Share

Radio Canada International et ses partenaires ont décidé de collaborer pour vous offrir une série de voyages sonores et en images à travers des endroits semblables dans nos cinq pays : Canada, Pologne, Suisse, République tchèque et Roumanie.

3e épisode : les marchés

Le marché Jean-Talon, à Montréal (Québec, Canada)

Le marché Jean Talon, fondé à Montréal en 1933, en l’honneur du premier gouverneur de la Nouvelle-France, est l’un des plus importants marchés en Amérique du Nord. Il est ouvert durant les quatre saisons. Ses visiteurs – plus de 2,5 millions en 2018, dont des touristes – achètent notamment des fruits, des légumes, des produits maraîchers, des herbes et des fleurs provenant d’agriculteurs locaux dont les fermes se situent généralement dans un rayon de 40 à 50 km du marché.

Situé dans le quartier La petite Italie, ce marché multiculturel se distingue par la richesse de l’offre de l'agriculture biologique et des produits du terroir de la province de Québec.

Ces « scènes de vie » ont été captées entre la fin de l’été et Noël 2018.

Des marchés à Bucarest, en Roumanie

Le marché "Matache Măcelaru" est situé à quelques pas de la gare du Nord, la gare principale de Bucarest, au carrefour de Calea Griviței et de Calea Buzești, le lieu de prédilection des marchands et commerçants à la fin du XIXe siècle. L'un d'eux était le boucher Loloescu Matache. Il a commencé à faire des affaires dans le sillage de la guerre d'indépendance roumaine, vers 1879, lorsqu'il a commencé à construire la célèbre salle Matache, qui a récemment été démolie. A l'époque, le marché était situé dans la banlieue de Bucarest. En 1948, il est devenu le marché public "Ilie Pintilie", du nom d'un ancien dirigeant communiste roumain. Dans le quartier "Drumul Taberei" de Bucarest, le marché principal porte depuis longtemps le nom d'un autre homme politique communiste, Alexandru Moghioroş. Peu après la chute du communisme, il a été rebaptisé du nom du célèbre chef d'rchestres roumain Sergiu Celibidache. C''est toujours le marché de prédilection des habitants du quartier.

Un marché à Berne, en Suisse

Depuis plus de 130 ans, un marché hebdomadaire a lieu sur la Bundesplatz près de la vieille ville historique de la capitale suisse, Berne. Les fermiers locaux offrent leurs spécialités directement devant le Parlement. Non seulement beaucoup de résidents locaux visitent le marché. Il attire aussi les touristes - et parfois même, un ministre.

 

 

 

Un marché à Varsovie, en Pologne

Hala Mirowska est l'un des plus grands marchés de Varsovie. Il a été construit au début du XXe siècle. Le bâtiment a été bombardé lors du soulèvement de Varsovie en 1944. Reconstruit dans les années 1950, il a retrouvé sa fonction originelle de marché et est aujourd'hui un lieu de rencontre des différentes générations. C'est aussi un endroit populaire pour les touristes, qui viennent ici à la recherche de produits traditionnels et régionaux polonais, comme la choucroute, la crème sure, les champignons, le miel, les herbes fraîches, le fromage fumé et les saucisses. On y retrouve une salle moderne et très chic, mais le vrai charme se retrouve surtout dans l'ancien quartier du marché.

Les marchés fermiers à Prague, en République tchèque

A un jet de pierre du centre historique de Prague, le quai Rašín - Rašínovo nábřeží – rassemble chaque samedi, une fois les beaux jours revenus, de nombreux amateurs de produits frais et locaux. Vente à la criée, musique, odeurs de cuisson ou de grillade, tables et terrasses… L’ambiance qui règne sur ces marchés incite tant les Pragois que les touristes à venir y passer un agréable moment en déambulant entre les stands au milieu de la foule. Le nombre de marchés à Prague augmente régulièrement ces dernières années. Un peu plus d’une vingtaine se tiennent chaque semaine un peu partout dans la capitale, faisant ainsi revivre une tradition qui avait disparu sous le régime communiste. Autrefois chassés, les producteurs régionaux sont de retour !

2e épisode : les gares

Gare centrale de Montréal (Québec, Canada)

La gare centrale a ouvert ses portes en 1943. Il s'agit de la deuxième gare ferroviaire au Canada après la gare Union de Toronto (Ontario, Canada).
La station est ornée de frises de bas-reliefs art-déco à l'intérieur et à l'extérieur.
Les murs intérieurs est et ouest de la station comportent deux grands bas-reliefs illustrant la vie, les arts et l'industrie canadiens. Le bas-relief contient quelques paroles de Ô Canada (l'hymne national). Les paroles sont en français à l'est de la station et en anglais à l'ouest.

La Gare du Nord à Bucarest en Roumanie

La Gare du Nord à Bucarest est la plus grande gare de Roumanie. Environ 300 trains y arrivent ou en repartent chaque jour. Sa construction s'est déroulée de 1868 à 1872. Son édifice principal compte parmi les monuments historiques de la ville. À l'origine, elle n’a pas été conçue comme principale gare, ce qui ne l’a toutefois pas empêché de devenir rapidement la gare la plus achalandée de la capitale. Dès 1880, elle était trop petite pour le trafic! Durant la période communiste, le transport ferroviaire a pris beaucoup d’expansion, mais depuis 1990, l’achalandage a chuté. La détérioration des installations explique en partie ce phénomène.  La Gare du Nord à Bucarest fait partie du parcours de l'Orient-Express depuis 1906. Encore aujourd’hui, ce célèbre train s’y arrête deux fois par an.

Gare centrale de Zurich, en Suisse

La Suisse est reconnue pour son réseau ferroviaire caractérisé par un trafic dense, bien organisé, desservant le pays entier et toujours à l’heure. Considérant que les Alpes recouvrent 60 % du territoire suisse, c’est tout un exploit. Les Chemins de fer fédéraux (CFF) est le nom de la plus importante compagnie qui administre en grande partie le trafic national et international. Selon CFF, il y a 10 600 trains qui circulent par jour et 1,26 million de passagers qui les utilisent par jours. De plus, il y a 800 gares et arrêts ferroviaires en Suisse. La gare centrale de Zurich est la plus grande gare du pays : on y retrouve plusieurs plateformes et de nombreux magasins tant au niveau souterrain qu'aux niveaux supérieurs.

La Gare centrale de Varsovie, Pologne

La Warszawa Centralna est la principale gare de Varsovie, en Pologne. Sa construction a commencé en 1972 et était alors un projet phare de l’époque communiste. La gare est située en plein centre de la ville. Il y a quelques années, l’édifice en ciment gris a été rénové et un meilleur éclairage a été installé dans le hall principal, ce qui rend l’atmosphère plus chaleureuse. En 2017, 15,1 millions de passagers ont utilisé cette gare. Environ 1000 trains y passent quotidiennement et font entre autres des liaisons directes avec Vienne, Prague, Berlin, Budapest, Kiev et Moscou.

Gare centrale de Prague

La gare centrale de Prague est la plus importante de la République tchèque. Son édifice est le plus grand monument de style Art nouveau au pays. Sa construction a commencé en 1869. Récemment, d’importants travaux de reconstruction ont été effectués selon les plans originaux de l’architecte Josef Fanta. Environ 27 millions de passagers passent par la gare chaque année.

1er épisode : Les églises

Messe au Sanctuaire de Kateri Tekakwitha à Kahnawake, Québec, Canada

Kateri Tekakwitha, une Mohawk de Kahnawake – une communauté autochtone située près de Montréal dans la province de Québec, au Canada – qui a vécu de 1656 à 1680, a été canonisée par l’Église catholique en 2012. Le 21 octobre 2018, une messe spéciale a été célébrée à l’église de la Mission Saint-François-Xavier, à Kahnawake, dans laquelle se trouve son cercueil. Le chœur chante en Mohawk et certaines prières sont récitées dans cette langue aussi.

Des églises en Roumanie

86,5% des Roumains ont déclaré être chrétiens orthodoxes, selon un sondage récent. Quel est le son d’une messe orthodoxe en Roumanie dans un vieux monastère de Bucovine recouvert de fresques reconnues comme Patrimoine mondial de l’UNESCO? Celui d'une messe à la Cathédrale patriarcale de Bucarest? Ou celui d'une messe célébrée dans une petite église en bois de Marmatie?

Une église à Arlesheim, en Suisse

La majorité des Suisses sont chrétiens, principalement  catholiques. Selon un rapport de 2016, 70% des Suisses ont visité un lieu de culte au moins cinq fois par an. Le nombre de croyants a chuté au cours des dernières années. En octobre 2018, une messe solennelle a été célébrée à la cathédrale d’Arlesheim pour accueillir le nouveau prêtre Sylvester Ihuoma. La cathédrale a été construite dans les années 1680 et est reconnue pour son architecture spectaculaire de la période baroque tardive.

Une église à Varsovie, en Pologne

Environ 93% des Polonais se disent catholiques. Mais même en Pologne, le nombre de personnes qui vont régulièrement à la messe diminue. Selon des données de 2016, seulement 36,7% des Polonais s’y rendaient régulièrement. Malgré tout, la messe dominicale demeure importante pour plusieurs personnes.

Une église à Prague, en République tchèque

La République tchèque est une des nations les plus athées du monde. Le nombre de croyants ne cesse de baisser et, au cours de la dernière décennie, a diminué de moitié. Seulement 20% des Tchèques disent adhérer à une religion. Seulement 10% des croyants vont à l’église régulièrement, au moins une fois par mois. L’Église catholique compte le plus grand nombre de fidèles.

Par RCI | Pour me joindre
samedi 10 novembre, 2018
0 commentaire ↓

Radio Canada International

 

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Société
@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*