Le "Glacier Skywalk" est une passerelle de 450 mètres de long suspendue au-dessus du vide.

Les travailleurs canadiens de l,acier ne veulent pas d'une guerre commerciale généralisée dans leur secteur.

Ottawa prié de mettre la pédale douce aux mesures protectionnistes

Share

Les acteurs du secteur de l’acier et de l’aluminium appellent le gouvernement fédéral à la prudence. Ils lui demandent de ne pas prendre de nouvelles mesures protectionnistes qui perturberaient gravement l’industrie de la construction au Canada.

La Coalition canadienne de l’acier de construction (CCAC) a applaudi la décision du Canada de répliquer de façon ciblée aux tarifs américains « injustes » imposés aux produits canadiens. Mais la Coalition est préoccupée à l’idée qu’Ottawa hausse les tarifs ou révise les quotas sur des importations de barres d’armature et d’autres produits d’acier de construction provenant des autres partenaires commerciaux du Canada.

Même si leur secteur est très important à l’économie canadienne, employant près de 1,2 million de Canadiens, les producteurs d’acier reconnaissent qu’ils ne peuvent combler à eux seuls tous les besoins du pays. En fait, ils ne peuvent répondre qu’à la moitié de la demande canadienne en acier de construction. Pour le reste, il va falloir compter sur les importations.

Éviter des tirs tous azimuts sur les partenaires

Le pourvoyeur naturel de cette quantité manquante a été le grand voisin américain. Mais, avec la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump, l’option américaine est pour l’instant gelée.  Donc, les importations en dehors d’Amérique du Nord qui ont toujours eu cours deviennent plus impératives que jamais. Or, avec la hausse marquée des prix de l’acier de construction ces six derniers mois, une entrave aux importations d’autres pays va conduire à des pénuries au pays. Pire, les prix déjà élevés vont encore monter en flèche.

Le Canada est un grand producteur d’acier. Mais il ne peut combler seul tous ses besoins. (pixabay.com)

L’aciériste ontarien Walter Koppelaar met d’ailleurs en garde le gouvernement fédéral contre toute action inconsidérée. « De nombreux pays sont touchés par les tarifs américains, mais le fait de dresser des obstacles à l’acier de construction provenant de ces pays s’avérera autodestructeur pour notre économie. Cela signifiera que des projets seront annulés et que les coûts de construction des ponts, des routes et des maisons neuves augmenteront. De plus, pour chaque emploi potentiellement protégé dans une aciérie canadienne, 10 emplois ou plus en aval seront menacés. »

La Coalition canadienne de l’acier de construction évoque l’exemple du remplacement du pont Champlain à Montréal. Ce travail nécessite de la tôle d’acier et des barres d’armature en acier inoxydable qui ne sont pas produites au Canada.  Donc, il va falloir importer pour que le chantier avance.

futur-pont-champlain-2
Les conséquences d’une pénurie d’acier se feraient sentir dans divers aspects du secteur de la construction au Canada.

Pour sa part, le Conseil de la construction résidentielle de l’Ontario prévoit que le coût d’une unité moyenne de logement en copropriété pourrait connaître une augmentation de 10 000 $ à 12 000 $ en raison de l’augmentation des coûts de l’acier.

Pour toutes ces raisons, la CCAC demande à Ottawa de mener de vastes consultations auprès des utilisateurs d’acier et de s’assurer d’obtenir un portrait complet de la situation avant d’imposer d’autres restrictions en matière d’importation d’acier.

Lire aussi

Aide de 2 milliards $ au secteur de l’acier et de l’aluminium annonce Chrystia Freeland

Volte-face américaine sur les tarifs douaniers : l’acier canadien n’est plus une menace pour la sécurité

Tarifs sur l’acier et l’aluminium : « une décision malavisée que les élus américains doivent infirmer » – SMCC

Le Canada va bloquer l’acier non canadien destiné aux États-Unis

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*