Justin Trudeau, en conférence de presse, jeudi.

Justin Trudeau, en conférence de presse, jeudi. Depuis lundi, on a appris que les communications de plusieurs reporters du Québec ont été espionnées par la Sûreté du Québec (SQ) — certains pendant environ cinq ans — ainsi que par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM).
Photo Credit: PC / Sean Kilpatrick

Aucun journaliste n’est épié par les services policiers canadiens ou du renseignement affirme le premier ministre

Share

Justin Trudeau a réitéré que son gouvernement prenait très au sérieux la question de la liberté de presse. Il a promis jeudi, après vérification, qu’aucun journaliste au pays ne faisait actuellement l’objet d’une surveillance de la part des services policiers ou de renseignement fédéraux.

Le chef du SPVM Philippe Pichet, le 31 octobre 2016
Le chef du SPVM Philippe Pichet, le 31 octobre 2016. La surveillance de Patrick Lagacé était « une exception », a expliqué lundi après-midi le directeur du SPVM, Philippe Pichet, affirmant que l’enquête visait d’abord et avant tout un policier de son service. © PC/Ryan Remiorz

Cette affirmation arrive après les révélations de cette semaine voulant qu’au moins huit journalistes aient fait l’objet d’enquêtes policières au Québec en principe illégal, car ils n’étaient coupables d’aucun crime. Les policiers voulaient débusquer des policiers ou des membres du crime organisé qui était en contact directement ou indirectement avec ces journalistes.

Les gestes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui a notamment espionné les données téléphoniques d’un journaliste de La Presse, se transforment maintenant en crise politique majeure au Canada.

Mercredi, on apprenait que la Sûreté du Québec (SQ) a aussi espionné les appels de six autres journalistes, dont trois de Radio-Canada.

Puis hier, jeudi, les policiers de Montréal ont révélé avoir espionné le travail d’un huitième journaliste il y a quelques années.

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi qu’une commission d’enquête serait mandatée pour se pencher sur la surveillance policière des sources journalistiques.

Le premier ministre canadien suit l’affaire de très près

Guy Lapointe, responsable des communications à la SQ
Guy Lapointe, responsable des communications à la SQ a fait des révélations chocs mercredi. © Radio-Canada

Disant suivre avec « préoccupation » les cas des reporters du Québec qui ont été espionnés par deux corps policiers de la province, Justin Trudeau a affirmé jeudi avoir effectué des vérifications auprès de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

« Dès qu’on a commencé à avoir ces nouvelles, j’ai commencé à communiquer avec le commissaire de la GRC et le SCRS pour m’assurer qu’effectivement, il n’y a aucune activité de ce type qui se passe au niveau fédéral », a-t-il dit en conférence de presse à Ottawa.

« On a des balises, des règles et des paramètres très stricts en place, et j’ai été rassuré qu’ils sont tous en train d’être suivis. Et on peut être rassurés qu’au niveau fédéral, on n’a pas cette préoccupation », a poursuivi Justin Trudeau.

Cette situation a de quoi inquiéter tant la population canadienne que le gouvernement, car la liberté de la presse est un pilier « essentiel pour une démocratie qui fonctionne bien et une société libre », a fait valoir le premier ministre.

Il s’est montré ouvert à la possibilité de revoir l’article du Code criminel que le capitaine Guy Lapointe, de la SQ, a évoqué en entrevue au Réseau de l’information de Radio-Canada, mercredi, pour justifier l’espionnage de six journalistes québécois.

« Je pense qu’avec ces nouvelles on va certainement avoir des réflexions sur comment en tant que société nous nous devons d’assurer la protection des journalistes et de leurs sources confidentielles », a-t-il offert.

L’article 193 du Code criminel, qui est de juridiction fédérale, porte sur la divulgation et l’utilisation des communications privées.

Découvrez :
Espionnage électronique par les policiers d’un journaliste canadien : du jamais vu!
Tout le Canada en parle : un chroniqueur de l’important quotidien La Presse a été placé sous surveillance par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), avec la permission d’une juge de paix.
Lisez la suite…

Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d’un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste. Crédit photo : Radio-Canada
Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d’un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste. Crédit photo : Radio-Canada

 

Sur le même thème

Justin Trudeau envisage une loi pour protéger les journalistes contre l’espionnage des policiers – RCI 

Liberté de presse et protection des sources journalistiques – Radio-Canada 

Comment se porte la liberté de la presse au Canada? – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Aucun journaliste n’est épié par les services policiers canadiens ou du renseignement affirme le premier ministre»
1 Pings/Trackbacks pour "Aucun journaliste n’est épié par les services policiers canadiens ou du renseignement affirme le premier ministre"
  1. […] Aucun journaliste n’est épié par les services policiers canadiens ou du renseignement affirme le… […]