Halifax Hakodate, histoire d’un jumelage canado-japonais

Hakodate est la troisième ville de l’île d’Hokkaido, derrière Sapporo (ville hôtesse des Jeux olympiques d’hiver de 1972) et Asahikawa.

Et Hakodate est jumelée à Halifax en Nouvelle-Écosse.

Pourquoi les jumelages de villes?

Il s’agit d’une relation sur plusieurs axes, mais qui a pour raison d’être première de tisser des liens à la base, la ville, le village, la commune, et ainsi d’établir des relations d’échanges.

L’objectif consiste à échanger des connaissances, des expériences, du savoir-faire dans tous les domaines de la vie locale.

Cette relation se concrétise par des échanges socioculturels. La plupart des villes importantes de la planète sont jumelées avec plusieurs autres villes.

Hakodate et Halifax, 35 ans de jumelage

Ces jours-ci, une délégation nipponne est en visite à Halifax pour souligner les 35 ans du jumelage entre cette ville du nord du Japon et la capitale de la Nouvelle-Écosse.

Voici trois éléments de ce jumelage

Le cadeau annuel

Le sapin baumier, cadeau annuel d’Halifax à Hakodate (Masao Oikawa)

Annuellement, depuis 20 ans, Halifax envoie un sapin baumier à Hakodate, sapin qui devient l’arbre de Noël officiel de la ville pour les célébrations de fin d’année.

En sens inverse, d’Hakodate à Halifax, il n’y a pas de tradition du cadeau annuel bien qu’à l’occasion un don soit fait.

La citadelle

Hakodate a un fort, une citadelle en forme d’étoile en son centre-ville, tout comme la citadelle d’Halifax.

La citadelle Goryokaku de la ville de Hakodate au Japon © (viputae/Shutterstock)

La citadelle Goryokaku a été construite en 1855 selon les plans d’un architecte français. Elle avait pour raison d’être de défendre la ville contre une invasion potentielle des armées russes, conflit qui s’est concrétisé en 1904-1905, sous le nom de guerre russo-japonaise.

Aujourd’hui, la citadelle Goryokaku est un parc public.

Citadelle d’Halifax (Tourisme Nouvelle-Écosse)

Villes jumelées par une gastronomie très différente

Vrai, mais il y a des points de convergence, notamment quand vient le temps de parler de fruits de mer.

Bon, les Haligoniens – gentilé des habitants d’Halifax – ne mangent pas beaucoup de calmar. En fait, presque pas. Mais tout de même, la mer et l’assiette font bon ménage dans les deux villes.

Une grande différence : les portions. En Amérique du Nord, c’est copieux.

RCI, CBC, Vikipedia, Tourisme Nouvelle-Écosse, Ville de Hakodate, Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *