Des passagers internationaux arrivent à l'aéroport international de Vancouver à Richmond (C.-B.) le 16 mars, au début de la pandémie COVID-19. Le 25 mars, le gouvernement fédéral a émis un ordre de santé publique exigeant une période de quarantaine de 14 jours pour les voyageurs retournant au Canada. (Ben Nelms/CBC)

Blâmant Ottawa, le PM ontarien Doug Ford déclare le système de quarantaine « cassé »

Le premier ministre de l’Ontario Doug Ford reproche au gouvernement canadien de ne pas faire respecter ses propres ordonnances obligeant les voyageurs étrangers d’effectuer une quarantaine lorsqu’ils arrivent au pays.

Il affirme que le système de quarantaine est « cassé » parce que les agents de santé fédéraux n’inculpent pas les personnes qui ignorent les ordres d’auto-isolement.

Rappelons que depuis le mois de mars, en vertu de la loi fédérale sur la quarantaine, à l’exception de certaines personnes comme les camionneurs ou des travailleurs de la santé, l’isolement de 14 jours est obligatoire même en l’absence de symptômes de la COVID-19.

Les sanctions maximales pour non-respect de la loi sur la quarantaine comprennent une amende pouvant atteindre 750 000 $ et/ou une peine d’emprisonnement de six mois. Si une personne met la vie d’une autre personne en danger volontairement ou par imprudence, les sanctions peuvent atteindre 1 million de dollars ou trois ans de prison, ou les deux.

Il arrive trop fréquemment que les citoyens nouvellement rentrés au pays ne répondent pas aux appels téléphoniques ou aux courriels des responsables sanitaires qui veulent confirmer qu’ils sont bel et bien en quarantaine. C’est alors que sont effectuées des vérifications policières à domicile. (Mark Gollom/CBC)

Très peu d’amendes

Selon des données officielles fournies par l’Agence de santé publique du Canada et la GRC, sur 87 338 personnes mises en quarantaine, aucune n’a été arrêtée pour avoir ignoré l’ordre de quarantaine. Seules deux personnes ont été accusées de ne pas être restées en quarantaine pendant les 14 jours requis. Une seule personne a reçu une citation à comparaître devant un tribunal et à peine 42 contraventions ont été données.

Toutefois, selon le premier ministre de l’Ontario, des contrôles effectués par sa police ont permis de découvrir 622 manquements à l’ordre de quarantaine. Il est frustré par l’absence de sanctions. « Le système est en panne », a-t-il lancé jeudi.

Qualifiant les sanctions de « tape sur les doigts », le premier ministre de l’Ontario Doug Ford a déclaré jeudi que l’actuelle loi sur la quarantaine pour les personnes arrivant au Canada pendant la pandémie n’est pas respectée et doit être modifiée. (CBC)

« Vous ne pouvez pas laisser des gens enfreindre la loi fédérale sur la quarantaine et ne pas les tenir responsables. Ce n’est pas comme s’ils allaient être jetés en prison ou quelque chose comme ça, mais ils devraient recevoir une amende. Vous ne pouvez pas vous contenter d’une tape sur la main : « OK, les gars, ne vous inquiétez pas parce que si vous recommencez, on vous donnera une autre tape sur la main. » Ça n’a pas de sens. »

« Nous allons régler le problème », a-t-il dit, exprimant sa confiance en Ottawa pour corriger la situation.

LISEZ AUSSI : 37 millions pour la quarantaine à l’hôtel de 3222 voyageurs de l’étranger

Le gouvernement canadien a dépensé 37 millions de dollars depuis le mois de mars pour héberger en quarantaine dans 11 hôtels plus de 3000 Canadiens revenant de l’étranger. (CBC)

EN COMPLÉMENT

2198 contrôles policiers de quarantaine pour des Canadiens revenus au pays

Hôtel de quarantaine pour ceux qui rentrent au pays sans plan d’isolement

Air Canada : assouplir la Loi sur la mise en quarantaine appuyé par la science

Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.