Un adolescent sur Internet. Un coup de sonde effectué par la firme HabiloMédias auprès de milliers de jeunes élèves canadiens à travers le pays révèle une « tendance inquiétante » pour les éducateurs.

Un adolescent sur Internet. Un coup de sonde effectué par la firme HabiloMédias auprès de milliers de jeunes élèves canadiens à travers le pays révèle une « tendance inquiétante » pour les éducateurs.
Photo Credit: iStock

Ces jeunes canadiens branchés et « accros » de la « porno »

Share

L’internet est la principale source d’éducation sexuelle des jeunes canadiens.

40 % des garçons du secondaire au Canada admettent chercher de la pornographie en ligne, comparativement à 7 % des filles.

Une enquête nationale canadienne vient donc livrer aux parents de ce pays une image avec laquelle ils sont inconfortables, celle de leurs adolescents bien branchés et branchés de plus en plus jeunes aux petits plaisirs et potentiellement grands dangers de la pornographie en ligne.

Un garçon de septième année sur 10 – âgé donc généralement de 11 à 13 ans – rapporte avoir cherché de la pornographie en ligne en quête de sensations ou d’informations.

En huitième année cette proportion bondit à trois adolescents sur 10, en neuvième année ils sont presque cinq sur dix. Enfin, près des deux tiers des élèves de 10e et 11e année avouent faire la même chose.

Le phénomène des ados accros à la pornographie sur le web atteint des dimensions encore plus importantes dans la province du Québec : 25 % des adolescents francophones du Québec affirment chercher de la pornographie tous les jours ou toutes les semaines, comparativement à 12 % des adolescents du reste du Canada.
Le phénomène des ados accros à la pornographie sur le web atteint des dimensions encore plus importantes dans la province du Québec : 25 % des adolescents francophones du Québec affirment chercher de la pornographie tous les jours ou toutes les semaines, comparativement à 12 % des adolescents du reste du Canada. © iStock
Écoutez

Plus de détails…

  • L’organisme d’Ottawa, HabiloMédias a donc collaboré avec des écoles et des parents de chaque province et territoire pour effectuer son sondage à grande échelle auprès de 5436 élèves de la quatrième à la 11e année, qui ont répondu à une série de questions sur leurs comportements en ligne.
  • Les questions sur la sexualité n’ont été posées qu’aux élèves de la septième à la 11e année.
  • 40% des garçons ont admis avoir cherché de la pornographie en ligne et qu’ils le faisaient fréquemment, selon le directeur de l’éducation d’HabiloMédias, Matthew Johnson.
  • Chez les filles cette recherche régulière de contenus pornographiques ne touchait que 7 % d’entre elles.

Le « sextage » est également une pratique répandue

Concernant l’envoi ou la réception de photos contenant des poses suggestives, nues ou partiellement nues, près du dixième des élèves du secondaire au Canada on fait parvenir à quelqu’un d’autre au moins un sexto d’eux-mêmes, tandis que le quart, environ, affirme en avoir reçu un. Les garçons sont deux fois plus nombreux à avoir reçu un sexto que les filles.

Cette pratique, aujourd’hui criminelle au Canada, est par ailleurs plus élevée du côté des élèves de 11e année, dont près d’un sur cinq dit avoir envoyé un sexto et le tiers indique en avoir reçu un.

De tous les élèves ayant avoué avoir envoyé un sexto, environ 25 pour cent indiquent qu’ils savaient que leur message a été transféré à d’autres.

Oui, j’ai été un jeune accro à la porno

Un jeune artiste peintre et célébrité au Québec, Mathieu St-Onge avouait il y a quelque temps avoir connu des problèmes sérieux de dépendance à la cyber pornographie,

L’artiste et blogueur témoigne ici en toute transparence de sa dépendance à la pornographie sur Internet. Cet étonnant exercice d’humilité dure 30 minutes. Il raconte aussi les obstacles qu’il a rencontrés pour s’en sortir.

Liens externes

Ça sexprime – Gouvernement du Québec

Les ados accros à la porno? – Magazine québécois L’Actualité 

Jeunes Canadiens dans un monde branché – Habilo-Médias

Nos articles récents

Share
Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*