Le premier ministre canadien Stephen Harper.

Le premier ministre canadien Stephen Harper.

Dans ce contexte pétrolier, une politique pétrolière canadienne anti-GES serait « folle »

Share

Alors que les pressions politiques et climatiques sur le Canada augmentent, le premier ministre du Canada vient d’expliquer pourquoi il refuse de bouger.

Selon Stephen Harper, une nouvelle politique réglementaire sur le pétrole et le gaz serait dans les faits « folle  », et ajoute-t-il : « nous allons clairement ne pas le faire ».

Il confirmait ainsi hier les rumeurs persistantes à l’effet qu’il n’avait pas du tout l’intention de céder aux pressions internationales qui augmentent depuis l’annonce plus tôt cet automne par les deux plus grands pays pollueurs de la planète, les États-Unis et la Chine d’un plan commun substantiel de réduction de leur GES notamment dans le secteur énergétique.

Stephen Harper a pris l’initiative inhabituelle de répondre à une question posée par un député au Parlement à propos de l’environnement, quelque chose qu’il laisse habituellement aux ministres ou secrétaires parlementaires.

Pressé par le Nouveau parti démocratique de réagir aux derniers rapports du ministère canadien de l’envirsonnement sur l’augmentation des émissions provenant des combustibles fossiles au Canada, Stephen Harper a qualifié toute initiative de réglementation de l’industrie pétrolière en ce moment « folle ».

« Dans les circonstances actuelles du secteur du pétrole et du gaz, ce serait une politique économique folle de prévoir des sanctions unilatérales dans ce secteur. »

Aide-mémoire…

  • Le prix de référence du pétrole brut a chuté de 40 pour cent depuis juillet, provoquant dans le secteur canadien de l’exploitation de sables bitumineux en Alberta et en Saskatchewan des chutes importantes d’investissements en recherche pétrolière.
Le chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau
Le chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau © Chris Wattie / Reuters

Les réactions des partis de l’opposition sont cinglantes

« Le premier ministre s’est levé aujourd’hui et pour la première fois il a admis qu’il ne va pas réglementer le secteur du pétrole et du gaz », a déclaré le critique officilel de l’environnement du NPD Megan Leslie.

. « Alors il a admis qu’il va briser sa promesse. En 2007, le premier ministre s’est levé à la Chambre des communes et a fait cette promesse et de nombreux ministres de l’Environnement après cela aussi, et ils abandonnent, ils abandonnent l’atteinte cet objectif ».

Selon le chef du Parti Libéral, Justin Trudeau, le premier ministre canadien ne mesure pas les dangers que son inaction fait courir à l’économie canadienne : « pour moi, il ne comprend pas que sans une réglementation robuste, nous n’allons pas pouvoir accéder aux marchés internationaux avec nos ressources. »

Nos articles récents sur le même sujet

Leona Aglukkaq a présenté la position du Canada au sommet de l'ONU sur le climat.
Leona Aglukkaq a présenté la position du Canada au sommet de l’ONU sur le climat. © SRC/Sean Kilpatrick/CP

La ministre Leona Aglukkaq défend la stratégie canadienne à la conférence climatique de l’ONU 

Pratiquement au même moment où le premier ministre canadien rejetait publiquement toute initiative accrue de réduction de pollution dans le secteur énergétique, notre ministre de l’Environnement, Leona Aglukkaq, s’adressait à la conférence climatique de l’ONU à Lima, au Pérou.

Elle n’y a alors fait mardi qu’une seule allusion au pétrole et au gaz. Aglukkaq a déclaré que le Canada adopte une approche secteur par secteur – réduction des émissions du secteur de l’électricité, réduction des polluants climatiques comme le méthane et les hydrofluorocarbones et que le Canada travaille conjointement avec les États-Unis sur les normes d’émission de polluants des véhicules automobiles.

« Cette approche nous a permis de réduire nos émissions tout en protégeant l’économie canadienne. Nous soutenons une approche similaire en Amérique du Nord dans le secteur du pétrole et du gaz. »

« Le Canada est prêt à aider ses partenaires internationaux, et nous allons continuer à aller de l’avant avec des mesures d’une manière qui réduit les émissions de gaz à effet de serre tout en maintenant la croissance économique », a déclaré Aglukkaq.

Le saviez-vous?

  • Un nouveau rapport du ministère de Leona Aglukkaq publié lundi cite l’industrie du pétrole et du gaz au Canada comme étant source la plus forte de croissance et la plus importante des émissions à effet de serre.
  • Le rapport annuel d’Environnement Canada montre que le Canada ratera sa cible de Copenhague, même si l’économie ralentit et les prix mondiaux du pétrole s’affaissent, conduisant ainsi à une extraction plus lente des sables bitumineux.
  • Selon ce rapport, le seul secteur du pétrole et du gaz du Canada produit maintenant 25 pour cent de toute la pollution liée au carbone du pays.

Plus de détails

Il serait « fou » de réglementer les GES dans le contexte pétrolier actuel, dit Harper – Radio-Canada 

Stephen Harper says oil and gas regulations now would be ‘crazy’ – CBC News

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*