Mère porteuse, l’avantage canadien
Photo Credit: IS / Goja1

Mère porteuse: l’avantage canadien

Après avoir porté un enfant pendant neuf mois, Amy Cameron d’Ottawa l’a mis au monde et l’a remis à une autre femme, Hilde Reva de Norvège, pour toujours.

Et ce n’est pas la première fois qu’elle le fait.

Amy Cameron est mère porteuse.

Amy Cameron partageant un moment de pure tendresse avec la nouvelle maman de la petite Julie, Hilda Riva (Geneviève Georget)

Amy Cameron partageant un moment de pure tendresse avec la nouvelle maman de la petite Julie, Hilda Riva (Geneviève Georget)

Cette dernière grossesse est la onzième de madame Cameron. Elle a six enfants alors que les cinq autres ont été adoptés par des couples de Norvège, un pays où la gestation pour autrui par des personnes qui n’ont pas de lien de parenté est une pratique illégale.

À 22 ans, Hilda Riva a reçu un diagnostic d’une rare forme de cancer cervical. Les traitements qu’elle a reçus ont fait qu’elle ne pouvait plus donner la vie.

Huit années plus tard, elle et son mari Christian étaient dans une des chambres du Centre de naissance et de bien-être d’Ottawa où est née la petite Julie, celle qui allait devenir leur fille.

Ce sont ces moments magiques des premiers instants qui font que Amy Cameron soit devenue mère porteuse et qu’elle l’ait fait déjà cinq fois.

La maman porteuse et le nouveau-né (Geneviève Georget)

La maman porteuse et le nouveau-né
(Geneviève Georget)

Mère porteuse, l’avantage canadien

Amy Cameron ne reçoit aucun paiement pour ses services de mère porteuse outre ses dépenses afférentes à la grossesse.

De fait, les lois canadiennes permettent la pratique de mère porteuse, autre appellation de la très aseptisée «gestation pour autrui», dans la mesure où il est dit et compris très clairement que l’acte se fait dans un contexte altruiste.

De plus, l’avantage canadien profite des décisions des autorités de nombreux pays, dont le Népal, la Thaïlande, l’Inde et le Mexique, de mettre un terme à leurs programmes de mères porteuses pour l’international ou encore d’en restreindre l’accès exclusivement à des familles hétérosexuelles.

Du coup, les quelques agences canadiennes qui oeuvrent dans ce domaine se sont retrouvées avec une augmentation substantielle de demandes venues de l’international.

Et, avec un dollar à un niveau avantageux, avec des services et des installations de santé de haut de gamme et un système public de santé, l’option canadienne devient très convoitée.

Nonobstant le fait que, jusqu’à maintenant, les coûts de la naissance, la mère porteuse étant canadienne, ne sont pas exigés de la part des parents adoptants, situation qui s’applique également à l’assurance-emploi,aussi un droit pour la mère porteuse.

La nouvelle maman et son bébé (Geneviève Georget)

La nouvelle maman et son bébé (Geneviève Georget)

Des frais importants tout de même

Les agences qui s’y spécialisent préviennent les parents adoptants qu’ils doivent tout de même prévoir des frais de 30 000 à 75 000$ pour les rendez-vous de fécondation in vitro, les frais juridiques (adoption et émigration du bébé), les frais de la mère porteuse – déplacements, garde d’enfant, etc., et pour leur séjour au Canada.

Un embryon fertilisé par Gabriel, le mari de Reva, a été envoyé de Norvège au Canada. C’est à Toronto qu’il a été implanté dans l’utérus d’Amy Cameron.

Le reste de l’histoire est en images.

RCI, CBC, Ottawa, Geneviève Georget, photographe, Centre de naissance et de bien-être d’Ottawa

Catégories : International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

10 comments on “Mère porteuse: l’avantage canadien
  1. Avatar rita dillon dit :

    J’ai été patiente il y a 11mois de la clinique biotexcom. J’ai été pleinement satisfaite du personnel qui sont très sympa serviable mais surtout compétant, médecin de renom. Grâce à leurs compétences j’ai eu une petite fille cette année. Voilà mon histoire. Après une fausse couche en 2015, nous avons continué d’essayer de concevoir naturellement pendant un an. Mais malheureusement, toutes nos tentatives n’ont pas abouti. C’est pourquoi mon mari et moi avons pris rendez-vous avec un spécialiste de la fertilité.

  2. Avatar Karine Derderian dit :

    Bonjour j’ai 41ans et mon stress m’empêche de mener des grossesses à terme , j’ai un désir d’enfant qui me dévore de l’intérieur, je cherche une mère porteuse altruiste pour m’aider à réaliser mon rêve. Merci.

  3. Avatar Gina Larocque dit :

    Je cherche une mèere porteuse moi et mon mai, ce serait le plus beau cadeau du ciel, nous avons tellement d amour a donner . j ai 46 ans et ja i du subir une hystescomie donc je ne peut avoir d enfant et apres 43 ans ils n acceptent plus d utiiser mes ovules. Le sperme de mon mari est en parfait ètat et santè aussi. Qui est cette femme avec le plus grand coeur au monde qui comprend notre situation et deviendrait notre ange et nous permettrait de réaliser ce reve?

    Merci Gina

  4. Avatar Laeticia dit :

    J’ai l’expérience gpa moi aussi, sauf que je l’aie fait dans une clinique ukrainienne Biotexcom, c’est pas tellement loin que le Canada et les prix sont plus abordables que dans ce premier. Voilà, on est maintenant parents d’une petite princesse:)

    • Avatar Manon dit :

      Bonjour j’aimerais être en contact avec une femme qui accepterait d’être la mère porteuse de mon enfant!
      Quelqu’un peut m’aider moi et mon conjoint!
      Merci à l’avance

      • Avatar iferki dit :

        Bonjour je suis une maman célibataire je souhaite être mère porteuse peut on discuter de cela si vous voulez .

        • Avatar Isabelle dit :

          Bonjour
          Est ce que vous avez trouvé? Vous pouvez communiquer avec moi

        • Avatar Babel50 dit :

          Bonjour,

          Je suis un français de 50 ans qui est en recherche de paternité depuis de nombreuses années mais je me suis orienté vers des démarches différentes de la GPA en constatant que ces voies de paternité s’avéraient impossibles. Je suis gay et récemment avec un nouveau partenaire. Je travaille comme cadre dans l’éducation et suis actuellement expatrié. Je recherche des contacts voilà pourquoi je me permets de vous adresser ce message.

    • Avatar patricia dit :

      Moi, je n’ovule plus et, le stress a fait son affaire, il est peu probable que je puisse mener la grossesse a terme. On a donc pense a une mère porteuse, mais il reste encore des doutes. Comment les centres médicaux « recrutent » les mères porteuses? Le suivi médical est toujours bon? Finalement, comment ne pas tomber sur les escrocs? Quels sont les pièges a éviter pour ceux qui cherchent la mère porteuse a l’étranger? Merci.