La popularité de la soupe tonkinoise au Québec

iStockPhoto.com
iStockPhoto.com

Soupe réconfortante, symbole pour les Vietnamiens expatriés, mais aussi très appréciée des Québécois, le pho est une soupe entre deux cultures. André Martineau est allé déguster quelques soupes tonkinoises. Ce mets originaire du nord du Vietnam trouve beaucoup de preneurs ici pour le bon rapport qualité-prix qu.il offre. Le pho est aussi un plat très apprécié de la plupart des immigrants vietnamiens. Les Canadiens ont pu se familiariser avec le pho dans les années 70, lors des grandes vagues d.immigration des réfugiés de la mer, les boat people. À cette époque, et encore aujourd.hui, beaucoup de nouveaux arrivants ont choisi d.ouvrir un restaurant. De nos jours, à Montréal, il y aurait plus d.une centaine de restaurants vietnamiens. À Québec, il y a plus de restaurants vietnamiens que de restaurants chinois! Un pho typique doit contenir un bouillon fait d.os de boeufs et assaisonné de plusieurs épices. L.essentiel du plat est constitué de nouilles de riz, recouvertes d.oignons blancs et verts et de tranches de boeuf saignant. Il y a toutefois beaucoup de variantes: poulet, crevettes, nouilles frites, etc. C.est un plat du quotidien, mais certains spécialistes culinaires accordent une grande importance à la façon de le servir. Ainsi, pour Huu Ngoc, auteur du livre Pho, « A specialty of Ha Noi », il faut utiliser les baguettes d.une main et la cuillère de l.autre. Il recommande des baguettes en bois de bambou pour une meilleure adhérence des nouilles. Selon lui, le meilleur pho est servi dans des bols de porcelaine chinoise. Le verre et le plastique sont à éviter. Au début du repas, il est bien vu de commencer en prenant une généreuse cuillérée de bouillon.
Si on veut vraiment être fidèle à la façon dont on le mange dans les rues de Hanoï, il faut s.installer sur de tout petits tabourets et sur de petites tables. Penché au-dessus du bol, il y a moins de risque de se salir! André Martineau a recueilli les commentaires de Louis-Jacques Dorais, de l’U. Laval, de Khan N’Guyen et de la cuisinière Madame Kim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *