La prosopagnosie est un trouble de la reconnaissance qui rend impossible l'identification ou la mémorisation des visages humains.

La prosopagnosie est un trouble de la reconnaissance qui rend impossible l'identification ou la mémorisation des visages humains.
Photo Credit: iStock

Caméra corporelle et reconnaissance faciale pour combattre le crime

Share

Nos policiers canadiens veulent s’armer d’images pour faire échec aux criminels

L’implantation de nouvelles technologies pour assister nos policiers vient semer l’inquiétude chez les Canadiens.

Il y a d’abord le cas des policiers de la métropole Toronto qui porteront une caméra vidéo dans le cadre d’un projet pilote qui doit commencer ce mois-ci. Mais certains disent s’inquiéter des risques posés par la présence de ses caméras à la vie privée de citoyens ordinaires qui se trouveraient par hasard sur les lieux d’un crime.

Puis, il y a le corps policier de Calgary qui semble avoir déclenché malgré lui cette semaine une certaine inquiétude avec une annonce qui se voulait au départ positive et rassurante.

Le Service de police de cette grande ville d’un million d’habitants de l’Ouest canadien révélait mardi qu’elle s’apprêtait à utiliser un logiciel de reconnaissance faciale de conception américaine afin de pouvoir comparer les photos de casiers judiciaires à des photos ou des vidéos qui seraient prises sur des lieux de crime par exemple par des caméras de sécurité.

Écoutez
Le logiciel américain utilisé par la police de Calgary - CBC News

Le logiciel américain utilisé par la police de Calgary – CBC News

Menaces pour la vie privé des citoyens canadiens

L’inspectrice Rosemary Hawkins expliquait que ses agents doivent typiquement pour identifier certains suspects fouiller parfois a la main dans leur base de données de 300 000 photos d’identification judiciaire. Avec le logiciel NeoFace® Reveal, cela ne se ferait plus souvent qu’en quelques secondes.

La police de Calgary affirme qu’il s’agit d’une première au Canada. Mais son déploiement pourrait-être retardé, car la commissaire provinciale a la vie privée se dit très inquiète, car cette technologie de reconnaissance faciale pose de véritables problèmes d’atteinte à la vie privée pour des personnes qui n’auraient rien a voir avec les crimes commis.

D’autres nouveautés policières tel que l’utilisation de caméras corporelles par les policiers ou le recours a des banques ADN élargies commencent à soulever de sérieuses questions sur la protection de la vie privée des honnêtes citoyens.

Le saviez-vous?
Les policiers peuvent utiliser Facebook et vous incriminer dans un crime que vous pourriez n’avoir jamais commis.

  • Selon des spécialistes canadiens, il est probable que quelque part dans le monde ou ici même au Canada un logiciel de reconnaissance visuel policier est connecté en permanence a Facebook et scrute les 250 milliards de photos personnelles qui s’y trouve taguées.
  • 100 millions de noms sont mis en légende sous des visages quotidiennement sur Facebook.
  • La base de données d’images de Facebook est certainement la plus importante au monde.
    Est-ce que vous me reconnaissez?

    Est-ce que vous me reconnaissez?

Liens externes

La police de Calgary recourra à un logiciel de reconnaissance faciale – Radio-Canada 

Facial recognition, body cameras used by Calgary police target of privacy probe – CBC News

Les risques juridiques des logiciels de reconnaissance faciale – JDN

Nos articles récents

Share
Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Caméra corporelle et reconnaissance faciale pour combattre le crime
  1. bonjour
    je suis étudiant camerounais.
    se suis intéresse par les systèmes de sécurité numériques.
    je souhaiterai avoir des informations sur des formations en identification urémique de la personne physique.

  2. Avatar newsoftpclab dit :

    Cette technologie a un double visage.Elle peut servir pour combattre le crime mais aussi pour surveiller les faits et gestes des citoyens.

    • c’est vrai que cette technologie peut servir pour surveiller les faits et jestes des citoyens. « espionnage » mais nous ne devons par nous soucier de la vie privée des personnes et mourir dans l’insécurité? donc le bon coté est dominant. il est préférable de maintenir, voir modéliser cette technologie pour vaincre a criminalité