Un inukshuk. En inuktitut, le terme inuksuk signifie « agir en tant qu’être humain ». C’est une extension du mot inuk, qui veut dire « être humain ».
Photo Credit: IS / iStock

La tradition comme outil de guérison au Nunavut

Share

Quand il est question de médecine traditionnelle amérindienne, l’homme n’est pas au centre, mais constitue un fragment qui ne peut se réaliser qu’en relation avec les autres possibilités du cercle, les autres êtres vivants qui le composent, animaux, plantes ou éléments naturels. Si l’on brise cet équilibre, on détruit sa propre existence.

Ce qui est fascinant dans cet énoncé, c’est que la notion de « faisant partie d’un tout » se retrouve au sien de la grande majorité des culturels autochtones sur Terre.

Longtemps boudée par la médecine dite traditionnelle, qu’elle soit occidentale ou orientale, la médecine traditionnelle revit aujourd’hui et des résultats probants et intéressants se présentent.

Ainsi, au Nunavut, Solomon Nasook, un citoyen de la petite communauté de Hall Beach – aussi appelée Sanirajak, à 800 km au nord d’Iqaluit, a décidé de s’attaquer au problème de l’alcoolisme – souvent des cas de récidive – dans sa région.

Solomon Nasook (photo: (John Van Dusen/CBC)

Solomon Nasook (photo: (John Van Dusen/CBC)

À Hall Beach au Nunavut, un hameau de 800 personnes, les trois cellules de la prison locale servent trop souvent à ses yeux de « dégrisoir » aux mêmes personnes, jours après jour.

En novembre dernier, monsieur Nasook a mis sur pied un programme pour les hommes de son village, un programme qui prend racine dans la médecine traditionnelle inuite et qui, semble-t-il, commence à porter ses fruits.

Tour à tour maire adjoint, membre des équipes de recherché et de sauvetage et gardien de prison à temps partiel, Solomon Nasook en avait assez de surveiller les cellules où les ivrognes dégrisent. C’est là que lui est venue l’idée de mettre sur lancer son projet.

Rencontres du samedi

Chaque samedi, un petit groupe se forme autour de deux aînés. On parle, on écoute, on se raconte la terre, la pêche et la chasse au caribou et le partage des prises avec la communauté.

Deux poids, deux mesures, deux cultures

Trop souvent, les Autochtones et les Blancs vivent en vases clos, en vies parallèles qui se rencontrent à des points de frictions.

De plus en plus, les intervenants du détachement de la Gendarmerie royale du Canada de l’endroit, essentiellement composé de Blancs, reconnaissent l’importance du processus de guérison ancré dans la culture traditionnelle.

Une porte ouverte sur le passé vers un futur meilleur? C’est à suivre.

Pour en savoir plus:

Dossier de Stéphane Parent sur RCI : De grands remèdes de la médecine autochtone demeurent secrets

Le Dr Stanley Vollant parle de médecine traditionnelle autochtone.

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Autochtones, Internet et technologies, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*