Photo : iStock

Plus de trois victimes sur quatre de meurtres domestiques au Canada sont des femmes

Share

Un rapport de l’Initiative canadienne de prévention de l’homicide domestique, un projet pluriannuel qui étudie les homicides domestiques en mettant l’accent sur les groupes vulnérables, a été rendu public.

Selon les données de partout au pays, de 2010 à 2015, 76 % des 476 personnes tuées lors d’un homicide conjugal au cours de cette période étaient des femmes ou des filles.

Tout aussi préoccupant, il apparaît que l’appartenance d’une femme à certains groupes démographiques augmente encore davantage ses risques de mourir dans des circonstances violentes.

Parmi les groupes de femmes les plus vulnérables se trouvent les Autochtones, les immigrantes et les réfugiées, les personnes vivant dans des zones isolées ou rurales et les enfants. Les personnes appartenant à ces groupes représentaient 53 % des victimes d’homicide au cours de cette période, selon le rapport.

Aide-mémoire
À l’échelle nationale, il y a actuellement au Canada deux initiatives notables qui englobent des efforts de prévention de féminicide.
Premièrement, l’Initiative de lutte contre la violence familiale est la principale stratégie du gouvernement fédéral pour aborder le problème de la violence familiale depuis 1988. Cette initiative nationale, dirigée et coordonnée par l’Agence de la santé publique du Canada, réunit 15 ministères et organismes partenaires en vue d’empêcher la violence familiale et d’y répondre.
Deuxièmement, le gouvernement canadien a récemment lancé la Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, qui s’appuie sur des initiatives fédérales actuelles et qui propose d’augmenter de telles initiatives contre la violence fondée sur le sexe.

Photo : Radio-Canada

Réactions des auteurs du rapport

Myrna Dawson – Université Guelph

La professeure de politique publique et de justice pénale à l’Université de Guelph Myrna Dawson, coauteure du rapport, estime que ces chiffres devraient servir de sonnette d’alarme à une société qui aurait pu se laisser aller à un faux sentiment de sécurité quant à la sécurité des femmes en général et des populations vulnérables en particulier.

« On parle beaucoup de la nécessité d’améliorer les ressources pour les femmes et les enfants victimes de violence, mais je pense parfois que le grand public a le sentiment que nous avons résolu ce problème, a dit Mme Dawson. Ces chiffres nous rappellent cruellement que, même si nous avons peut-être essayé d’améliorer nos réponses à l’homicide domestique dont les femmes sont clairement les premières victimes, nos efforts ont été vains, notamment pour certains groupes. »

« Nous devons reconnaître que nos efforts pour réduire les risques et la sécurité des personnes en situation de violence ne fonctionnent pas bien, a-t-elle déclaré. Nous devons examiner des moyens plus nuancés et ciblés de mieux réagir afin de saisir les réalités vécues par ceux qui subissent le plus la violence. »

Voyez comment on aide les femmes victimes de violence conjugale à s’affranchir à la mission de La Dauphinelle...

Photo : iStock

Des statistiques qui devraient guider des mesures de préventions accrues

Selon les auteurs du rapport, les données sur les victimes d’homicide dans les zones rurales et isolées, par exemple, suggèrent la nécessité de repenser les réponses du gouvernement aux armes à feu.

Des facteurs de risque similaires ont été établis pour les populations immigrées et réfugiées, qui peuvent être isolées en raison de barrières linguistiques ou sans soutien de la communauté approprié ou culturellement pertinent.

Pour les femmes autochtones, pour lesquelles le taux d’homicides conjugaux était deux fois plus élevé que la population non autochtone pendant la période couverte par le rapport, la recherche a révélé que des conditions socio-économiques médiocres et le racisme systémique jouent un rôle dans le maintien des personnes dans des circonstances violentes.

Découvrez comment le crime organisé est le principal responsable de l’augmentation des meurtres au Canada...

Photo Credit: Dataviz

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Avec un 89e meurtre, Toronto bat un triste record vieux de 27 ans – RCI 

79 % des Canadiens croient que les femmes de la génération Z subiront des agressions sexuelles – RCI 

Statistiques nord-sud sur la criminalité : le Canada coupé en deux – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*