Le travailleur guatémalèque Henry Aguirre, avec d’autres militants travailleurs, réclame l’abolition des permis de travail fermés, qui limitent les travailleurs étrangers à un seul employeur.LA PRESSE CANADIENNE, GRAHAM HUGHES

Le travailleur guatémalèque Henry Aguirre, avec d’autres militants travailleurs, réclame l’abolition des permis de travail fermés, qui limitent les travailleurs étrangers à un seul employeur.LA PRESSE CANADIENNE, GRAHAM HUGHES

Travailleurs étrangers très recherchés au Canada, mais souvent exploités

Share

Cet été, en pleine canicule, Henry Aguirre, un travailleur étranger temporaire, se croyait chanceux d’avoir décroché un emploi au Québec comme attrapeur de poulets. Ce travail consiste à rassembler la volaille sur la ferme pour l’acheminer vers des usines de transformation.

Le Guatémalèque de 27 ans a vite déchanté, une fois arrivé ici et qu’il a découvert qu’il était rémunéré au volume plutôt que pour le nombre d’heures travaillées.

Lui et d’autres de ses concitoyens avaient signé des contrats qu’ils ne comprenaient pas, puisqu’ils étaient en français. « Sinon nous n’aurions pas signé », a-t-il dit en entrevue par l’entremise d’un interprète.

Écoutez

Une exploitation systématique ou systémique?

L’avocate Susan Ramirez dit avoir rencontré des centaines de travailleurs à qui on a refusé des soins de santé et à qui on a nié d’autres droits.

« C’est un problème systémique, lance-t-elle. C’est un problème parce qu’ils sont sous la gouvernance d’un employeur qui ignore leurs droits, et il y a la barrière de la langue.»

À cause de la barrière de la langue et de la crainte de perdre leur emploi, bon nombre de travailleurs se montrent réticents à porter plainte contre un employeur abusif.

Ces travailleurs étrangers et des groupes qui les représentent au Canada réclament entre autres l’abolition des permis de travail fermés, qui impose aux étrangers de travailler pour un seul employeur.

Une conférence de presse du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants et de l’Association et l’avocate Suzanne Ramirez.
Une conférence de presse du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants et de l’Association et l’avocate Suzanne Ramirez.

Resserrement des critères et ralentissement dans l’embauche des travailleurs étrangers

Réagissant aux protestations de politiciens et de travailleurs canadiens en 2015, le gouvernement canadien de Stephen Harper avait annoncé une réduction de moitié du nombre de travailleurs étrangers temporaires qui seraient admis au Canada.

L’intention d’Ottawa était de s’assurer que les postes confiés aux travailleurs étrangers ne pouvaient pas être occupés par une main-d’œuvre locale canadienne.

Du coup, faire venir des étrangers pour pourvoir des postes saisonniers est devenu un formidable casse-tête pour beaucoup d’entreprises déjà aux prises avec une pénurie de main-d’oeuvre.

Des travailleurs étrangers dans un champ de fraises du Québec.
Des travailleurs étrangers dans un champ de fraises du Québec. © Radio-Canada

Aujourd’hui, après presque deux années de présence à Ottawa du gouvernement libéral de Justin Trudeau, l’agence de recrutement de main-d’œuvre étrangère Arimé confirme que 2017 est une année « pénible » pour l’embauche de Guatémaltèques et de Honduriens.

Les nouvelles procédures de vérification auraient allongé les délais. Cette étape, qui prenait de 8 à 10 semaines avant, s’étire maintenant sur 15 à 20 semaines, selon Alain Jacques, directeur général d’Arimé.

Pour leur part, des producteurs agricoles et des entreprises en aménagement paysager confirment et dénoncent la lenteur du gouvernement fédéral à traiter les demandes pour l’embauche de travailleurs étrangers. Les retards prennent une ampleur sans précédent, dit-on cette année.

Les demandes bloquent ensuite souvent à l’étape de l’émission des visas. « Si l’on prend l’exemple de l’ambassade du Canada au Guatemala, ça leur prend en moyenne 9 semaines pour sortir un visa. Ce qui est curieux quand même parce que ce sont des travailleurs qui sont déjà venus dans le passé, qui ont déjà un historique ici au Canada », souligne Alain Jacques.

Des travailleurs étrangers dans une usine de transformation du Canada.
Des travailleurs étrangers dans une usine de transformation du Canada.

Le saviez-vous?
Le besoin de travailleurs étrangers temporaires de nouveau remis en question
Le vérificateur général du Canada estimait au mois de mai dernier que le gouvernement fédéral ne fait pas assez d’efforts pour s’assurer que les travailleurs étrangers temporaires dans l’industrie de la transformation des produits marins en Atlantique, par exemple, répondent à « de véritables pénuries de main-d’œuvre.
Le vérificateur Michael Ferguson soulignait que le gouvernement « a approuvé des demandes soumises par des employeurs d’usines de traitement du poisson et de fruits de mer, même s’il savait que des chômeurs canadiens dont le dernier emploi était dans une usine de traitement du poisson et de fruits de mer auraient pu être prêts à travailler.
De plus, selon le vérificateur général, certaines usines ont mis à pied des travailleurs canadiens et les ont remplacés par des travailleurs étrangers temporaires.
« Nous avons examiné près de 500 relevés d’emploi remis par ces employeurs au cours d’une période de trois ans. Nous avons constaté qu’un peu plus de 80 % des travailleurs canadiens mis à pied avaient demandé de l’assurance-emploi pour la même période où les usines embauchaient des travailleurs étrangers temporaires », peut-on lire dans le rapport de M. Ferguson.

Des travailleurs guatémaltèques récoltent des pommes.
Des travailleurs guatémaltèques récoltent des pommes. © ICI Radio-Canada

RCI avec la contribution de Ginette Lamarche et Olivier Lemieux de Radio-Canada

En complément

Canada : Travailleurs étrangers francophones recherchés – RCI 

Canada : Travailleurs étrangers francophones recherchés, la suite – RCI 

Fin du visa pour les Mexicains : moins de paperasse pour les travailleurs saisonniers – Radio-Canada 

Des travailleurs étrangers dans une usine de transformation du Canada.
Des travailleurs étrangers dans une usine de transformation du Canada. © Radio-Canada
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Travailleurs étrangers très recherchés au Canada, mais souvent exploités»
  1. karima abbas dit :

    Bonjour,
    j’aimerai savoir c’est quoi les démarches qu’un étranger fasse pour venir travailler dans une usine de transformation ou un autre travail sans diplôme et c’est quoi les exigences, si c’est possible de m’orienter quoi faire pour aider mon frère à venir ici au canada.Merci