3 millions de Québécois boivent l’eau du Saint-Laurent. Au cours des 20 dernières années, la construction de plus de 600 stations d’épuration a permis de diminuer les rejets des municipalités de façon importante, toutefois des problèmes persistent à certains endroits en raison des rejets de l’exploitation agricole ou de la contamination provenant des eaux usées non traitées.

3 millions de Québécois boivent l’eau du Saint-Laurent. Au cours des 20 dernières années, la construction de plus de 600 stations d’épuration a permis de diminuer les rejets des municipalités de façon importante, toutefois des problèmes persistent à certains endroits en raison des rejets de l’exploitation agricole ou de la contamination provenant des eaux usées non traitées.
Photo Credit: Radio-Canada

Le fleuve Saint-Laurent refait lentement surface

Malgré les progrès, le plus grand fleuve canadien demeure en péril.

Au cours des 20 dernières années, des efforts considérables ont permis de réduire de manière importante la pollution du fleuve Saint-Laurent qui coule dans une région à haute densité de population, particulièrement en amont de la ville de Québec.

La baignade par exemple est maintenant possible la plupart du temps en amont de l’est de Montréal alors qu’elle aurait été impensable il y a quelques années.

Mais la santé du fleuve, particulièrement dans les profondeurs de son estuaire, reste fragile et d’importants efforts restent à accomplir notamment pour réduire la présence de métaux lourds rejetés dans le fleuve et qui continuent à fragiliser en autre la santé de la population des célèbres bélugas.

Aide-mémoire…

  • Le Saint-Laurent, fleuve gigantesque qui possède l’estuaire le plus large au monde, forme avec les Grands Lacs un réseau hydrographique qui s’étend sur 3790 km à l’intérieur de l’Amérique du Nord.
  • Prenant sa source dans le lac Ontario, le fleuve est d’une longueur d’environ 1197 kilomètres et coule en direction du nord-est jusqu’à Montréal puis à Québec où il va se jeter dans le golfe du Saint-Laurent.
  • Le bassin hydrographique de ce fleuve occupe environ un million de km2, dont 505 000 km2 se trouvent sur le territoire des États-Unis, et son débit moyen de près de 10 100 m3/s est le plus important du Canada.
  • Sur le plan géologique, le Saint-Laurent est un fleuve jeune, dont le lit correspond à une brèche profonde dans l’écorce terrestre mise à découvert il y a quelque 10 000 ans lorsque les glaciers se sont retirés.

Un redressement surprenant depuis 2012. Mais est-il durable?

Des spécialistes canadiens ont commencé en 2012 à observer avec une certaine surprise que l’estuaire du fleuve Saint-Laurent était le théâtre du retour des baleines et d’autres espèces précédemment en déclins et jugées en difficulté.

Cette situation épatait les spécialistes, elle ravissait aussi les touristes étrangers puisque le Canada est l’une des très rares destinations dans le monde où l’on peut observer ces géants de la haute mer depuis la terre ferme.

Mais la santé du plus grand fleuve canadien demeurerait dans un équilibre précaire.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez
On assiste en ce moment au retour du grand requin blanc dans le golfe du Saint-Laurent. Ce requin est connu du grand public pour avoir été le sujet du best-seller Les Dents de la mer de Peter Benchley et d'un film à succès de Steven Spielberg.
On assiste en ce moment au retour du grand requin blanc dans le golfe du Saint-Laurent. Ce requin est connu du grand public pour avoir été le sujet du best-seller Les Dents de la mer de Peter Benchley et d’un film à succès de Steven Spielberg.

L’exploitation pétrolière pourrait venir faire tout dérailler

Une nouvelle ombre au potentiel polluant guette peut-être maintenant l’estuaire du grand fleuve géant du Saint-Laurent.

De puissants acteurs économiques jouent en ce moment la carte de l’autosuffisance énergétique et du forage le long du corridor fluvial et maritime du Saint-Laurent. Jusqu’à maintenant, les gouvernements de deux provinces canadiennes qui bordent le grand fleuve, l’Ontario et le Québec restaient sur la défensive et s’en tenaient au statu quo, car elles redoutaient la réaction des électeurs sensibles à l’environnement.

À la fin mai pourtant, le gouvernement du Québec a donné son feu vert pour des activités d’exploration pétrolière sur l’île d’Anticost, une île qui s’étire sur des dizaines de kilomètres dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent…

La Commission géologique du Canada estime à 1,5 milliard de barils le potentiel de la partie sud du golfe tandis que Corridor Resources croit qu’à lui seul, le gisement Old Harry au large des Îles-de-la-Madeleine renfermerait de 1 à 5 milliards de barils de gaz ou de pétrole.

Plus de 130 groupes de provinces de l’est du Canada demandent un moratoire sur l’ensemble des projets d’exploration des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent. Ils proviennent du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec.

Presque aussi vaste que la Corse mais habitée par seulement deux cent trente personnes, l'île d'Anticosti cache de vastes réserves pétrolières.
Presque aussi vaste que la Corse mais habitée par seulement deux cent trente personnes, l’île d’Anticosti cache de vastes réserves pétrolières.

Le saviez-vous?
Une voie pour le commerce continental

  • Environ 4000 navires empruntent la Voie maritime du Saint-Laurent chaque année.
  • En raison de la glace, la saison de navigation cesse à la mi-décembre et ne reprend qu’à la mi-mars.
  • Près de 70 % des navires qui empruntent cette voie se dirigent vers un port américain.
  • Environ 44 millions de tonnes de marchandises empruntent la voie chaque année. C’est 4 fois plus qu’il y a 50 ans.
  • Les céréales, qui constituent le premier type de marchandise transportée, représentent 40 % du cargo total.
  • La Voie maritime est administrée par le Canada et les États-Unis. Toutefois, c’est le Canada qui est le principal architecte des travaux.
    Un cargo dans la voie maritime du Saint-Laurent
    Un cargo dans la voie maritime du Saint-Laurent © Radio-Canada/Yvon Thériault

Liens externes

Il était une fois un fleuve… et nous – Science Presse

Les faibles niveaux des Grands Lacs pourraient être très coûteux d’ici 2050 – Les affaires

Le Saint-Laurent – Bonjour Québec

Nos articles récents

Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*