Le Canada est la onzième puissance économique mondiale avec un Produit intérieur brut de  presque 1 900 milliard de dollars. L'économie canadienne est fortement liée à l'économie des États-Unis, en raison de la proximité géographique et de traités commerciaux : le traité sur l'automobile (1965-2001), l'accord de libre-échange canado-américain (ALE ou FTA en anglais) de 1989 et l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) de 1994.

Le Canada est la onzième puissance économique mondiale avec un Produit intérieur brut de presque 1 900 milliard de dollars. L'économie canadienne est fortement liée à l'économie des États-Unis, en raison de la proximité géographique et de traités commerciaux : le traité sur l'automobile (1965-2001), l'accord de libre-échange canado-américain (ALE ou FTA en anglais) de 1989 et l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) de 1994.

Le Canada est-il lui-même prêt à s’occuper de ses vraies affaires?

Share

Après les Québécois, ce sera bientôt au tour des Ontariens de se rendre en élection. Après, les Canadiens pourraient s’occuper enfin d’économie.

C’est un peu comme le coup de départ du printemps. Une discussion sur l’économie est lancée d’un coup sec depuis la défaite du Parti québécois lundi dans la province du Québec. Fini le débat référendaire disent plusieurs, on va maintenant pouvoir s’occuper des vraies affaires, pour reprendre le slogan du Parti libéral du Québec qui a donc été élu lundi par près de 4 électeurs sur 10.

Maintenant que la perspective de la tenue d’un troisième référendum sur l’indépendance du Québec est écartée, plusieurs politiciens canadiens suggèrent à leur tour, qu’après la tempête politique, l’heure est venu de se pencher sur les défis économiques auxquels font face tous les Canadiens de la classe moyenne.

Les Canadiens ont beaucoup d’émotions par rapport à l’économie

Les sondages placent l’économie et la santé en tête des préoccupations de tous les Canadiens. Mais pendant que plusieurs spécialistes se plaisent à parler des défis macro-économiques qui attentent le Canada, et de la signature de traités de libre-échange avec d’autres pays, beaucoup de Canadiens eux semblent parfois ne devenir que de simples spectateurs dans ce débat où se jouent pourtant leur avenir.

Les débats de spécialistes dépassent peut-être la population affirme une autre armée de spécialistes. Chose certaine,  cela ne veut pas dire que les Canadiens sont sans opinion. En fait, celle-ci est basée sur un sentiment, une impression peu agréable, que les enfants d’aujourd’hui ne connaîtront pas l’abondance de leurs parents, peu importe le nombre d’accords de libre-échange signés avec Séoul, Bruxelle ou Tokyo.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez
Mine de potasse de Rocanville en Saskatchewan. Le Canada dispose de grandes réserves de ressources naturelles (bois, pétrole, minerai) et d'une population active très formée, et a connu une croissance annuelle moyenne de 3 % depuis 1993.
Mine de potasse de Rocanville en Saskatchewan. Le Canada dispose de grandes réserves de ressources naturelles (bois, pétrole, minerai) et d’une population active très formée, et a connu une croissance annuelle moyenne de 3 % depuis 1993. © David Stobbe/Reuters

Aide-mémoire
Un portrait de l’emploi plus rose qu’en vérité

  • L’emploi progresse lentement au Canada mais les emplois créés sont moins payants
  • Le taux de chômage a baissé de 0,1 point de pourcentage le mois dernier pour s’établir à 6,9 %.
  • 42 900 emplois ont été ajoutés en mars, selon Statistique Canada.
  • Ce sont les emplois chez les jeunes qui ont fait la différence.
  • 33 000 emplois ont été créés chez les 15 à 24 ans.
  • La croissance dépend fortement cependant des emplois à temps partiel peu rémunérés.
  • Par rapport à mars 2013 tout de même, 190 000 Canadiens de plus ont un emploi.

Le Canada serait dans une position potentiellement unique au plan économique

Avec la stabilité qu’apporte l’élection d’un nouveau gouvernement majoritaire au Québec, le Canada semble en principe en meilleure position pour voir un peu plus clair en ce domaine. Plusieurs récentes prévisions sont dans les faits très encourageantes si l’on compare nos perspectives économiques à celles des autres pays du G-7.

Le FMI annonçait par exemple il y a quelques jours qu’il plaçait maintenant le Canada en troisième place derrière les États-Unis et le Royaume-Uni en matière de croissance parmi les nations industrialisées du G7, tant pour 2014 que pour l’année prochaine.

Le problème c’est qu’il y a deux ans environ, le FMI plaçait le Canada bon deuxième après l’Allemagne. Les Canadiens en outre se souviennent de ces années en 2008, 2009, 2010, où le Canada arrivait bon premier sur la liste des grands pays industrialisés les plus performants.

À la base, toutes les belles prévisions du monde ne peuvent éroder le fait qu’il semble y avoir le nuage noir qui plane sur l’humeur économique des simples Canadiens : les Bébés Boomers de la classe moyenne canadienne sont pessimistes par rapport à l’avenir économique de leurs enfants.

Liens externes

Meilleures prévisions du FMI pour la croissance canadienne – Radio-Canada

Sans les Québécois, la classe moyenne canadienne serait beaucoup plus petite – RCI

Qui fait partie de la classe moyenne – Institut du Nouveau Monde

La confiance des consommateurs québécois chute avant les élections – Les Affaires

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*