Les migrants de la mer : ceux d’aujourd’hui et ceux d’hier

Classé dans : Reportages | 0
108 migrants africains subsahariens sont sauvés par la garde-côtière libyenne après que leur bateau gonflable a commencé à couler à 60 kilomètres de la capitale Tripoli le 20 novembre 2014.     Photo : AFP/Getty Image/Mahmud Turkia
108 migrants africains subsahariens sont sauvés par la garde-côtière libyenne après que leur bateau gonflable a commencé à couler à 60 kilomètres de la capitale Tripoli le 20 novembre 2014. Photo : AFP/Getty Image/Mahmud Turkia

Les nouvelles routes de la mer et ceux qui les empruntent 
 
Samakoun Dembélé a fait une dizaine de tentatives pour entrer en Europe par la mer de 2005 à 2011. Il explique à Akli Aït Abdallah pourquoi, malgré les morts qui s’accumulent en Méditerranée, il n’hésiterait pas à faire le voyage à nouveau s’il en avait les moyens. 
 
L’Union européenne s’est réunie jeudi pour tenter de trouver des solutions à la crise humanitaire en Méditerranée. Les 28 États membres se sont entendus pour tripler le budget de l’opération de recherche et de sauvetage Triton. Pour la juriste spécialiste des migrations Claire Rodier, leur intention de sévir contre les passeurs, d’empêcher les candidats à l’immigration de gagner la Libye et de reconduire dans leur pays d’origine les demandeurs d’asile déboutés est le contraire de ce qu’il faudrait faire. Elle réclame depuis longtemps que les pays européens cessent d’ériger des barrières, se solidarisent et appliquent le droit d’asile prévu dans les conventions internationales qu’ils ont signées. 
 
L’an dernier, 219 000 migrants sont arrivés sur les côtes européennes, une année record. Pour tous ceux qui réussissent à sortir vivant de cette pénible et dangereuse traversée, nombreux sont ceux qui y laissent leur vie : 3500 ont sombré en 2014 et près de 1800 depuis le début de 2015.  

Il y a 40 ans, le Canada accueillait les premiers réfugiés vietnamiens  
 
Les images des migrants qui meurent en Méditerranée ravivent de douloureux souvenirs pour le sénateur canadien d’origine vietnamienne Thanh Hai Ngo. C’est d’ailleurs grâce à son travail quela Loi sur la Journée du Parcours vers la liberté vient d’être adoptée, faisant du 30 avril la journée nationale de commémoration de l’exode des réfugiés vietnamiens, les boat people, et de leur accueil au Canada.  
 
De 1979 à 1980, le Canada a accueilli 60 000 réfugiés à la suite de la chute de Saïgon en 1975. Le sénateur Ngo souhaite que les plus jeunes n’oublient jamais leur périlleux exode et les sacrifices qu’ils ont fait pour s’intégrer et prospérer au Canada.

AUDIO FIL

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN – Le GISTI – Groupe d’information et de soutien des immigrés
HYPERLIEN – MIGREUROP

Un réseau européen et africain de militants et de chercheurs qui travaillent sur les questions migratoires en Europe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.