Aurez-vous le temps de bien vous défendre?

0 / 1684
Des réfugiés syriens traversent le Tigre pour atteindre le Kurdistan irakien Photo : Reuters

La nouvelle loi canadienne sur les réfugiés impose des délais beaucoup plus courts aux réfugiés pour présenter leurs arguments afin qu’ils puissent être admis au Canada.

Les demandeurs d’asile disposent de beaucoup moins de temps qu’auparavant pour justifier leurs demandes et prouver leurs allégations.   Ils ont à peine 30 à 60 jours, selon les cas, pour trouver un avocat, obtenir des services d’aide juridique, fournir une explication écrite de leur demande, et obtenir les éléments de preuve destinés à soutenir leur réclamation.

De nombreux demandeurs devront donc préparer les documents et se présenter à leur audience sans avocat. Ils n’auront pas assez de temps pour faire appel de mauvaises décisions. Ils ne pourront pas non plus demander une exception humanitaire à leur expulsion.

Deportations-1

 

Me Sabine Venturelli est spécialiste des cas de réfugiés originaires du Moyen-Orient et du Maghreb.

venturelliphoto

Le ministre canadien de l'Immigration, Chris Alexander en compagnie du premier ministre du Canada, Stephen Harper. CBC news

Le ministre canadien de l’Immigration, Chris Alexander en compagnie du premier ministre du Canada, Stephen Harper. CBC news

 

« Nous demeurons résolus à accorder la priorité aux intérêts des Canadiens et des réfugiés de bonne foi. Les demandeurs d’asile déboutés, de même que ceux qui viennent de pays sécuritaires, comme les États-Unis ou l’Europe, ne devraient pas recevoir de soins de santé meilleurs que ceux auxquels les Canadiens ont droit. Nous défendrons vigoureusement les intérêts des contribuables canadiens et l’intégrité de notre système d’octroi de l’asile équitable et généreux ». Le ministre de l’Immigration du Canada, Chris Alexander.

 

 

 

 

 

 

Le saviez-vous?  

  • Durant une courte période de temps en 2013, près d’une demande d’asile sur six au Canada provenait d’un Rom.
  • Le gouvernement canadien a souvent caractérisé ces revendications de réfugiés roms de « bidon » ou de « bogus » en anglais.
  • Des experts des droits de la personne canadiens et internationaux, des universitaires, des tribunaux et des organismes gouvernementaux ont pourtant documenté la violence profonde et de longue date à laquelle sont confrontés les Roms en Europe et dans le monde.
  • Afin de contrer le flot de ces demandes, le Canada a pris la décision quasi sans précédent d’acheter de l’espace publicitaire sous forme de panneaux publicitaires en Hongrie : « Un message du gouvernement du Canada – À cause d’abus, le système canadien d’asile a changé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *