Une cliente achète des fruits dans un supermarché. (Crédit photo : Reuters/Edgar Su)

Manger des aliments : de plus en plus risqué?

Share

Des aliments contaminés par la salmonelle, la bactérie E. coli ou celle de la listériose. Il ne se passe pas une semaine sans que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) nous informe sur les probables risques que nous prenons en consommant tel ou tel aliment.  

Comment manger sans s’empoisonner? On en parle avec Sébastien Rioux, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique de l’alimentation et du bien-être et professeur à l’Université de Montréal.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) est l’organisme qui est responsable de tester la conformité des aliments que nous consommons. Elle s’assure également de la salubrité de ce qui est en vente sur les tablettes des magasins. « Pour y parvenir, l’agence travaille en collaboration avec les services de santé publique provinciaux et aussi avec l’organisme de santé publique du Canada », ajoute en entrevue Sébastien Rioux.

Un des principaux défis de l’ACIA, c’est de se charger d’un volume d’importation dont les destinations sont de plus en plus variées, explique le professeur. « On voit qu’il y a beaucoup plus d’importation qu’il y en avait avant. Ce volume fait en sorte que l’agence doit traiter une plus grande quantité d’aliments exportés. »

Écoutez l’entrevue avec Sébastien Rioux (12 minutes et 49 secondes) :

Écoutez

Chaque pays a ses propres normes d’inspection, ses propres standards de qualité et même de conformité, rappelle M. Rioux. « L’équivalent de l’ACIA existe dans tous les pays exportateurs.  Avec des échantillonnages qu’elle effectue, l’Agence canadienne vient s’assurer de la qualité des aliments. Elle s’assure aussi que ses normes de salubrité soient respectées. »

Pour le professeur, on ne peut pas dire aujourd’hui qu’il y a plus d’aliments « à risque » en ce qui concerne la contamination. « Lorsqu’il y a des rappels d’aliments ou de produits qui se font à l’échelle du pays, c’est sûr que cela frappe l’imaginaire beaucoup plus que si cela se faisait à la grandeur d’une province. Mais cela nous montre à quel point le système alimentaire mondial est devenu extrêmement puissant. »

Qu’est-ce que l’Agence canadienne d'inspection des aliments?

L’Agence canadienne d’inspection des aliments est l’organisme fédéral chargé de la sécurité alimentaire, mais elle intervient également dans le domaine de l’environnement et de l’économie agroalimentaire, la santé des animaux et la protection des végétaux ainsi que la sécurité sanitaire. Elle a été fondée en 1997.

L’ACIA est dirigée par un président qui relève du ministre de la Santé. Le président est secondé par une équipe de direction qui permet à l’ACIA de respecter ses engagements de nature scientifique et de veiller au continuum de la production alimentaire, de la production primaire à la vente au détail.

(Source : Wikipédia)

L’ACIA est l’une des agences les mieux cotées à travers le monde, croit M. Rioux. « En ce qui concerne le contrôle de la salubrité et des normes, on possède l’un des meilleurs systèmes dans le monde. Le contrôle qualité est là. Il reste que si l’on importe de plus en plus de régions du monde où les contrôles peuvent être un peu moins serrés et les normes de qualité un peu moins élevées, il est fort possible que les probabilités pour une quelconque contamination soient plus fortes. »

M. Rioux ajoute que le fait qu’un consommateur se renseigne sur la provenance d’un aliment est toujours une bonne chose pour sa santé. « Mais on évolue dans un système alimentaire qui rend ce genre de recherches très difficile, même au niveau de la grande distribution. C’est un système relativement anonyme. En pratique, pour les consommateurs, c’est compliqué d’aller chercher de l’information. »

Marc-André Deschênes et Martine St-Victor reviendront sur la contamination à l'E. coli de la laitue romaine; comment regagner la confiance des consommateurs?

Lire aussi :

Parlons alimentation! RCI vous propose plusieurs reportages

Industrie alimentaire canadienne : le virage réglementaire qui assurera la qualité et des prix abordables

Aliments frauduleux et dangereux : les Canadiens se méfient des produits étrangers

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*