtones près de Belleville, en Ontario, une ville située entre Montréal et Toronto. (Lars Hagberg/La Presse Canadienne)

Des membres de la communauté autochtone ont installé une série de campements le long d’un des corridors ferroviaires les plus fréquentés du Canada en appui aux chefs héréditaires Wet’suwet’en de Colombie-Britannique, qui s’opposent à la construction d’un gazoduc.

Les manifestants n’ont pas mis d’obstacles sur les voies ferrées, mais sont installés à proximité – trop près pour que les trains puissent passer en toute sécurité. Le CN a demandé et obtenu des injonctions des tribunaux et a demandé l’aide des organismes d’application de la loi pour les blocages illégaux en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique. La situation est réglée au Manitoba et est en voie de l’être en Colombie-Britannique, mais en Ontario, les injonctions n’ont toujours pas été appliquées et continuent à être ignorées par les manifestants.

Barrage ferroviaire sur le territoire mohawk de Tyendinaga, près de Belleville, en Ontario, pour soutenir le blocus d’un gazoduc de Wet’suwet’en dans le nord de la Colombie-Britannique. (Lars Hagberg/Canadian Press)

Des communautés autochtones divisées

Au centre du conflit se trouve un projet de gaz naturel de plusieurs milliards de dollars qui est présenté comme le plus grand investissement du secteur privé de l’histoire du Canada et l’affirmation par des chefs héréditaires Wet’suwet’en selon laquelle aucun gazoduc ne peut être construit sur leur territoire traditionnel sans leur consentement.

En jaune, le trajet du Coastal Gaslink. En rouge, l’autre grand projet du Trans Mountain Pipeline. Graphique CBC.

Ce conflit autour d’un gazoduc dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique est un autre cas de friction entre le désir d’exploiter des ressources et les résistances de la part de certains Autochtones dans une province où de vastes étendues de territoire ne sont couvertes par aucun traité. Le gazoduc Coastal GasLink, d’une valeur de 6 milliards de dollars et long de 670 kilomètres, a pourtant reçu le feu vert de 20 conseils de bande des Premières nations, qui ont tous signé des accords pour soutenir le projet, dont cinq des six conseils de bande de la nation Wet’suwet’en.

Photo CP

Toutefois, les chefs héréditaires des Wet’suwet’en affirment que ces conseils de bande ne sont responsables que du territoire situé dans leurs réserves individuelles, car leur autorité ne découle que de la Loi sur les Indiens. Ces chefs héréditaires ne reconnaissent pas cette loi signée entre les Blancs et les bandes autochtones il y a plusieurs générations.

Ces chefs, dont les ancêtres dirigeaient la nation aautochtone en place avant l’arrivée des Blancs et l’imposition de la Loi sur les Indiens, affirment que ce sont eux qui ont l’autorité finale et légitime sur l’ensemble des 22 000 kilomètres carrés du territoire traditionnel de la nation Wet’suwet’en.

Un manifestant des Premières nations se tient devant un transport lors du blocus mardi. (Lars Hagberg/La Presse Canadienne)

RCI avec les informations de La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

L’opposition au gazoduc bloque le transport ferroviaire au pays – RCI

Notre manque de pipelines nuirait à notre compétitivité avec les Américains – RCI

Catégories : Autochtones, Économie, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*