Baiser

Baiser
Photo Credit: ICI Radio-Canada

En vie de couple, les Québécois sont distincts des autres Canadiens

Share

Comment vit-on en couple au Canada? En réponse à cette question de l’un de nos internautes, on peut établir d’emblée que lorsqu’il est question du modèle de couple le plus à la mode au Canada, il y a une très nette division entre le modèle préféré par les Québécois et celui adopté à l’extérieur du Québec.

Le Québec préfère l’union libre tandis que dans le reste du Canada, mis à part les territoires du Grand Nord, l’union libre est plus un prélude au mariage, qui, lui, demeure toujours la référence pour la constitution des familles.

Si les unions libres au Québec durent plus longtemps que celles dans les autres provinces, elles sont cependant à la base plus instables que les mariages.

Au Québec, la proportion de couples qui vivent en union libre est de 36 %, près du double de la moyenne canadienne.

Les Québécois se distinguent, mais ils se comparent aussi à bien des Européens

Benoît Laplante, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique de l’INRS
Benoît Laplante, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique de l’INRS © INRS

Les Québécois, dans leur choix de modèle de vie de couple, se comparent beaucoup aux choix des citoyens de l’Angleterre, mais aussi à ceux de la France et des pays scandinaves comme la Suède.

C’est ce qu’explique Benoît Laplante, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) : « La Suède est le premier pays où l’on a remarqué que l’union libre se répandait, et aujourd’hui, elle est aussi répandue au Québec qu’en Suède.

En Suède, comme au Québec, le mariage est ainsi devenu une étape facultative de la vie de couple. La préférence de l’union libre au Québec est souvent associée aux transformations sociales des années 1960, et notamment à la perte d’influence de la religion catholique.

Mais que l’on soit en union libre ou marié, les risques de dérapages sont élevés. Environ 40 % des mariages au Canada se terminent par un divorce, et les familles monoparentales représentent maintenant environ 20 % des ménages.

Les couples canadiens cachent aussi beaucoup d’infidèles…

Comme vous découvrirez dans ce reportage, les sites web faisant la promotion de l’infidélité sont particulièrement prisés des Canadiens, peu importe la province.

Tous sexes confondus, le taux d’adultère moyen est d’environ 21,7 % au Canada. Dans le détail, les hommes (23 %) sont légèrement plus volages que les femmes (19 %).

Classement selon le site Ashley Madison
Classement selon le site Ashley Madison en 2013 © Radio-Canada

La vie en couple au Canada, toutes provinces confondues

Environ 14 millions de personnes de 20 ans et plus, soit 54,8 % de la population adulte canadienne, sont mariées et vivent sous le même toit.

Un autre 3,2 millions de personnes, ou 12,4 % des Canadiens de 20 ans et plus, sont conjoints de fait et cohabitent ensemble.

Finalement, 6,4 millions de personnes ne sont pas dans une relation de couple stable (24,5 % des 20 ans et plus).

Environ 1 Canadien sur 13 entretient une relation de couple sans vivre ensemble

On les nomme des « unions non cohabitantes ». Deux personnes y entretiennent une relation de couple stable, mais sans partager le même domicile.

Ces couples « vivant chacun chez soi » (VCCS) impliquaient au Canada, en 2011, 7 % des personnes de 20 ans et plus et représentaient 1,9 million de Canadiens. Ce pourcentage était en légère diminution par rapport à 2001.

Chez les 20 à 24 ans, c’est près de 1 personne sur 3 qui vivaient dans ce genre d’union (31 %). Cette proportion diminuait à 17 % chez les 25 à 29 ans et variait entre 3 % et 5 % au sein des groupes d’âge se situant entre 30 et 59 ans.

Enfin, seulement 2 % des personnes de 60 ans et plus faisaient partie d’une union non cohabitante en 2011.

Alors que plus de 80 % des jeunes adultes en couple VCCS avaient l’intention d’habiter un jour avec leur conjoint actuel, c’était le cas de moins de 30 % des personnes de 60 ans et plus.

Découvrez :
Pourquoi la polygamie est-elle pratiquée au Canada?
Une forte immigration au Canada depuis une vingtaine d’années de citoyens provenant notamment du monde musulman ou du continent noir africain où la polygamie est élevée augmente les risques de transmission chez nous d’une pratique qui est jugée ici comme étant complètement immorale.
Lisez la suite...

Dans les pays africains et musulmans, les évaluations du nombre de mariages polygames varient entre 2 % et 20 %.
Dans les pays africains et musulmans, les évaluations du nombre de mariages polygames varient entre 2 % et 20 %. © iStockphoto

RCI avec les informations de Bruno Maltais et la contribution de David Chabot, Doris Larouche, Franco Nuovo, et Isabelle Craig de Radio-Canada

Sur le même thème

Familles, ménages et situation de couple – Institut de la statistique du Québec 

Les huit règles à suivre pour avoir une belle relation amoureuse. – InstitutPsy.com 

Union libre ou mariage? La réponse en carte – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «En vie de couple, les Québécois sont distincts des autres Canadiens»
  1. Will dit :

    C’est vraiment intéressant! Merci pour cet article. Effectivement, la vie commune dépend du couple mais pas du fait qu’ils sont mariés ou en union libre.