Le Canada n'a pas ratifié la convention de l'OIT pour les travailleurs domestiques (Photo: iStock)

Une pétition pour réclamer que le Canada signe la convention internationale pour les domestiques

Share

Selon les données les plus récentes de l’Organisation internationale du Travail (OIT), il y aurait quelque 523 millions de domestiques, aussi appelés employés de maison, dans le monde.

Une donnée à prendre tout de même avec un bémol, car, de l’avis même de l’OIT, ces 52 millions ne seraient qu’une partie du vrai portrait. Sans pouvoir le prouver, certains experts des droits de la personne affirment que l’on devrait doubler cette donnée pour s’approcher plus près de la réalité.

Et, évidemment, les questions sur les conditions de travail (horaire, congés, santé, salubrité, traitement, violence, abus, etc.) se posent.

Où les retrouve-t-on?

Dans l’ordre, l’Asie mène la liste des régions où ils et elles – en très grande majorité elles, plus de 80% – se retrouvent. Suivent l’Amérique latine et l’Afrique.

Y en a-t-il au Canada?

La réponse est oui, évidemment. On en compterait 150 000.

Ce sont aussi en très grande majorité des femmes, souvent venues de loin, soit des Philippines, de l’Asie du Sud-est ou de l’Amérique centrale. Elles grappillent quelques dollars qu’elles envoient à leur famille restée au pays.

Comme partout ailleurs, ces femmes seraient laissées trop souvent pour compte quand vient le temps de les protéger, de les traiter essentiellement avec les mêmes droits fondamentaux auxquels ont accès les Canadiens de souche, les immigrants, les réfugiés.

Nous parlons ici de droits fondamentaux.

Aides familiales : trop souvent des conditions d’esclavagisme moderne (Photo : Radio-Canada)

À quelques jours de la Journée mondiale d’action pour le travail décent, le 7 octobre, des parlementaires canadiens et des syndicalistes ont déposé une pétition au parlement pour réclamer que le Canada signe la convention internationale pour les travailleurs domestiques.

En 2011, de nombreux gouvernements et syndicats ont signé la Convention no 189 sur le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques sous l’égide de l’Organisation internationale du travail (OIT). Le Canada s’y refuse toujours.

Ce sont donc quelque 5000 Canadiens qui ont apposé leur signature.

Source : Alliance de la Fonction publique du Canada

Rappelons qu’un vieil article de la loi sur l’immigration exigeait que les travailleurs domestiques étrangers vivent chez leur employeur afin d’être admissible à une demande de citoyenneté ne soit ravivée.

En 1955, le gouvernement canadien met sur pied un programme de recrutement de domestiques à l’intention des femmes antillaises. Ce n’est qu’en 2014 qu’il a levé l’obligation pour les aides familiales immigrantes de résider chez leur employeur afin d’être admissibles à la résidence permanente, ce qui les plaçait en position de vulnérabilité.

Comment définit-on le travail domestique
Le travail domestique se définit comme l’ensemble des tâches accomplies au sein d’un ménage et touchant l’entretien ménager, le soin des enfants et les services personnels aux adultes.

Ces tâches habituellement non rémunérées peuvent être confiées à une aide-domestique rétribuée (le terme aide familiale est aujourd’hui préféré).

Dès les débuts de la Nouvelle-France, le travail domestique est aussi vu comme une manière pour les hommes et les femmes d’immigrer dans la colonie.

C’est au XIXᵉ siècle que cette occupation se féminise.

De la seconde moitié du XIXᵉ siècle à la Deuxième Guerre mondiale, devant les besoins grandissants de main-d’œuvre au sein des ménages canadiens, des sociétés d’émigration britanniques favorisent l’immigration de milliers de filles et de femmes au Canada.

Source : Encyclopédie canadienne

Avec des dossiers de La Presse canadienne, de l’Encyclopédie canadienne et de CNW

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*