Des enfants autochtones du pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery (archives) Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Pensionnats autochtones : 10 ans après les excuses du Canada, les blessures sont-elles totalement pansées?

Share

Le Canada se souvient, lundi, du jour où il a officiellement présenté ses excuses aux peuples autochtones pour les mauvais traitements infligés à leurs enfants dans les pensionnats du pays lorsqu’ils étaient les malheureux bénéficiaires d’une « éducation au mode de vie occidental ».

RCI avec des informations du gouvernement fédéral, RCI et Radio-Canada
Une histoire ternie par la déshumanisation des enfants autochtones

Un pensionnat autochtone à Red Deer en Alberta au début du 20e siècle – Archives de l’Église unie du Canada

Cette commémoration rappelle à la mémoire collective des souvenirs douloureux, ceux d’enfants enlevés de force dans leurs familles et placés dans des pensionnats, sous l’égide de plusieurs églises, pour acquérir les connaissances qui allaient leur permettre de vivre conformément aux valeurs du monde occidental.

C’était sans compter avec les perversions et autres dépravations immorales de la part de ceux-là mêmes qui étaient chargés de les sortir des ténèbres de « l’obscurantisme culturel » autochtone.

Le chemin vers les « lumineuses valeurs occidentales » aura été rude et parsemé d’embûches pour les 150 000 enfants des premiers occupants du Canada aux 19e et 20e siècles.

Jetés en pâture aux mains de prêtres violeurs, à la merci de maladies répugnantes, dont la tuberculose et la grippe espagnole, plusieurs milliers avaient perdu la vie. Ceux qui ont pu survivre en sont marqués à jamais, bien qu’ils aient pardonné.

Joe George, survivant du système des pensionnats autochtones, prend dans ses bras l’aînée Marie George lors des travaux de la Commission de vérité et réconcialiation. © PC/Presse canadienne/Darryl Dyck

En 2015, la Commission de vérité et de réconciliation mise sur pieds pour faire la lumière sur ces événements douloureux a déposé un rapport dénonçant « le génocide culturel » à l’égard des Premières Nations.

Un État qui détruit ou s’approprie ce qui permet à un groupe d’exister, ses institutions, son territoire, sa langue et sa culture, sa vie spirituelle ou sa religion et ses familles, commet un génocide culturel. Le Canada a fait tout ça dans sa relation avec les peuples autochtones. Rapport de la Commission de vérité et réconciliation
Lire à ce sujet :


Pensionnats autochtones : un génocide culturel, dit la Commission de vérité et réconciliation

Pensionnats autochtones : plus de 5300 agresseurs présumés identifiés

Le premier ministre Justin Trudeau avait transmis au pape, l’an dernier, le message de la Commission de vérité et réconciliation demandant que le Vatican présente ses excuses aux survivants des pensionnats autochtones. Photo : La Presse canadienne/L’Osservatore Romano / Pool Photo

Le pape François a refusé de présenter ses excuses aux Autochtones du Canada et à leurs descendants pour ces heures sombres de notre histoire.

Le 18 avril, lors d’une visite des évêques catholiques sur la colline du Parlement, ces derniers ont tenté de justifier le refus du pape François de présenter des excuses aux Autochtones.

Leur visite a été plutôt mal reçue et les évêques sont repartis d’Ottawa en laissant un message confus.

Le difficile chemin vers la réconciliation

La route vers une véritable réconciliation au Canada reste longue. À l’occasion du 10e anniversaire de la présentation des excuses aux anciens élèves des pensionnats indiens, à leurs familles et à leurs communautés, le gouvernement du Canada a dit reconnaître que la réconciliation véritable et durable ne saurait être réalisée par une seule entente. C’est ce qui justifie la publication du message suivant de la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett :

Nous savons qu’il reste beaucoup à faire, y compris travailler avec la Nation métisse et tous les autres peuples autochtones qui ne sont pas inclus dans cette Convention, pour faire en sorte qu’ils sentent qu’ils font partie des efforts du Canada pour corriger les erreurs du passé. Nous continuerons de travailler ensemble pour faire progresser la réconciliation et soutenir la revitalisation des langues autochtones, la promotion de la culture autochtone, la commémoration, ainsi que la guérison et le bien-être des personnes touchées par les politiques néfastes du passé.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

C’est pourquoi nous pensons qu’il est important de publier le texte des excuses en plusieurs langues autochtones aujourd’hui pour que les survivants entendent le message dans la langue qu’on leur défendait d’utiliser dans ces écoles.

En ce 10e anniversaire de la présentation des excuses aux survivants des pensionnats indiens, j’aimerais réitérer l’engagement de notre gouvernement à promouvoir la réconciliation et à améliorer la vie des Autochtones. Nous continuerons de travailler avec les survivants et leurs représentants pour clore ce chapitre douloureux de notre histoire, alors que nous rebâtissons notre relation avec les peuples autochtones en nous fondant sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération, le partenariat et la confiance. »


Lire aussi :

Excuses du pape aux Autochtones : les évêques envoient un message confus (Radio-Canada)

Le pape n’offrira pas ses excuses aux victimes des pensionnats pour Autochtones  (Radio-Canada, 27 mars 2018)

Pensionnats autochtones à Terre-Neuve-et-Labrador : des excuses officielles d’Ottawa seront présentées (Radio Canada International)

Pensionnats autochtones : le Dr Peter Bryce d’Ottawa avait sonné l’alarme en 1907 (Radio Canada International)
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*