Stephen Harper dans Mont-Royal

Les conservateurs aimeraient se servir de l'accord sur le Partenariat transpacifique comme argument de campagne
Photo Credit: PC / Adrian Wyld

PTP : les conservateurs veulent un accord avant le déclenchement du scrutin

Share

Les conservateurs souhaitent la conclusion de l’accord du Partenriat transpacifique avant le début probable de la campagne électorale dimanche. Ils aimeraient bien brandir cet accord comme une preuve de leur bonne performance en matière économique.

Le Canada prend part actuellement à Hawaii à ce qui semble être le dernier droit dans les négociations en vue de l’adoption de cette entente commerciale majeure.

Le Partenariat transpacifique, une entente commerciale négociée entre 12 pays dont  les États-Unis, le Mexique et le Japon, pourrait devenir la plus importante de toute l’histoire du commerce international.

Donc, si l’accord est conclu, les conservateurs vont s’en servir comme argument de campagne. En revanche, si les négociations se prolongent jusque dans la campagne, les conservateurs pourraient être dans l’embarras, notamment sur la délicate question de la gestion de l’offre, qui protège les producteurs canadiens contre les produits importés.

Pressions de part et d’autres sur Ottawa

En effet, le Canada fait l’objet de pressions de la part de partenaires commerciaux pour qu’il abaisse ses importants tarifs douaniers, jugés protectionnistes, sur les importations d’oeufs, de lait, de fromage et de volaille. Alors que les producteurs canadiens somment le gouvernement Harper de maintenir la gestion de l’offre.

Manifestation des agricuteurs en Beauce pour protéger le système de gestion de l'offre.
Manifestation des agricuteurs en Beauce pour protéger le système de gestion de l’offre. © Jocelyn Létourneau/ICI Radio-Canada

Dans une entrevue accordée à l’agence de nouvelles financières Bloomberg, le premier ministre Stephen Harper a réitéré que son gouvernement protégera « du mieux qu’il le pourra » les intérêts de tous les secteurs de l’industrie canadienne.

Selon M. Harper, les négociations sont  « bien avancées »  et le Canada « ne peut être exclu de ce type d’accord ».

Un ancien haut fonctionnaire canadien a déclaré sous le couvert de l’anonymat à La Presse Canadienne qu’ une fois la campagne lancée, le gouvernement peut poursuivre les négociations, mais il est peu probable que l’accord lie les mains d’un futur gouvernement ou que celui-ci signe un nouvel accord international.

Le premier ministre Harper lors du dernier scrutin fédéral, le 14 octobre 2008.
Le premier ministre Harper lors du dernier scrutin fédéral, le 14 octobre 2008. © PC/Tom Hanson

Un réel enjeu pour le scrutin?

Robert Wolfe, ancien négociateur commercial du gouvernement et professeur à l’Université Queen’s de Kingston, en Ontario, souligne que les délégués d’autres pays à la table de négociations sont conscients de l’échéancier électoral du Canada.  Ils savent donc qu’il est préférable de conclure un accord cette semaine, car il serait peut-être impossible d’obtenir une décision du Canada par la suite.

« Durant une campagne électorale, en aucune façon, dit M. Wolfe, un gouvernement annoncera quelque chose qui pourrait être vue comme nuisible politiquement à moins d’y être obligé ».

L’experte en commerce Laura Dawson estime que l’entente n’a pas vraiment le potentiel d’être un enjeu positif déterminant pour les conservateurs, malgré les possibles nouvelles occasions d’affaires pour le pays.

« Puisqu’il n’y a pas l’émergence de véritables solides bénéfices, puisqu’il n’y a pas vraiment d’autres enjeux controversés qui font surface — le PTP est devenu synonyme de la gestion de l’offre au Canada » fait valoir Mme Dawson, présidente de la firme d’Ottawa Dawson Strategic.

La perspective que le Canada fasse des concessions en assouplissant la gestion de l’offre suscite des craintes chez les producteurs laitiers au Canada, particulièrement au Québec et en Ontario.

(Avec la Presse Canadienne)

Sur le même thème

Mobilisation des agriculteurs québécois en faveur de la gestion de l’offre (RCI)

Le protectionnisme affecte le coût du panier d’épicerie des Canadiens (RCI)

Lait, volaille et œufs à meilleurs prix ? (RCI)

Bond important dans les coûts d’une élection nationale au Canada (RCI)

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*