Une maison sur une réserve autochtone.

Une maison sur une réserve autochtone.
Photo Credit: Nathan Denette/CP

80 % des communautés autochtones canadiennes sous le seuil de la pauvreté

Le récent recensement de 2016 de Statistique Canada détaille l’ampleur de la pauvreté dans les communautés autochtones.

Quatre communautés autochtones sur cinq affichent un revenu médian sous le seuil de la pauvreté, indiquent les données, qui révèlent l’ampleur de la pauvreté dans laquelle vivent les Premières Nations du Canada.

Une analyse des données permet de constater que les résidents de 81 % des régions identifiées comme étant des communautés autochtones ont un revenu médian sous le seuil de la pauvreté, fixé à 22 133 $ pour une personne seule par Statistique Canada.

En données absolues, 297 communautés sur un total de 367 se retrouvent dans cette situation de pauvreté, ce qui ne laisse que 70 communautés où le revenu médian se trouve au-dessus du seuil de la pauvreté.

Aide-mémoire…
  En 2014, une étude révélait que les Autochtones étaient encore aussi désavantagés en 2006 qu’ils l’étaient en 1981.
Les enfants autochtones sont pour leur part au moins deux fois plus à risque de vivre dans la pauvreté que les enfants non autochtones, concluait l’an dernier une étude menée par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).
 

Tout à fait au fond du baril

À l’échelon le plus bas, le revenu médian dans 27 communautés ne dépasse même pas 10 000 $ par année.

Environ 22 % des femmes habitant dans des réserves autochtones ont des revenus qui dépassent le seuil de la pauvreté, contre environ 19 % des hommes.

Les libéraux de Justin Trudeau travaillent à peaufiner une stratégie nationale sur le logement avec des initiatives spécifiques pour aider les communautés autochtones.

Assemblée générale des Nations unies en 2017 : les autochtones au cœur du discours de Justin Trudeau
Assemblée générale des Nations unies en 2017 : les autochtones au cœur du discours de Justin Trudeau © AFP/Agence France Presse

Un portrait incomplet

Toutes ces données sont tirées des déclarations de revenus de 2015, l’année où le gouvernement libéral canadien de Justin Trudeau avait fait la promesse électorale d’améliorer l’avenir économique des Premières Nations, qui vivent collectivement dans les pires conditions de pauvreté et de logement au pays.

Ces données ne présentent toutefois pas l’ensemble de la situation des Autochtones au Canada. Plusieurs communautés comptent si peu de résidents que les données ont dû être effacées par souci de confidentialité.

Statistique Canada fournira des chiffres plus précis à la fin du mois dans une démarche qui vise à présenter une évolution de la situation sur une période de cinq ans.

Enfants amérindiens dans une maison de fortune. © RCI
Enfants amérindiens dans une maison de fortune. © RCI

C’est au Manitoba où c’est le pire

Des rapports du ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord, datés de 2012 à 2014, exposent des conditions de vie tout à fait déplorables dans presque toutes les réserves manitobaines : pas d’eau courante et des maisons de fortunes traversées par les courants d’air en plein hiver.

Ces Autochtones du centre du pays sont les plus à risque de grandir dans la pauvreté, d’abandonner l’école, de dépendre de l’aide sociale et d’être victimes de violence familiale.

Alors que 25 % des enfants autochtones du Canada vivent dans la pauvreté, au Manitoba, ce sont 62 % des enfants autochtones qui vivent sous le seuil de pauvreté. Leur espérance de vie est de huit ans plus courte que celle des autres Manitobains.

Des problèmes d’accès à l’eau potable dans les communautés autochtones au Canada.
Des problèmes d’accès à l’eau potable dans les communautés autochtones au Canada. © CBC

Manque d’eau potable : 65 % des Premières Nations touchées

C’est en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick que le problème est le plus criant : 93 % des Premières Nations dans ces provinces n’ont pas pu consommer l’eau du robinet pendant au moins un an entre 2004 et 2014.

Dans d’autres communautés autochtones, comme la Première Nation Grarry Narrows en Ontario, les résidents ne peuvent même pas boire l’eau après l’avoir fait bouillir parce qu’elle est contaminée par des substances potentiellement cancérigènes.

Ce sont les résidents de la Première Nation Neskantaga, dans le nord-ouest de l’Ontario, qui sont sans eau potable depuis le plus longtemps, soit plus de 20 ans.

Découvrez :
Mohawk Girls, une série télévisée démystifiant la vie dans les réserves
La série diffusée depuis 2014 sur les ondes d’APTN, le Réseau de télévision des peuples autochtones, aborde de manière légère des problèmes qui sont propres aux Premières Nations à travers le quotidien de quatre jeunes femmes mohawks.

Les quatre principales actrices de la série Mohawk Girls Photo Credit: Éric Myre/ Rezolution Pictures

Les quatre principales actrices de la série Mohawk Girls
Photo Credit: Éric Myre/ Rezolution Pictures

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Un serment de citoyenneté révisé demandera aux nouveaux Canadiens d’honorer les ententes avec les Autochtones – RCI 

400 000 nouveaux emplois autochtones dans 10 ans – RCI 

La moitié de nos enfants amérindiens vivent sous le seuil de la pauvreté – RCI 

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*